Capture et stockage du CO2 : la Norvège annonce un investissement de 1,6 milliard d'euros

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement norvégien a indiqué lundi vouloir investir 16,8 milliards de couronnes (1,6 milliard d'euros) dans la capture et le stockage de CO2 (CCS), une technologie jugée prometteuse pour le climat mais extrêmement coûteuse.

L'annonce survient le jour même où le groupe Extinction Rebellion menait une action à Oslo pour protester contre la politique pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest.

Baptisé "Longship" du nom des bateaux vikings, "c'est le plus grand projet climatique jamais réalisé dans l'industrie norvégienne", a déclaré la ministre du Pétrole et de l'Énergie, Tina Bru, en présentant un Livre Blanc sur le CCS.

Le gouvernement dit vouloir financer prioritairement la réalisation d'un projet de captage et stockage de CO2 sur une usine de ciment à Brevik, dans le sud du pays. L'industrie du ciment est jugée responsable de 7% des émissions mondiales de CO2. À partir de 2024, l'usine Norcem pourrait capturer environ 400 000 tonnes de CO2, soit près de la moitié des 900 000 tonnes de COqu'elle a émises l'an dernier.

Le gouvernement veut aussi contribuer à un projet de CCS pour une usine d'incinération des déchets exploitée par Fortum à Oslo, pour peu que d'autres sources de financement, par exemple de l'UE, soient trouvées. "Pour que Longship puisse être un projet climatique réussi pour le futur, d'autres pays doivent aussi commencer à utiliser cette technologie", a expliqué la Première ministre Erna Solberg. "C'est pour cela que notre financement est conditionné à d'autres contributions financières".

Le gouvernement envisage enfin d'apporter un financement à Northern Lights. Porté par les géants pétroliers norvégien Equinor, anglo-néerlandais Shell et français Total, le projet vise à transporter du CO2 liquide vers un terminal d'où il sera injecté sous les fonds sous-marins via des pipelines.

Ces propositions doivent maintenant être examinées par le Parlement, où elles sont susceptibles d'être modifiées, le gouvernement n'y disposant pas d'une majorité. Elles sont dévoilées alors que des militants d'Extinction Rebellion ont mené des actions coups de poing devant le parc du Palais royal et des ministères pour réclamer la fin de l'exploitation pétrolière. La police d'Oslo a annoncé l'arrestation de 32 personnes.

La Norvège s'est engagée à réduire de 50 à 55% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. En 2013, elle a renoncé à un ambitieux projet de CCS sur la raffinerie de Mongstad, victime de surcoûts et retards considérables.

Commentaires

jean-pierre Arlie

La Chine constitue le principal pays émetteur de CO2 au niveau mondial avec un pourcentage proche de 30% contre 1% pour la France. Le problème consiste aujourd'hui à trouver une nouvelle technologie pour réduire les émissions chinoises dues en majorité à la production d'électricité via le charbon domestique très disponible et à moindre coût. L'idée est venue de la R et D à partir d'un projet sino-européen constitué par 9 partenaires industriels, universitaires, et institutionnels. Ce projet est actuellement en cours , sous le leadership de l'IFPEN, Il consiste à valider pour la période allant de 2017 à 2022 et une première industrielle en 2025; il consiste à valider sur un pilote industriel construit en principe en Chine l'efficacité du procédé de combustion en boucle chimique par captage du CO2 à l'aide de matériaux synthétiques porteurs d'oxygène. La démonstration permettra la production d'un CO2 très pur qui pourra ultérieurement être stocké dans le sous-sol ou être recyclé par l'industrie chimique.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet