Électricité : « nous ne risquons aucun blackout », déclare Bérangère Abba au Sénat

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement a assuré mardi que la France ne risquait pas d'être plongée dans le noir cet hiver malgré les tensions sur l'approvisionnement électrique.

"Les Français et les Françaises seront approvisionnés sans difficulté et nous ne risquons aucun blackout", a déclaré au Sénat la secrétaire d'État à la biodiversité, Bérangère Abba. "Nous ne serons en aucun cas confrontés à des situation de blackout, donc de coupures massives et non contrôlées sur le réseau. La sécurité de notre approvisionnement électrique est tout à fait garantie", a-t-elle insisté.

"Ce n'est qu'en cas de vague de froid rigoureux et inhabituel, si les températures devenaient sensiblement inférieures aux normales de saison de plusieurs degrés en moyenne pendant plusieurs jours consécutifs qu'un point de vigilance subsisterait", a-t-elle toutefois ajouté.

Le gestionnaire du réseau disposerait alors de plusieurs leviers, y compris des coupures temporaires et contrôlées, "improbables" et "en dernier recours". "Il ne s'agit surtout pas de mettre le France dans le noir", a-t-elle souligné. Mme Abba s'exprimait à l'occasion d'un débat sur le risque de "blackout" organisé à l'initiative du groupe Les Républicains.

Le gestionnaire du réseau RTE a prévenu que la France pourrait connaître des difficultés d'approvisionnement électrique cet hiver, notamment en cas de vague de froid au mois de février, la crise sanitaire ayant perturbé la maintenance des réacteurs nucléaires. RTE avait appelé les Français à limiter leur consommation vendredi matin en raison du froid, la marge de sécurité étant alors limitée. L'approvisionnement avait toutefois été assuré sans incident.

Dans ce contexte, une partie de l'opposition a une nouvelle fois vivement critiqué la décision de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) l'an dernier. "La gouvernement a privé la France d'une puissance de production de 1,8 GW, ce qui représente 1 800 éoliennes", a regretté le sénateur (LR) Daniel Gremillet en introduction du débat. "Nous n'avons pas fini d'en payer les conséquences".

"Les deux réacteurs de Fessenheim n'auraient pas été suffisants à eux seuls pour changer la donne", a répondu Mme Abba, soulignant que la centrale aurait aussi eu besoin d'investissements importants pour continuer à fonctionner. "L'épisode actuel nous montre plus que jamais l'importance de diversifier notre +mix+ (bouquet, NDLR) électrique pour ne pas dépendre d'une seule source d'énergie et pour renforcer la résilience du réseau", a-t-elle fait valoir.

Commentaires

gautier

C'est quoi diversifier le "mix" alors que l'éolien était à 5 % de son potentiel et le solaire presque inexistant ? Pas de black out de prévu, mais en tout cas de nombreuses coupures et délestages comme il y a eu vendredi dernier. https://www.capital.fr/conso/les-francais-invites-a-reduire-leur-consom… Et si nous avions des températures de -10 à -15 degrés dans toute l'Europe, que serait-il advenu ? Et si tout ou partie du parc automobile était électrifié et que la demande était beaucoup plus forte qu'elle ne l'est actuellement (plus de 100 GW) ?

Serge Rochain

Diversifier, c'est avoir des éoliennes en Mer du Nord, dans la Manche, dans l'Atlantique, et dans la Méditerranée ! Et sur Terre une répartition homogène et pas 60% des moulin sur 16% du territoire aujourd'hui ..... à cause de gens comme vous qui passez votre temps à faire des recours en justice, attaquant tous les projets par au moins trois dépôts de plaintes. Alors les investisseurs ils vont d'abord là où ils n'immobiliseront pas des millions d'euros durant 4 à 7 ans de plus que les 2 nécessaires pour construire le parc éolien ou PPV pendant que la justice réfléchi, sur les appels; les contre appels, les cassation de vice de forme...... Là où c'est bien accueilli ça avance vite, mais le vent n'est pas toujours présent partout en même temps, ça nous le savons depuis toujours, mais ce que nous avons aussi c'est qu'à l'exception de 4 à 5 jours par an, il y a toujours du vent quelque part et en moyenne dur plus de la moitié du territoire. Les service de la météo existent depuis longtemps et ils ont des archives riches d'enseignement, mais beaucoup semblent l'ignorer et préfèrent porter des jugements sur la foi du doigt mouillé.

Bruno LAFEUILLE

L'émission d'Arte surlaface cachée des. ENR ma fait reflechir bien qu'ayant largement contribue des 1984 au sein d'une DRIRE a la relance des aerogenerateurs

Serge Rochain

Quand on se laisse influencer par un reportage, une vidéo, un article, écrits par un homme sur la seule foi de ce qu'il veut bien dire, écrire ou filmer on n'est pas loin de perdre la rationalité de la démarche objective. Rien que le titre "Face cachée" devrait déjà éveiller les soupçons car il renifle à plein nez le désir de buzz qui va assurément manipuler d'information afin qu'elle soit ressentie comme créant la surprise inattendue et bien sûr, devant inciter à croire que les remèdes sont pires que les maux, ou que celui mis habituellement en bonne posture est en réalité pire que le concurrent qu'il est en train d'effacer. Bien sûr il passera sous silence ce qui est le pire de celui qu'il veut favoriser et mettra en exergue des inconvénients bien plus bénins de celui qu'il veut défavoriser dans un simulacre de comparaison objective.
Que ne dira-t'on pas de tous les métaux présentés comme rares quand ce n'est pas sous le vocable de terres rares mais qui n'ont rien de rares, la plupart étant même particulièrement abondants, qui sont présents effectivement ou même totalement absents dans les dispositifs de productions d'électricité nouveau qui ont surtout le tort de faire de l'ombre au seigneur nucléaire installé dans le fromage depuis 60 ans .... en France ? Tous les si rares et précieux matériaux sont tous récupérables et recyclables une fois le dispositif devenu obsolète et remplacé par d'autres machines plus performantes, car aucun n'a disparus transformé en chaleur. Il suffit de les extraire de ces machines périmées comme il avait fallu les extraire de la gangue des minerais dont on les a sorti avec leur premier emploi. En revanche, le nucléaire, est le seul dispositif producteur d'énergie électrique bas-carbone qui transforme le métal le plus rare de la planète en chaleur, ce qui exclu de pouvoir le recycler et même de le récupérer pour le rendre in fine à la Terre.
Mais c'est cet aspect fondamental de la production d'électricité, le plus important de tous, qui sera pourtant étouffé dans un article à la recherche du scoop faisant le Buzz.

Philippe Charles

En effet Bruno Lafeuille, qui peut aujourd'hui sérieusement penser que nous pourrons maintenir de manière durable dans le temps notre niveau de vie et permettre l'accès à ce niveau de vie à plusieurs milliards d'autres terriens ? Alors que des pénuries de ressources (pétrole, gaz, uranium...), de métaux et des crises bien plus graves que le covid19, se profilent dans les années à venir et ce pour très longtemps.
Qui peut penser que ce seront les ENR et/ou le nucléaire et/ou l'hydrogène et/ou... qui nous permettront de vivre dans une ébriété énergétique comme nous le faisons depuis de trop nombreuses décennies. Ayons l'honnêteté de reconnaître que ce n'est pas dans une fuite en avant technologique géo-ingénierique ou transhumaniste ou autre, que nous règlerons les problèmes que nous avons engendrés et qui s’accélèrent, et que si nous ne les anticipons pas mieux ("la rareté ça se pilote"), si nous ne changeons pas le logiciel productiviste/consumériste, en restant aveugles ou velléitaires face aux multiples alarmes clignotantes, notre mode de vie en pâtira encore davantage.

gautier

Que proposez-vous ? A part un grand bond en arrière et la population dans la rue réclamant des emplois, de quoi vivre et un peu de confort ? Une grande révolte sociale menant à un chaos ?

gautier

Il n'y a pas que les sciences (un domaine que je connais bien) dans la vie, Il a aussi l'histoire des civilisations et des économies diverses.

Serge Rochain

Oui mais pour ceux-là vous avez déjà fait votre pub. Maintenant je crois que dans le domaine des sciences vous ne connaissez pas aussi bien que ce que vous croyez comme j'ai l'occasion de m'en apercevoir régulièrement. Je ne vois pas quel aspect des sciences vous maitrisez

gautier

Il n'est pas nécessaire de maitriser tout le savoir scientifique pour envisager l'avenir énergétique d'un pays. Des polytechniciens peuvent avoir quelquefois tort, non sur le savoir même, mais sur les orientations à conduire.

Serge Rochain

Tien, pour une fois on est d'accord. J'ai moi-même travaillé dans une boite d'X, et il y avait de tout dans cette faune.

gautier

Ce n'est pas avec des prévisions météo que nous allons produire de l'électricité. Cela permet de planifier le parc pilotable nécessaire. Voyons, M. Rochain !

Serge Rochain

Et c'est tout ce dont nous avons besoin pour se préparer à mettre en marche les dispositifs de production renouvelables a disponibilité permanentes gardés en réserve pour ces périodes naturellement peu favorables et ils sont nombreux, d'ailleurs le nucléaires lui même en a un besoin absolu car ils ne sait pas réagir rapidement (et encore pour ceux qui par construction en sont capables). Sans doute ignorez vous l'existence de l'hydraulique, du biogaz, des marées, des courants et de la houle marine, tous permanents sur la planète entière....
Donc, oui la météo permet de piloter le bateau, comme le phare qui éclaire la route permet de savoir quand et dans quelle direction il faut tourner le volant....... autant de choses qui vous échappent Gautier car votre phare n'éclaire pas plus loin que le bout de votre nez.

gautier

Paroles, paroles, … A part des platitudes, n'avez-vous rien de plus convainquant des mirages à proposer. Bon nombre de vos idées sont connues de tous et certaines abandonnées. Pour qui vous prenez-vous donc ?

REYNAUD

Mme Abba s est bien gardé d évoquer la part insignifiante de l éolien et du photovoltaïque dans le mix énergétique .

Serge Rochain

En effet, ..... insignifiante. 60% des éoliennes ramassées sur 16% de la surface du territoire soit les seuls Haut de France et Grand Est et s'étonner que l'éolien de donne rien quand il n'y a pas de vent dans cette zone ridicule, c'est du grand art.
Si on avait seulement respecter nos engagements de la cop21 avec, pour ne parler que de l'offshore, l'engagement d'avoir planté en mer 6 GW pour 2020 et un bilan à zéro au 31 décembre 2020, on n'aurait certainement pas eu à rallumer le charbon, et importer l'électricité allemande produite par l'offshore de la Baltique.

Serge Rochain

Fessenheim a déjà été dans l’illégalité presque deux ans et cela aurait conduit à l’être pendant 7 ans si nous avions attendu la mise en marche de l’EPR qui ne sera pas disponible dans le meilleur des cas aujourd’hui avant 2024.
Le problème est seulement d’avoir cru aux mensonge de Levy sur la disponibilité de l’EPR qui justifiait de ne pas avoir à réaliser les travaux de mise à niveau pour que les deux réacteurs de Fessenheim puisse satisfaire avec succès les contrôles de la 4 em visite décennale qui auraient du avoir lieu déjà près de deux ans plus tôt. Une dérogation à l’obligation du contrôle de près de deux années de fonctionnement au-delà des 40 ans était déjà illégale, il fallait bien arréter, sinon l’ASN ne sert à rien.

Bruno LAFEUILLE

Si le nucléaire type EPR se generalisait sur la planète il serait impératif de passer aux réacteurs a sels fondus alimentés a l'uranium 238 (plus le Thorium) réacteurs plus sûrs, et ceci en raison d'une penurie rapide d'U235 dont les réserves mondiales sont 200 fois inférieures.

Serge Rochain

Cela n'a aucun sens Monsieur Lafeuille car le fonctionnement de ces machines que ce soit la surgénération de l'U238 ou le thorium n'a rien à voir avec le fonctionnement des EPR, il faudrait construire d'autres type de réacteurs. Quant à ceux au sel fondus, U-238 et autre potions magiques qui font les choux gras de revus prétendument de vulgarisation scientifique et qui passent leur temps à bercé le lectorat s'il vous disaient la vérité vous devriez arrêté de rêver à des jours meilleurs sous le parapluie du nucléaire.
Sachez tout de même que rien qu'en France ce n'est rien moins que 8 réacteurs construits spécialement dans l'optique de la surgénération de l'U-238 que l'on a envoyé aux oubliettes faute de résultats probants à grands coups de milliards depuis..... 1957 ! Si cela avait du fonctionner ne serait-ce que de façon seulement prometteuse, on n'aurait jamais construits les EPR mais c'est ce que nous aurions fait ! Et je ne vous parle pas des tentatives similaires faites à l'étranger comme aux USA, et plus près de nous en Angleterre et en Italie qui eux aussi avaient cru à ce miracle. Le dernier, le neuvième, Astrid, a été arrêté de justesse au moment d'en voter le budget à nouveau exorbitant sans de meilleures garanties de résultat que pour les précédentes tentatives. Vous voulez du détail ? vous pourrez prendre un peu de temps ensuite pour analyser leurs contre-performances :
1957 Rapsodie
1961 Rachel
1965 Harmonie
1966 Masurca
1968 Phénix
1968 Prospero
1970 Caliban
1986 Superphénix
Bonne éducation.

Bruno LAFEUILLE

M. Rochain, vous avez raison de dire que la surgénération à partir d'un mélange U238-Thorium (via les réacteurs à sels fondus à neutrons rapides 4ème génération du nucléaire) n'a rien à voir avec la filière classique à neutrons lents (dits thermiques). Ce choix était lié à la production de la bombe A basée sur l'enrichissement en U235. Par la suite EDF a pondu Phénix puis Superphénix dont l'arrêt résultait pour une part d'une décision politique en raison d'un risque de feu de sodium à la suite d'une rupture du circuit de refroidissement au sein des échangeurs de chaleur. La mise en sécurité du réacteur aurait été possible avec l'installation de nouveaux échangeurs dont la conception était liée à un brevet américain dont j'avais assuré la traduction dans les années 90, et qui est arrivé bien trop tard.
Quant à l'éducation, que vous me souhaitez bonne, c'est un vaste programme puisque le ministère éponyme n'est même pas capable d'assurer une instruction convenable à la majorité de nos têtes qui ne sont plus blondes. Vous observerez avec moi que le comportement agressif caractéristique des individu isolés au volant de leur voiture, se retrouve chez les personnes profitant de l'anonymat d'internet. Pour ma part, je ne me sens pas le droit de vous souhaiter bonne éducation, conscient que cela constituerait une agression gratuite.
Cordialement.

Serge Rochain

Merci pour votre magnifique leçon sur la raison unique que vous donnez quant à l'arrêt des phénix qui devait être aussi la cause l'arrêt des autres tentatives : Rapsodie, Rachel, Harmonie, Masurca, Prospero, et Caliban, bien entendu..... ha ces politique alors.....
Désolé de vous avoir importuné avec des informations que vous ne souhaitiez ni entendre ni lire.

Bruno LAFEUILLE

Je pense qu'il peut être intéressant pour vous de contacter Daniel Heuer au LPSC - CNRS à Grenoble dont la spécialité est la filière à sels fondus : j'avoue que chaque option a ses avantages et inconvénients ... Il vous en dira plus long et vous permettra de progresser je l'espère
Désolé de vous avoir donné l'impression de ne ni répondre ni lire à vos textes !!

Minorey

Toujours le même activiste défendant des intérêts propres et radotant les mêmes inepties

Serge Rochain

Oui j'ai de grands intérêts propres à vouloir fermer Fessenheim qui empiétait sur mes fraisiers alsaciens.
Et dire qu'en 2020 ses 2 réacteurs raccordés au réseau en 1977 ont donc dépassés 40 ans d'âge et même atteint 43 ans est une ineptie évidente.
Le problème c'est que quand on est CON c'est pour la vie.

gautier

M. Rochain défend évidemment ses intérêts puisqu'il est actionnaire dans les ENR et croit que c'est là la vraie solution : du 100 % "renouvelables". Du jamais vu nulle part, déjà dans le domaine du secteur de la production électrique.

blaizot

il faut à la fois que les écologistes arrêtent de bloquer la construction des éoliennes offshore et de demander l'arrêt des centrales pilotables, nucléaires et gaz , absolument indispensables en hiver comme on le voit lors de ce mois de janvier : c'est honteux d'acheter près de 5 % de notre électricité en Allemagne où les centrales au charbon tournent à plein régime car c'est le problème de l'Europe quand il n'y a pas de vent en France, il y en a encore moins en Allemagne ou au Danemark.

Bruno LAFEUILLE

Le mix a fort coef ENR, implique une generaisation de la construction paille compressée (stockage CO2 et forte isolation) l'interdiction absolue de se chauffer a l'électricité, l'arrêt de l'eclairage abusif des villes et la limitation absolue du chauffage a 19”C

gautier

Une dictature verte, en quelque sorte. Bravo pour cette idée géniale !

Albatros

C'est donc la secrétaire d'état à la biodiversité qui s'occupe de la sécurité du réseau électrique ?
Sincèrement, ça fait peur !

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet