Newsletters des énergies

7 nouveaux Instituts d’excellence dédiés aux énergies décarbonées

parue le
Instituts d'excellence

L'Institut d'excellence Green Stars travaillera sur des procédés innovants de culture et de valorisation de microalgues. (©photo)

Le gouvernement a annoncé vendredi dernier les lauréats de la 2e vague de l’appel à projets « Instituts d’excellence sur les énergies décarbonées » (IEED). Présentation des 7 projets retenus dans le cadre des « investissements d’avenir ».

7 lauréats pour innover

Les projets désignés « Instituts d’excellence sur les énergies décarbonées » sont :

  • Supergrid dans le domaine des réseaux de transport électrique (ex : développement de systèmes de transport de grandes quantités d’électricité sur de longues distances). Basé à Villeurbanne, Supergrid se voit attribuer une dotation de 72,6 millions d’euros ;
     
  • France Energies Marines dans le domaine des énergies marines renouvelables (ex : éolien offshore, hydrolien, énergies maréthermique et houlomotrice). Implanté à Brest, le projet reçoit une dotation de 34,3 millions d’euros ;
     
  • l’IFMAS (Institut Français des Matériaux Agrosourcés) dans le domaine de la chimie verte (ex : valorisation de la biomasse, en particulier de macromolécules d’amidon). Il est implanté à Villeneuve d’Ascq (Nord) et bénéficie d’une dotation de 30,8 millions d’euros ;
     
  • Green Stars dans le domaine des biocarburants et de la valorisation du CO2 (ex : procédés innovants pour la récolte ou la bioraffinerie des microalgues). Le site principal de Green Stars est situé à Mèze (Hérault). Cet institut  bénéficie d’une dotation 23,8 millions d’euros ;
     
  • l’IPVF (Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France) dans le domaine des dispositifs solaires photovoltaïques de nouvelles générations (ex : technologies dites « couches minces »). Situé sur le campus de Paris Saclay, l’IPVF reçoit une dotation de 18,1 millions d’euros ;
     
  • VeDeCom (Institut du Véhicule Décarboné et Communicant et de sa Mobilité) dans le domaine des transports terrestres et de l’écomobilité. Basé à Satory (Versailles), VeDeCom bénéficie d’une dotation de 72,6 millions d’euros « sous réserve d’améliorations »(1) du dossier ;
     
  • Geodenergies (Géotechnologies pour décarboner les énergies) dans le domaine des technologies du sous-sol (ex : géothermie, stockage de CO2 et d’énergie). Son site principal est situé à Orléans. Il bénéficie d’une dotation de 15,9 million d’euros, « sous réservé d’améliorations ».

Quatre autres projets vont également être financés dans le domaine de l’efficacité énergétique et du solaire, deux secteurs jugés insuffisamment traités dans les projets des IEED retenus.

Stimuler la recherche et l’industrie française       

Lancé en octobre 2010, l’appel à projets « Instituts d’excellence sur les énergies décarbonées » (IEED) vise à renforcer les capacités de recherche publiques et privées(2) dans le domaine des énergies décarbonées. Il fait partie du programme des « Investissements d’avenir »(3), dont 3 des 5 axes stratégiques sont la recherche, les filières industrielles et le développement durable.

Deux premiers projets d'IEED avaient déjà été retenus en juin 2011 lors de la première vague de l’appel à projets gouvernemental : l’INDEED dans le domaine des procédés bas carbone et le centre Pivert dans le domaine de la chimie du végétal.

 

Pour accéder au détail des projets retenus, cliquez ici.

Sources / Notes

(1) Les cinq projets précédents sont issus de la première vague de l’appel à projets et ont vu leurs dossiers validés.
(2) Les IEED reposent sur des partenariats de long terme entre des organismes de recherche publique, des établissements d’enseignement supérieur, des entreprises, des pôles de compétitivité ou encore des collectivités territoriales.
(3) Portail du gouvernement sur les investissements d’avenir