Après l'arrêt de Nord Stream la Russie « torche du gaz » à perte, selon la commissaire européenne à l'Énergie

  • AFP
  • parue le

La Russie, qui a suspendu la livraison de gaz à l'Union européenne par le gazoduc Nord Stream, "torche du gaz" à perte car "ses réservoirs sont pleins", a déploré mardi la commissaire européenne à l'Énergie, Kadri Simson.

"Nous voyons que la Russie et ses compagnies utilisent le gaz naturel comme une arme. Ils ont coupé les livraisons vers l'Europe, mais (...) ils n'ont pas d'autres gazoducs vers d'autres régions du monde, et leurs réservoirs sous-terrains sont pleins", a déclaré la commissaire européenne à des journalistes au cours d'une visite dans la capitale indonésienne Jakarta.

"Nos satellites ont enregistré des fuites de gaz et le torchage de gaz naturel or cela est très mauvais pour l'environnement parce que le méthane est le deuxième gaz le plus néfaste en terme de gaz à effet de serre".

L'Europe risque de faire face à un manque aigu de gaz cet hiver après l'annonce vendredi de l'arrêt complet du gazoduc Nord Stream 1 par le géant russe Gazprom.

Le Kremlin a lié l'arrêt des livraisons vers ce gazoduc stratégique aux sanctions prises par les Occidentaux après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Par ailleurs, à la suite de la décision de l'Union européenne de se passer presque totalement de pétrole russe, "la Russie cherche de nouveaux marchés et est prête à vendre ses produits pétroliers à prix cassés à ceux qui voudraient en acheter", a déclaré Mme Simson.

Mais les membres du G7 ont annoncé vendredi un plafonnement du prix du pétrole exporté par la Russie, pour limiter les revenus engrangés par Moscou.

"Nous ne voulons pas payer à un agresseur un prix indu. Donc notre message à l'Indonésie, mais aussi à l'Inde et à la Chine est que si vous voulez toujours acheter des produits pétroliers russes, nous proposons un plafonnement du prix".

Mme Simson, qui était en Indonésie pour une réunion du G20 sur l'énergie et des entretiens bilatéraux, va poursuivre son voyage en Inde où elle devrait discuter de cette proposition.

Elle n'a pas indiqué en revanche quelle était la position de l'Indonésie face au plafonnement du prix du pétrole russe.

La compagnie pétrolière indonésienne Pertamina, avait envisagé de commencer à acquérir du pétrole russe à prix cassé, mais n'a pas confirmé avoir passé de contrat avec la Russie depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

Commentaires

Christian Méda…

Nous sommes résolus à nous "peler" cet hiver, si cela est bon pour l'Ukraine, la démocratie et le climat. Pas de problème !
En revanche, si Poutine est résolu à faire bouillir la planète l'été prochain et plus encore les années suivantes, ceci est une autre affaire. Mettre ce fou aux fers devient un devoir, au nom du vivant.

TiniK

L'Europe a choisi de relancer le charbon, de développer le gaz et le pétrole de schiste, et c'est Poutine qui veut faire bruler la planète ?
Il faut savoir ce que l'on veut.
L'Ukraine n'avait qu'à pas emmerder la Russie. Quand on perd la guerre, on respecte les accords de paix. L'ONU, l'Allemagne et la France, garants des accords de Minsk on failli a les faire appliquer.
L'Europe a choisi de faire geler ses citoyens au nom de l'Ukraine, et a choisi également de sauver l'Ukraine plutôt que la planète: peu importe le changement climatique ou le risque nucléaire. Et c'est encore nous qui devrions faire des efforts ?
Tchiipp !
Révolution !
Poutine se soucie de son peuple, il serait temps que l'on ait des gouvernants qui se soucient de nous.

Daphné

D'accord avec vous Tinik c'est justement observé et bien dit! De plus, jusqu'à présent il me semble que c'était les vendeurs qui fixaient le prix des hydrocarbures et pas les acheteurs. On verra ce quen dit l'OPEP+! Enfin admettons qu'un plafonnement se fasse , il n'aura d'impact que si le monde entier s'accorde. Pas sûr que les Américains qui sont autosuffisants et vendent leurs hydrocarbures de schistes soient d'accord pour se sacrifier ni les autres producteurs. Pour que ces exploitations soient rentables il faut un prix élevé autour des 60$ /barril minimum. D'ailleurs bon nombre des exploitations non conventionnelles ont fermé quand les prix du pétrole ont baissé.!

Arnaud

Patrick.... je pense que c'est toi le demeuré !
Et je pèse mes mots....

Albatros

Cette commissaire inutile devrait réviser ses cours car le torchage évite justement les émissions de méthane par la combustion de ce gaz.
Courage à tous !

Philippe Charles

@ Albatros
Ne pensez-vous pas qu'elle disait cela au sujet des fuites de CH4 et pas du torchage ? Elle est tout de même commissaire européenne à l'énergie, je veux bien que ce ne soient pas tous des flèches mais quand même...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture