Des dizaines de millions de dollars de perte pour Couche-Tard en raison de la guerre en Ukraine

  • AFP
  • parue le

Le groupe canadien de distribution alimentaire et de carburants Couche-Tard, a annoncé cette semaine une perte de plusieurs dizaines de millions de dollars liée à la guerre en Ukraine, qui a fait plonger ses résultats au quatrième trimestre.

Pour la période de trois mois ayant pris fin le 24 avril, le poids lourd mondial des "dépanneurs" - comme les Québécois nomment ces commerces de proximité souvent adossés à des stations-service - a dégagé un bénéfice net de 477,7 millions de dollars américains (456 millions d'euros), en baisse de 18% par rapport aux 564 millions un an auparavant, selon un communiqué du groupe.

Couche-Tard note que ses résultats ont été affectés "par une perte de valeur de 56,2 millions de dollars avant impôts résultant de la déconsolidation et de la perte de valeur des filiales russes".

Le 8 avril, après avoir annoncé la suspension de ses opérations dans ses 38 magasins en Russie, Couche-Tard a "perdu le contrôle" du placement de ses filiales russes.

Hors éléments exceptionnels et ramené à une action, le bénéfice trimestriel net ajusté était cependant en progression de près de 6%, à 55 cents, contre 52 cents il y a un an.

Le chiffre d'affaires trimestriel a bondi de 34% à 16,4 milliards, grâce notamment à des prix de vente moyens plus élevés du carburant pour le transport routier.

Avec une hausse des volumes en Europe et au Canada, le total des ventes de carburant a atteint 12,4 milliards, en hausse de 4 milliards de dollars.

Mais, la demande a été "défavorablement influencée par la hausse importante des prix de vente due à l'augmentation des coûts de pétrole brut, ainsi que par la tendance du travail à domicile qui persiste".

"Ce trimestre, l'inflation a atteint des niveaux jamais vus en 40 ans, et sans aucun doute les consommateurs en ressentent la pression tant à la pompe que dans nos magasins", a reconnu le PDG de Couche-Tard, Brian Hannasch.

Le dirigeant a salué une "année remarquable" pour son groupe en dépit des "pressions continues causées par la pandémie, l'inflation mondiale et les défis de recrutement" et de capacité pour l'entreprise à demeurer attractive auprès de ses employés.

Pour l'ensemble de son exercice décalé 2022, le chiffre d'affaires a augmenté de 37% à 17 milliards.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.