Avenir du système électrique : le gouvernement salue « la rigueur, la qualité et l'ambition » du rapport de RTE

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement a salué lundi la "qualité" du rapport publié par le gestionnaire du réseau électrique français RTE sur l'avenir du système électrique, qui souligne l'essor indispensable des renouvelables mais aussi l'avantage économique à construire de nouveaux réacteurs nucléaires.

"Le gouvernement salue la rigueur, la qualité et l'ambition du travail mené depuis deux ans par RTE", a indiqué l'entourage de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, en charge de l'énergie. Ce rapport "définit de la manière la plus approfondie possible les chemins réalistes pour que notre système électrique nous permette d'atteindre la neutralité carbone en 2050", souligne-t-on.

RTE a présenté lundi ses principales conclusions sur l'avenir du système à l'horizon 2050. "Atteindre la neutralité carbone est impossible sans un développement significatif des énergies renouvelables", soulignent notamment les auteurs. Du point de vue économique - le traitement de cet aspect constitue une nouveauté du rapport -, "construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent", concluent-ils également.

Le président Emmanuel Macron, favorable au nucléaire, réserve pour l'instant sa décision sur le lancement de six nouveaux EPR, des réacteurs de nouvelle génération. Mme Pompili, critique de longue date du nucléaire, a pour sa part infléchi sa position.

"Toutes les options sont sur la table, y compris la construction de nouveaux réacteurs, parce que pour répondre au défi climatique et fournir aux Français une énergie décarbonée, nous devons tout regarder", a-t-elle fait valoir dans un entretien récent à l'Express. "Je n'ai jamais changé d'avis sur le nucléaire et ses inconvénients (son coût, les déchets, la sûreté) mais la donne a changé depuis le début du quinquennat", a-t-elle souligné, évoquant la hausse des besoins en électricité pour tenir les objectifs climatiques. "Ma priorité, c'est d'appliquer l'accord de Paris et de tout faire pour sortir au plus vite des énergies fossiles", a-t-elle dit.

Commentaires

Serge Rochain

Le gouvernement a salué lundi la "qualité" du rapport publié par le gestionnaire du réseau électrique français RTE sur l'avenir du système électrique, qui souligne l'essor indispensable des renouvelables mais aussi l'avantage économique à construire de nouveaux réacteurs nucléaires. ?????????????

On en est aux politesses diplomatiques avec un couac à propos de l'avantage économique de ce qui ne peut être que l'EPR

studer

Le RTE est composé de vrais experts, pas des idéologues antinucléaires comme à l'ADEME.
Contrairement à cette Agence, nid d'écolos, ce sont des scientifiques qui ont conclu définitivement que le nucléaire serait toujours moins cher que le solaire ou l'éolien. De plus ce qui disqualifie ces énergies intermittentes, ce sont surtout leurs besoins rédhibitoires de "flexibilité" : le rapport évalue que 44 GW de notre consommation devrait être flexible, c'est à dire que nous devrions nous habituer à nous priver d'électricité plus de 50 % du temps, lorsque le vent ou le soleil ne sont pas au rendez-vous.
Reste la capacité industrielle pour construire rapidement du "nouveau nucléaire" : celle-ci découle quasi exclusivement d'une volonté politique qui rendra possible l'émergence des moyens associés, comme lors du "plan Messmer" des années 1970. Il faudra attendre de connaître le prochain Président de la République pour savoir si notre pays aura la force de sortir de la sous-industrialisation liée aux 35 h et aux subventions distribuées tous azimuts, notamment pour construire des énergies intermittentes inutiles.

Thomas

Celle là est quand même bien bonne. Les anti EnR ne cessent de répéter que justement Rte est à la solde du lobby EnR (regardez les nombreux commentaires sur d’autres articles) et voilà que maintenant c’est l’inverse.
Enfin, concernant le coût du nouveau nucleaire, il faut être prudent car les hypothèses prises par Rte sur le financement (taux à 4%) sont très optimistes comparées à la réalité qui est plus autour de 7%. Si on passe à 7% l’avantage économique est largement réduit.

Schricke

Thomas:
OK ! si le taux d'intérêt des emprunts passe à 7%, ce taux sera valable, sans doute, pour financer les projets nucléaires... Mais ce sera le même taux (sauf erreur ?) pour financer les énormes investissements liés aux ENR ? Non ?
A ce sujet, faut-il vous rappeler que le grand plan de construction de centrales nucléaires dans les années 70 avait été financé par des emprunts sur les marchés internationaux, pour l'essentiel, grâce à la signature particulièrement recherchée d'EDF par les prêteurs, et sans que l'Etat, unique "actionnaire" d'edf à l'époque ne mettre "la main à la poche" !
Il est facile de se gausser des actuelles difficultés de Flamanville (qui reste, rappelons-le un prototype industriel !) Mais, il faudrait aussi reconnaître que la construction de notre parc de réacteurs nucléaires a été une incontestable réussite, saluée par tous les gens restés objectifs...
Alors, pourquoi toujours jeter le bébé avec l'eau du bain ?

