Borne appelle à "une relation de confiance" avec les maires

  • AFP
  • parue le

Elisabeth Borne a plaidé jeudi pour "une relation de confiance" avec les élus locaux à qui elle a tendu la main en reprenant certaines de leurs revendications lors du 104e congrès de l'Association des maires de France (AMF).

"Ces six premiers mois ont été l'occasion de poser les fondements d'une nouvelle relation", a affirmé la Première ministre qui a établi un dialogue constant avec les associations d'élus depuis son arrivée à Matignon, tournant la page d'un premier quinquennat d'Emmanuel Macron marqué par de fortes tensions avec les collectivités.

"Nous devons maintenant avancer, main dans la main. Échanger (...)", a-t-elle ajouté, dans un discours présenté par son entourage comme "une déclaration d'amour aux maires", au lendemain de la visite de M. Macron au Salon des maires où il n'a pas prononcé de discours.

Lors de son intervention, la cheffe du gouvernement, qui s'est rendue cet automne à presque tous les congrès des différentes associations d'élus, a expliqué sa méthode de travail faite "de dialogue et d'écoute" qui "repose sur un principe : la confiance".

"Je veux comprendre. Je veux être sûre que nous prenions bien les problèmes dans toutes leurs dimensions. D'où ces appels et échanges parfois impromptus, parfois jusqu'à des heures tardives", a souligné Mme Borne.

Mais "la confiance ne se décrète pas. Elle passe par des actes", a-t-elle assuré, avant d'énumérer plusieurs mesures sur des thèmes qui avaient agacé l'AMF au cours des derniers mois, notamment la menace du gouvernement de sanctionner les collectivités qui s'écarteraient de leur trajectoire budgétaire.

"J'ai entendu vos remarques. Et je l'affirme : notre intention n'est pas de maintenir un mécanisme de sanction", a-t-elle expliqué, assurant vouloir "trouver un chemin avec les parlementaires et avec vous".

Elle a aussi répondu aux critiques des collectivités, qui ne peuvent présenter des comptes déficitaires et dénoncent régulièrement le fait que l'Etat ne fait pas assez d'efforts: "Cette trajectoire sera la même pour l'État et pour les collectivités", a-t-elle affirmé, sous les applaudissements.

Face à la crise énergétique et la flambée des prix, elle a promis une simplification de "l'amortisseur électricité" et du "filet de sécurité", d'un montant total de 2,5 milliards d'euros, souvent perçus comme trop complexes par les collectivités.

"Une aide, c'est fait pour être efficace, (...)pour être utilisée, (...) pour vous soulager. Aussi, j'ai décidé de simplifier ces aides", a-t-elle déclaré.

Elle est revenue sur un autre sujet de discorde: le "zéro artificialisation nette", annonçant sa volonté de "territorialiser et de différencier nos objectifs" comme le demandent les associations d'élus.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.