Newsletters des énergies

Canada: Kinder Morgan suspend l'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain

  • AFP
  • parue le

La société américaine Kinder Morgan a annoncé dimanche qu'elle suspendait l'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain, dans l'Ouest canadien, en raison de la résistance de la province de Colombie-Britannique, farouche opposante à ce projet défendu par Justin Trudeau.

Kinder Morgan "suspend toutes les activités non essentielles et les dépenses liées à l'agrandissement de Trans Mountain", indique un communiqué. "Les actions continues d'opposition au projet menées par la province de Colombie-Britannique" forcent l'opérateur de pipeline à "ne pas engager de nouvelles ressources dans le projet", a expliqué l'entreprise américaine.

Kinder Morgan a en revanche fixé au 31 mai la date butoir pour s'entendre avec "les différentes parties prenantes" dans ce dossier controversé et "permettre au projet d'avancer". Le constructeur d'oléoducs demande de la "clarté" sur la suite des événements, et en particulier "sur la possibilité d'effectuer les travaux en Colombie-Britannique", ainsi que "des protections adéquates" pour ses actionnaires. "Dans l'environnement actuel, nous n'allons pas mettre en danger les actionnaires avec les dépenses liées au reste du projet", a expliqué le P-DG de Kinder Morgan Steve Kean.

La position adoptée par le constructeur américain d'oléoducs intervient 48 heures après une mini-tournée du Premier ministre Justin Trudeau dans l'Ouest canadien durant laquelle il a fermement renouvelé son appui au projet. Une Cour d'appel fédérale avait par ailleurs rejeté le 26 mars dernier la demande d'appel déposée contre Trans Mountain par la Colombie-Britannique.

Le gouvernement de cette province du littoral pacifique s'oppose à la décision du gouvernement fédéral d'autoriser Kinder Morgan à faire passer de 300 000 à 890 000 barils par jour la capacité de son oléoduc Trans Mountain qui achemine les sables bitumineux de l'Alberta vers la banlieue de Vancouver.

Un autre recours juridique, initié par des Autochtones, est toujours entre les mains de la Cour suprême de Colombie-Britannique. Les opposants à Kinder Morgan pointent les risques de marée noire, avec l'augmentation du trafic maritime, et leurs conséquences sur les populations menacées de mammifères marins.

Ils estiment également qu'en augmentant le volume de pétrole acheminé vers les marchés américains ou asiatiques, le gouvernement de Justin Trudeau contrevient à ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement de la planète.


Ajouter un commentaire