Énergie : le coût du « bouclier tarifaire » depuis son déploiement évalué à 24 milliards d'euros par le gouvernement

  • AFP
  • parue le

Le coût du "bouclier tarifaire" sur les prix de l'énergie se chiffre à 24 milliards d'euros depuis son déploiement à l'automne 2021 pour amortir le choc de l'inflation, a indiqué jeudi soir le ministère de l'Economie et des Finances.

La mesure la plus coûteuse porte sur l'électricité : sur l'année 2022, l'État aura dépensé 10,5 milliards d'euros pour plafonner à 4% l'augmentation des tarifs de l'électricité. La facture de la ristourne sur les prix du carburant s'élèvera elle à 7,5 milliards d'euros. Lancé en avril, le dispositif a été musclé pour les mois de septembre et octobre avec une prise en charge par l'État de 30 centimes d'euros par litre, contre 18 centimes jusqu'ici. Enfin, le gel des prix du gaz devrait coûter 6 milliards d'euros entre octobre 2021 et octobre 2022, estime Bercy, qui précise que les chiffrages "ont vocation à évoluer en fonction des prix de l'énergie", très volatils ces derniers mois.

La semaine dernière, le prix de l'électricité a franchi la barre des 1 000 euros le mégawattheure, tandis que le gaz se négocie à plus de 300 euros le mégawattheure. Les tensions sur le gaz s'expliquent par le tarissement des flux en provenance de la Russie, qui réplique ainsi aux sanctions économiques décidées par les Européens en réaction à son offensive militaire contre l'Ukraine.

L'approvisionnement électrique est lui menacé par la faible production du parc nucléaire français: seuls 24 des 56 réacteurs nucléaires du pays fonctionnent actuellement, les 32 autres étant à l'arrêt pour des opérations de maintenance programmées ou pour des problèmes de corrosion.

Dans une étude publiée jeudi, l'Insee a souligné l'impact positif du bouclier tarifaire sur le taux d'inflation. Entre le deuxième trimestre 2021 et le deuxième trimestre 2022, période visée par l'étude, "la hausse des prix de l'énergie a contribué à 3,1 points d'inflation sur un total de 5,3%", selon l'Insee. Sans le bouclier tarifaire, "l'inflation entre les deuxièmes trimestres de 2021 et 2022 aurait été 3,1 points plus élevée", estime l'Institut national de la statistique.

Le gouvernement, qui prépare actuellement le projet de loi de finances pour 2023, a promis que la hausse des prix du gaz et de l'électricité resterait "contenue" après l'expiration du bouclier tarifaire le 31 décembre 2022. Des "chèques énergie" vont par ailleurs être distribués aux ménages les plus modestes pour les aider à payer leurs factures énergétiques.

Commentaires

Jean FLUCHERE

Que fait cette pub pour le marabout ?

Connaissance d…

Bonjour,

Nous avons choisi d'effectuer une modération a posteriori afin de laisser une grande liberté aux échanges entre lecteurs et il arrive que des spams apparaissent encore malheureusement sur le site.
Nous poursuivons nos efforts pour réduire autant que possible ces messages.

Merci de votre compréhension,
La rédaction de Connaissance des Énergies

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.