Athènes fustige l'intention de la Turquie d'effectuer de nouveaux forages en Méditerranée orientale

  • AFP
  • parue le

Athènes a qualifié lundi de "nouvelle provocation" l'intention d'Ankara de mener des forages d'hydrocarbures en Méditerranée orientale, après le regain de tension ces derniers mois entre les deux pays voisins.

"La publication au journal officiel turc de demandes d'autorisation de la société de pétrole turque d'effectuer des explorations pétrolières dans la région du plateau continental grec s'inscrit dans une série d'actions du pays voisin qui tente progressivement d'usurper les droits souverains de la Grèce", a déclaré Nikos Dendias, ministre grec des Affaires étrangères. Il a souligné, cité dans un communiqué, que la Grèce "était préparée à faire face à cette nouvelle provocation, si la Turquie la met finalement à exécution".

Lundi soir, la Grèce a procédé à une démarche diplomatique auprès l'ambassadeur de la Turquie en Grèce, qui a été convoqué au ministère des Affaires étrangères, selon l'Agence de presse grecque, Ana. Vendredi, le ministre turc de l'Énergie, Fatih Dönmez, avait indiqué que son pays "pourrait commencer à rechercher (des hydrocarbures) dans trois ou quatre mois" en Méditerranée orientale dans le cadre d'un accord controversé conclu avec la Libye en novembre dernier. Fatih Dönmez n'a pas précisé où ces forages pourraient être menés.

Comme de nombreux pays riverains, la Grèce a dénoncé l'accord turco-libyen aux termes duquel le plateau continental de la Turquie est considérablement étendu. Athènes estime que cet accord vise à accroître l'influence de la Turquie en Méditerranée où Ankara avait récemment effectué des forages exploratoires à proximité de Chypre, suscitant les protestations des pays voisins, Chypre, Grèce, Egypte.

L'Union européenne (UE) a également dénoncé ces "forages illégaux" et menacé Ankara de sanctions. "Les actions illégales de la Turquie (...) ne peuvent atteindre la souveraineté grecque basée sur le droit international et le droit maritime", a encore souligné Nikos Dendias.

Les relations gréco-turques ont récemment connu un regain de tension, Ankara cherchant à obtenir le soutien de l'UE sur ses revendications en Syrie et sur la question migratoire. La semaine dernière, Athènes a envoyé "par précaution" 400 policiers à sa frontière terrestre avec la Turquie (Nord-Est) afin d'empêcher un éventuel afflux de migrants, comme c'était le cas en février dernier.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet