Voeux site

Le secteur gazier craint « le retour du chauffage électrique obligatoire » dans les bâtiments neufs

  • AFP
  • parue le

Le patron du réseau de transport de gaz GRTGaz a dit lundi craindre le retour en force du chauffage électrique dans les bâtiments neufs, alors que le gouvernement s'apprête à dévoiler ses arbitrages dans ce domaine. Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz, a dit redouter "le retour du chauffage électrique obligatoire pour tous", lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement doit présenter mardi les principales orientations de la nouvelle réglementation environnementale pour les bâtiments neufs, dite "RE2020". Cette future réglementation, qui a pris du retard, oppose notamment les tenants du chauffage à gaz et électrique.

"Les pompes à chaleur électriques sont des solutions intéressantes" mais, "derrière le cortège des pompes à chaleur, on trouve aussi des radiateurs électriques et, en fonction de la fixation d'un certain nombre de coefficients, on risque d'avoir le retour du radiateur électrique", a souligné M. Trouvé.

"La crainte, c'est que dans les prochains hivers on ait une pointe (de consommation) dont la taille aura augmenté et un système électrique toujours plus fragile du fait du développement des renouvelables, de la fermeture d'un certain nombre de tranches nucléaires, de leur vieillissement", a-t-il poursuivi.

"Il suffit qu'il y ait une crise d'une nature ou d'une autre et, tout d'un coup, le système électrique et donc le système énergétique devient très fragile", a-t-il insisté.

Il faisait ainsi allusion aux récentes mises en garde du gestionnaire du réseau électrique RTE : la France pourrait connaître des difficultés d'approvisionnement électrique en cas de vague de froid au mois de février, la crise sanitaire ayant perturbé la maintenance des réacteurs nucléaires.

Commentaires

Christian Méda…

Oui, ce qui est à craindre, c'est bien le radiateur électrique toujours proposé dans le neuf car il permet de réduire l'investissement. Ce serait une véritable catastrophe, pas seulement du point de vue de M. Trouvé, mais aussi du point de vue énergétique puisque, en période de froid, le complément électrique de semi base est fourni le plus souvent par des centrales électriques au gaz qui vont produire de l'électricité à 35% de l'énergie primaire, qui sera ensuite transportée (perte en ligne de 11%) soit 31% de chaleur contre 92% pour les meilleures chaudières au gaz.

Encore un abus de pouvoir du monopole d'Etat EdF, qui va à l'encontre de la lutte contre le réchauffement climatique.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet