Économies d'énergie : le gestionnaire de réseau RTE mise aussi sur les maisons connectées

  • AFP
  • parue le

RTE a appelé mercredi au déploiement "massif" d'installations connectées et intelligentes, de contrôle du chauffage ou de l'éclairage notamment, pour réduire la consommation électrique et mieux réagir en cas de tensions sur le réseau.

"Les solutions existent", a souligné le président du directoire du gestionnaire du réseau de transport d'électricité français, Xavier Piechaczyk, estimant que l'"enjeu collectif" était désormais "le déploiement massif et rapide" de ces technologies.

Seuls 6% des bâtiments tertiaires (bureaux ou commerces) de plus de 1 000 m2 en France sont dotés d'outils de pilotage fonctionnels et récents pour la ventilation, le chauffage ou l'éclairage. Du côté des logements privés, 12% utilisaient des solutions de pilotage ou de programmation en 2018.

Un jour d'hiver, ces bâtiments représentent pourtant "plus de 70%" de la consommation électrique française, selon RTE, relevant qu'ils pourraient représenter un levier crucial en cas de tensions sur le réseau et d'alerte Ecowatt. "Les coupures ne sont pas une fatalité", a affirmé M. Piechaczyk, alors que RTE signale régulièrement le retard des bâtiments tertiaires en matière d'économies d'énergie.

Des systèmes intelligents - prises, thermostats ou chauffages connectés - permettent des économies considérables, a relevé RTE lors d'une conférence de presse, aux côtés des fédérations Gimelec et Ignes d'industriels proposant des outils de pilotage énergétique.

Pour les bâtiments tertiaires, la consommation d'énergie passe de 300 kilowattheures par mètre carré et par an à 180 kWh/m2 avec la simple installation d'outils de pilotage centralisés, a expliqué Laurent Bataille, président du Gimelec et du groupe Schneider Electric France.

RTE espère désormais que de plus en plus de bâtiments automatiseront leur consommation en fonction des alertes Ecowatt grâce à des installations de domotique, qui réduiront la température ou décaleront les horaires de chauffage.

Un test mené par RTE sur quatre bâtiments, dont son propre siège, suggère un potentiel de baisse de la consommation d'un tiers avec la réduction de la ventilation, l'immobilisation de certains ascenseurs ou les coupures d'éclairage. "Ce n'est pas du moyen ou long terme, c'est en vente", a affirmé M. Piechaczyk, une prise électrique connectée à la main.

Commentaires

Albatros

Quand il n'y a plus de jus, la maison intelligente devient terriblement bête.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.