Newsletters des énergies

L'Etat doit rassurer sur le compteur Linky, demande l'Association des maires de France

AFP
paru le 24 mars 2016 à 18:00

L'Association des maires de France a appelé le gouvernement à rassurer la population sur le nouveau compteur électrique communiquant Linky, et à signifier aux maires qu'ils n'ont pas le pouvoir de s'opposer à son déploiement.

Alors que certains maires ont "décidé de prendre des délibérations ou des arrêtés visant à refuser la pose des compteurs sur leur territoire", "une expression de l'Etat est urgente et nécessaire pour (...) informer les maires sur les limites de leur capacité à agir dans ce domaine", souligne François Baroin, président de l'Association des maires de France, dans un courrier au Premier ministre daté du 17 mars.

ERDF, filiale d'EDF chargée de la gestion du réseau électrique basse et moyenne tension, a lancé en décembre le déploiement dans tous les foyers français du compteur électrique communiquant Linky, un vase chantier qui durera six ans.

Ce compteur "intelligent" permet d'éviter le passage d'un technicien pour relever les compteurs: la consommation sera mesurée en temps réel et transmise une fois par jour au fournisseur d'électricité, permettant une facturation plus précise que celle basée sur des estimations.

Mais, ses détracteurs remettent en cause la réalité de ses bienfaits, notamment les gains espérés en matière de consommation d'électricité. D'autres s'inquiètent aussi des possibles risques pour la santé liés aux ondes électromagnétiques émises par le compteur.

A ce propos, l'Etat doit "fournir de manière objective et transparente aux habitants inquiets les réponses qu'ils attendent", ajoute François Baroin, sénateur-maire (LR) de Troyes.

55 communes françaises refusent à ce jour le déploiement de Linky et de son équivalent pour le gaz, Gazpar, selon le site internet http://refus.linky.gazpar.free.fr/, qui les recense.

Animateur de ce site, conseiller municipal de Saint-Macaire, petite commune de Gironde, et par ailleurs militant antinucléaire, Stéphane Lhomme réfute lui jeudi dans un communiqué le caractère obligatoire de Linky et dénonce "les pressions antidémocratiques exercées sur les élus par ERDF et l'Association des maires de France".

Il reproche par exemple d'avoir fin février "simultanément envoyé à toutes les communes de France d'épais documents pour tenter de faire croire aux élus que les délibérations contre les compteurs communicants seraient illégales, ce qui est totalement faux".

Selon lui, "les collectivités (et la plupart du temps les communes directement) sont propriétaires des compteurs d'électricité, elles ont donc toute latitude pour refuser leur remplacement".

abb/fpo/mm