Thomas

@schrike:
Non, ce ne sont pas les mêmes taux pour les EnR qui sont des financements privés et peu risqués, donc relativement bas. Pour le nucléaire c’est complètement différent et il n’y a pas d’exemple à des taux si bas.
Pas certain qu’EDF soit aussi bien vu que 50 ans en arrière.
Je n’ai rien dit sur Flamanville. Et d’ailleurs ce n’est pas un prototype mais un 1er de série.

Schricke

Thomas:
En matière de mauvaise foi, je crois que vous vous classez parmi les meilleurs ! (peut-être un peu dépassé par le grand Maître Rochain?). Je vous cite, une fois de plus: "Non, ce ne sont pas les mêmes taux pour les EnR qui sont des financements privés et peu risqués, donc relativement bas". OK ! Mais vous oubliez de préciser les montants exorbitants des subventions (payés par les contribuables, c'est à dire vous et moi !...) qui permettent, en effet, à ces financements "privés" (!!) d'être particulièrement "peu risqués, relativement bas", et surtout très "juteux" !...
A rapprocher des financements, non moins privés, empruntés sur les marchés financiers, qui ont permis de construire le parc de centrales PWR, et qui permettent à la France de disposer (et cela semble vous gêner ?) d'un des Kwh les moins carbonés et les moins cher d'Europe, et même du monde ! (et dont on vient de tuer deux d'entre elles, pour des raisons exclusivement politiques !)
Je ne suis pas certain (et merci de bien vouloir m'en excuser !) qu'on pourra en dire autant des ENR...
Et encore merci pour votre parfaite "neutralité" (??) vis à vis des différentes productions d'énergie électrique ! Vous avez bien fait de le signaler, car je ne m'en étais pas aperçu !...

Max Maes

Ronchon,
Pourquoi toujours tant de haine?
Il faut composer et accepter un équilibre.
Je vous plains.

Schricke

Bien d'accord avec vous, pour éviter que les outrances et les invectives tiennent lieu d'arguments !... Encore faudrait-il rester exhaustif et objectif, et éviter de ne voir que les "remarques", (il est vrai parfois un peu "agressives"), venant d'un seul côté !...
Je vous recommande, en particulier, certains commentaires insultants d'un certain Rochain, qui répand sa hargne sur tous les forums, en utilisant, sans vergogne, toutes les contre-vérités disponibles pour faire la promotion des ENRi !... (en défendant en fait ses intérêts personnels !)
Je ne pense pas, personnellement avoir cultivé la haine, vis à vis de mes contradicteurs, même si je reconnais l'usage d'une certaine ironie, qui me semble de bon aloi ? (et qui anime parfois le débat ?)
Un peu plus d'humilité et de retenue seraient certainement les bienvenus...

Larderet

Le rapport de RTE confirme ce qui était prévisible à savoir que les scénarios N avec nouveau nucléaire sont préférables aux scénarios M, même si le nucléaire reste limité à 50%. C’est sans doute pour cela que RTE, grand organisme antinucléaire fidèle à sa ministre de tutelle indique comme premier objectif le développement des énergies renouvelables intermittentes et juge seulement pertinent la relance du nucléaire…

Thomas

«  Rte grand organisme anti nucléaire »
Vous n’avez rien du tout pour justifier votre affirmation gratuite. Mais alors rien du tout.
Quant a l’avantage économique du nouveau nucleaire, comme indiqué plus haut, c’est juste grâce à une hypothèse de cout de financement très optimiste dans le rapport. La réalité sera peut être tout autre...
Dans tous les cas, la leçon retenir: il faut développer massivement les EnR malgré tous les prétendus défauts qui vous leur attribuez depuis longtemps. Sans cela, pas possible d’atteindre les objectifs climat.

Schricke

Thomas:
Vous écrivez (je cite): "Sans cela, pas possible d’atteindre les objectifs climat." (en parlant du développement des ENR).
Question: et AVEC cela ? On va où ? Et, surtout est-ce soutenable financièrement ? Pratiquement TOUS les experts (sauf ceux qui défendent délibérément les lobbys ENR !...) indiquent que si c'est possible techniquement (merci pour le décor de nos campagnes !) cela nous conduirait à des dépenses déraisonnables...
En fait cette affirmation (vérifiable !) n'est pas vraiment "gratuite", en effet !

Thomas

@schrike:
Quels experts ?
Nous avons un rapport rte 2050 qui fait dorénavant référence et qui montre que les EnR feront partie du mix électrique 2050, dans des proportions plus importantes qu’aujourdhui. Qu’avez vous à redire à ca?
Et en quoi Rte serait à la botte des lobbies EnR?

