Newsletters des énergies

2012 : les énergies en 4 questions

parue le
Énergies en 2012

Un second appel d'offres sur l'éolien offshore (de 3 GW comme le 1er) devrait être lancé en avril 2012. (©photo)

L’élection présidentielle (22 avril - 6 mai) de 2012 devrait susciter en France de nombreux débats autour de l’énergie. Des questions stratégiques importantes se posent d’ores et déjà aux niveaux national, européen et mondial. Connaissance des Energies vous en expose quatre qui devraient animer les mois à venir.

Quelle place pour le nucléaire et les hydrocarbures non conventionnels ?

La catastrophe naturelle de mars 2011 ayant affecté la centrale de Fukushima, ainsi que la « sortie du nucléaire » de l’Allemagne ont relancé le débat de la part du nucléaire dans le mix de production électrique français. Début 2012, la France possède le 2e plus grand parc au monde avec 58 réacteurs nucléaires assurant près des ¾ de sa production électrique. En cas de victoire à l’élection présidentielle, François Hollande s’est engagé à réduire cette part à 50% d’ici à 2025, une option écartée par le gouvernement à l’heure actuelle. La question de la sûreté des installations nucléaires sera encore au cœur des débats avec la présentation d’une étude dédiée de l’ASN ce 3 janvier 2012.

L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, en particulier des gaz de schiste, devrait également être sujette à discussion en 2012. Les deux pays européens disposant des plus importants gisements estimés (plus de 5 000 milliards de m3) portent un regard différent sur la question : la Pologne entend débuter l’exploitation commerciale du « schiste » en 2014 tandis que la France refuse toute exploitation ayant recours à la technique de fracturation hydraulique. La Commission européenne doit présenter aux Etats membres des normes communes sur les gaz non conventionnels au printemps 2012.

Notons que les relations tendues avec l’Iran, 4e producteur mondial de pétrole, pourraient éventuellement influer sur le recours aux ressources non conventionnelles dans le monde.

Quelles opportunités pour les énergies alternatives ?

Un débat sur la « transition énergétique », impliquant une place croissante des énergies alternatives dans le mix énergétique, est réclamée par plusieurs candidats à la présidentielle française. Un rapport sur les différentes orientations énergétiques possibles à l’horizon 2050, dit « Énergies 2050 » doit être remis à Eric Besson avant le 31 janvier 2012.

Parmi les différentes énergies alternatives, l’éolien offshore présente un potentiel de développement conséquent. Les candidats au premier appel d’offres national lancé en juillet 2011(pour l’installation de 3 GW de puissance éolienne en mer d’ici à 2020) doivent remettre leurs offres à la CRE le 11 janvier prochain. L’attribution des lots sera annoncée en avril.

D’autre part, des concessions hydrauliques arrivent à terme en 2012 et devront être renouvelées. De nouveaux acteurs sur le marché français comme Fortum, Vattenfall (qui devrait annoncer en janvier la constitution d’un consortium avec la SNCF, Rhodia et ArcelorMittal) ou Statkraft entendent répondre aux appels d’offres correspondants. La filière photovoltaïque s’attend, quant à elle, à de nouvelles évolutions des tarifs d’achat.

L’efficacité énergétique au cœur des politiques publiques ?

L’efficacité énergétique constitue un thème phare de 2012, tant au niveau national qu’européen. En France, les différentes mesures du plan d’actions national entreront en vigueur au cours de l’année : automatisation des tarifs sociaux pour le gaz et l’électricité pour les foyers éligibles début 2012, obligation d’extinction des enseignes lumineuses commerciales entre 1h et 6h du matin à compter du 1er juillet, etc.

Un projet de directive européenne sur l’efficacité énergétique est, d’autre part, à l’étude au Parlement européen. L’efficacité énergétique est actuellement le point faible des objectifs « 3 fois 20 » du Paquet Energie-Climat. Le Danemark, qui assure la présidence de l’Union européenne au 1er semestre 2012, en fait une de ses priorités.

Vers un traité international contraignant post-Kyoto ?

Les différentes parties prenantes de la conférence de Durban ont acté une feuille de route visant un accord en 2015 englobant tous les pays pour lutter contre le réchauffement climatique. Ledit accord est encore très lointain mais deux grandes conférences devraient commencer à préciser la forme de l’accord attendu : la conférence Rio+20 se tiendra du 20 au 22 juin 2012, 20 ans après la tenue du sommet de la Terre de Rio et l’adoption de la CCNUCC. Le prochain round annuel de négociations, « COP 18 » aura lieu du 26 novembre au 7 décembre 2012 au Qatar.

Au niveau européen, les compagnies aériennes à destination et en partance de l’UE sont soumises au SCEQE depuis le 1er janvier 2012.