Newsletters des énergies

"Une heure pour la planète": extinction des feux samedi des Fidji aux Etats-Unis

AFP
paru le 15 mars 2016 à 07:44

Trois mois après la conférence de Paris sur le climat (COP21), l'opération "Une heure pour la planète" espère mobiliser samedi des millions de personnes à travers le monde pour que les engagements pris à la COP21 contre le réchauffement soient tenus.

Dans plus de 170 pays, à 20h30 (heure locale), des monuments ou des sites célèbres, comme l'Empire State Building à New York, seront plongés dans l'obscurité et chacun (citoyens, entreprises, collectivités...) est invité à éteindre la lumière pendant une heure.

L'objectif de cette initiative du Fonds mondial pour la nature (WWF) est de rappeler que l'énergie consommée a un coût pour la planète et d'inciter gouvernements et particuliers à agir pour le climat. Les énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole), utilisées notamment dans la production d'électricité, sont responsables des 3/4 des émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du réchauffement climatique.

Cette 10e édition débutera aux îles Fidji puis gagnera ensuite l'Asie, l'Europe et l'Amérique. "Earth Hour permet à chacun - à travers un événement convivial, des campagnes interactives ou les réseaux sociaux - de participer à l'histoire du changement climatique", explique Siddarth Das, directeur mondial de l'opération, dans un communiqué. Les internautes sont invités à faire connaître leurs actions et à contribuer à la prise de conscience des problèmes climatiques sur le net.

Pour Pascal Canfin, directeur général du WWF France, "la pire des choses serait que la parenthèse COP21 se referme et que l'on continue comme avant. Les engagements doivent être tenus et rapidement consolidés pour faire de 2016 l'année de la cohérence". Par un accord conclu le 12 décembre, la communauté internationale s'est engagée à maintenir le réchauffement climatique "bien en deçà de 2 degrés" par rapport à l'ère préindustrielle.

L'opération se veut aussi festive, avec une séance de yoga collective, un pique-nique dans un parc ou un défilé de mode en tissu recyclé organisés en Australie, des plats préparés au restaurant sur le feu d'une cheminée et dégustés à la lueur de bougies en France, un dîner aux chandelles en Finlande...

En 2015, dans 172 pays et 7 000 villes, plusieurs centaines de sites et monuments comme la tour Burj Khalifa à Dubaï ou le Harbour Bridge à Sydney avaient été plongés dans le noir, selon le WWF. A Paris, la Tour Eiffel avait cessé de scintiller pendant cinq minutes et près de 300 édifices avaient été éteints.

Le WWF organise par ailleurs une compétition internationale, le Earth Hour City Challenge, destinée à récompenser les villes les plus ambitieuses en matière de lutte contre le changement climatique. Depuis sa première édition en 2007, organisée seulement à Sydney, l'opération "Une heure pour la planète" a chaque année pris plus d'ampleur.