Newsletters des énergies

Transition énergétique: Ségolène Royal appelle les entreprises françaises à "accélérer"

AFP
paru le 15 févr. 2016 à 19:36

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a appelé lundi les entreprises françaises à ne pas relâcher leurs efforts après les engagements pris pendant la COP21, mais, au contraire, à "accélérer leur implication dans l'application de l'accord".

"Il est important que la France reste à l'offensive, qu'elle fasse des propositions opérationnelles", a estimé la ministre, au cours d'une rencontre avec des chefs d'entreprise sur le thème de l'application de la COP21, la conférence sur le climat organisée en novembre et décembre à Paris. Rappelant que la France aurait "des comptes à rendre" à l'issue du mandat de la COP21, Ségolène Royal a ajouté: "les résultats, ils sont vraiment à portée de main quand on voit le dynamisme des entreprises qui s'engagent".

Lors de la COP21, parallèlement à l'accord intergouvernemental signé par les pays, des acteurs non étatiques, dont des entreprises, ont formulé leurs propres engagements et leurs propres propositions dans le cadre de l'"Agenda des solutions". Au cours de la réunion au ministère, Ségolène Royal a invité les dirigeants présents à "définir la méthodologie, les priorités et le calendrier" de cette participation des entreprises à l'"invention d'un monde décarboné".

Parmi les dirigeants présents, Gerard Mestrallet, PDG du groupe énergétique Engie et coordinateur du "Business Dialogue", a rappelé l'importance de "développer des signaux bas carbone" pour inciter les acteurs économiques à investir dans ce domaine. et a souligné la "nécessité de coordination" de l'action des entreprises françaises pour prolonger la "dynamique de la COP21".

Le directeur général délégué du distributeur Carrefour, Jérôme Bedier, a évoqué les initiatives du groupe pour réduire de 40% ses émissions de carbone, comme la méthanisation de ses déchets et l'abandon des gaz fluorés dans ses nouvelles installations de réfrigération.

Nathalie Le Boucher, directrice stratégie, innovation et développement de la RATP, a évoqué la volonté du groupe de transports collectifs d'exercer un "effet d'entraînement" sur le marché des bus électriques, avec les premières commandes en 2017 et un objectif d'avoir une flotte composée à terme de 80% de bus électriques et de 20% de bus au biogaz, contre une majorité de diesel aujourd'hui.