Schricke

Thomas:
Qui, (et quelle était sa "couleur politique") Présidait RTE ? (nommé par F. Hollande) Répondre à cette simple question permet d'éclaircir cette controverse ! Non ?
Il est vrai que cela vient de changer ! mais, le mal est fait...
Et RTE commence, timidement, à prendre un nouveau virage, bien tardif ! (en admettant que sans le recours au nucléaire, il serait très difficile, voire impossible, de respecter nos engagements, à un coût raisonnable...)

G.B.

Un coût qui est dynamité de 478 % (de 3,3 à 19,1 Md € selon la Cour des comptes, et la construction de l'EPR de Flamanville n'est pas terminée) et des retards qui n'en finissent plus, de quel avantage économique parle-t-on ? Et quand bien même, les délais de construction ne sont pas compatibles avec l'impératif d'un parc décarboné dès aujourd'hui, pas dans 15 ans.

Marc Diedisheim

Voila en effet ce qu'il en coûte d'abandonner une filière pour des raisons strictement politiques, avec tout ce que cela comporte de pertes de compétences, pour être douloureusement rappelé à la réalité physique et devoir réactiver la dite filière au dernier moment, quand tout le monde se rend compte que l'on fait fausse route. Comme on s'en rend compte en Allemagne où l'abandon du nucléaire suppose la relance du charbon et du gaz, parce que les renouvelables ne peuvent pas suivre. Merci pour le climat. Bien cordialement.

Thomas

Quel abandon ? Le programme nucléaire s’est terminé en 2000 et l’EPR de Flamanville a été lancé peu de temps après. C’est pas de la faute des politiques si ce dernier a piétiné...
Quant à la relance du charbon en Allemagne, c’est tout simplement faux.

Schricke

Thomas:
Production d'électricité en Allemagne d'origine thermique classique au charbon, en 2019: 150Twh, soit 30% de sa production d'électricité !... Fermeture totale de toutes les centrales charbon reportée à 2038 (au mieux !). Et j'oublie de parler de la construction de nombreuses centrales au gaz ! (et la Mr Poutine se frotte les mains !...)
En ce qui concerne la France, seule 0,2 % de sa production d'électricité est charbonnière ! La fermeture totale de toutes les centrales charbon est prévue en 2022 !
Alors, objectivement, Thomas, quel est le pays le plus vertueux des deux ? Mais il est vrai que l'objectivité n'aveugle pas les antinucléaires viscéraux !...

Thomas

@schrike
Premièrement je ne suis PAS un anti nucléaire comme vous pouvez être anti ENR radical au vu de vos posts dogmatiques.
Deuxièmement: l’Allemagne n’a pas relancé le charbon comme indiqué sur le post auquel j’ai réagi.
Troisièmement : les émissions de CO2 allemandes baissent depuis 10 ans en partie grâce aux ENR.
Quatrièmement : la France n’est pas l’Allemagne, nous ne sortirons pas du nucléaire comme l’a souhaité l’Allemagne. Donc arrêtez une bonne fois pour toutes avec cette comparaison.
Cinquièmement : lisez le rapport Rte 2050, et vous verrez qu’etre Anti EnR comme vous n’a strictement aucun intérêt pour le climat, c’est même largement contreproductif. Il serait temps de le comprendre et d’arreter de passer son temps à critiquer les ENR!
Sixiemement: même avec une relance de nouveaux EPR, ceux ci n’arriveront pas avant 2035/2040, donc il faut d’ici là continuer avec les EnR.
Qu’est ce que vous ne comprenez pas avec tout ca ???

Schricke

Ah ! Si Flamanville n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer, ne serait-ce que pour donner aux antinucléaires viscéraux et dogmatiques, un inépuisable sujet de controverses... (Mr Rochain ressort très régulièrement cet "argument" éculé !...)
Faut-il rappeler, une fois de plus, que cet équipement reste une "tête de série" ! Connaissez-vous une seule "tête de série" dans quelque domaine que ce soit, (y compris les premières éoliennes !) dont le prix n'ait pas été multiplié par 2 ou 3 entre le "devis" et le coût réel ?
Combien a coûté le premier "Concorde", la première fusée interplanétaire, le premier avion supersonique, le premier TGV ....?
Vous disposez certainement d'éléments de réponse ?

Schricke

GB:
Je ne suis pas sur que les délais (déjà très longs !) accumulés entre la prise de décision de principe et la mise en service de certains parcs éoliens offshore, en France, soient beaucoup inférieurs aux délais accumulés par Flamanville !
Quant au coût final, j'attends patiemment de disposer des coûts définitifs !...
Et quant à l'efficacité, je reste, toujours, assez réservé ! à chacun sa "religion" !...

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture