Éolien terrestre : face aux vents contraires, la filière française contre-attaque

  • AFP
  • parue le

"La France a besoin de l'éolien terrestre !": la filière contre-attaque face à la montée de critiques, venues y compris de l'exécutif, rappelant jeudi le choix du pays de développer cette énergie renouvelable et insistant sur la volonté de concertation du secteur.

"Nous sommes attaqués régulièrement depuis deux mois", des "attaques qui nous paraissent disproportionnées par rapport à la réalité du terrain", a déclaré Nicolas Wolff, président de France énergie éolienne (FEE), lors d'une conférence de presse. Se disant "étonné", il a évoqué les "échanges constructifs" menés avec le ministère de la Transition écologique, via un groupe de travail sur "le développement harmonieux de l'éolien", mais aussi la feuille de route énergétique de la France, qui prévoit une montée en puissance de ces parcs.

Le pays compte faire passer la part de l'éolien dans la production d'électricité de 7% aujourd'hui à 20% en 2028, l'éolien en mer représentant un quart de cet objectif. Mais depuis quelques mois, outre les oppositions traditionnelles exacerbées dans un contexte de campagne électorale et de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, l'exécutif lui-même fait entendre une musique nouvelle.

"Le consensus sur l'éolien est en train de nettement s'affaiblir dans notre pays", déclarait Emmanuel Macron mi-janvier à Pau. "De plus en plus de gens ne veulent plus voir d'éolien près de chez eux (...) il ne faut pas l'imposer d'en haut".

La semaine dernière au Sénat, la ministre Élisabeth Borne évoquait "un énorme sujet", "des implantations de parcs en covisibilité avec des monuments historiques (...) des dispersions de petits parcs qui donnent une saturation visuelle voire un phénomène d'encerclement autour de certains bourgs qui est absolument insupportable". "L'ambition du gouvernement en matière d'énergies renouvelables est intacte", a assuré dans la foulée son ministère: "la ministre souhaite justement que le déploiement dans les territoires soit accepté pour être réussi".

Pour Nicolas Wolff, ces déclarations "sont dangereuses car elles ont des effets sur l'interprétation que peuvent en faire les préfets" quand il s'agit d'accorder des autorisations aux projets de parcs.

Libérer des espaces

La filière admet des choix d'implantation parfois malheureux dans le passé, un "mitage" du territoire lié notamment à une multiplication des sites, la loi ayant longtemps interdit les parcs de plus de 12 MW. Le groupe de travail doit de nouveau se réunir le 2 mars au ministère, en présence d'élus, paysagistes, ONG...

Pour mieux étaler les parcs, concentrés dans le nord et l'est du pays, le secteur compte proposer de créer des bonus pour encourager les régions moins équipées, et un réseau d'accompagnement des collectivités (géré par l'État). Mais "nous sommes opposés à de nouveaux instruments de planification", prévient Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables (SER), alors que les projets mettent en moyenne six ans pour aboutir en France, deux fois plus qu'en Europe.

"Schémas régionaux, PLU... les maires ont déjà les outils pour décider, voire empêcher, mais beaucoup ne le savent pas", ajoute M. Bal. "La France est un des pays les plus stricts", en terme d'études d'impacts, dit Nicolas Wolff. "On a beaucoup parlé de transition écologique, on a voté des lois mais on a peu expliqué aux citoyens l'impact sur le terrain", ajoute-t-il.

Pour la profession, la priorité aujourd'hui est de libérer des espaces, 47% du territoire, notamment certaines régions, restant inaccessibles du fait des couloirs aériens et des radars météo. Pour renforcer l'acceptation des riverains et réduire l'impact visuel des installations, elle discute aussi avec l'armée de leur éclairage nocturne : l'idée serait de passer de lumières clignotantes à constantes, voire à l'extinction avec rallumage à l'approche d'aéronefs - comme l'Allemagne s'apprête à le faire.

Pour tenir l'échéance de 2028, l'éolien terrestre devra passer de 16 gigawatts (GW) de puissance installée à 33 GW.

Commentaires

Rochain

Je n'irai pas plus loin non plus que votre première phrase qui se termine par "Un point c'est tout", pour vous répondre avec la même stupidité naïve :
Quant un réacteur nucléaire est arrêté il y a infiniment plus de chances que tous les réacteurs nucléaires le soit aussi;
UN POINT C'EST TOUT

Thomas

Tous ces échanges sont caractéristiques des débats sans fin avec les anti-éoliens français qui pensent que le nucléaire est la seule solution possible car ils veulent protéger leur petit pré carré. Toutes les analyses sérieuses faites par Rte mais également par leurs homologues européens montrent qu’une augmentation du taux de pénétration des EnR est bien possible sans remettre en cause la stabilité du réseau. Un mixte moins nucléarisé et plus EnRisé est également tout à fait envisageable sans faire exploser les coûts de la facture du français. D’autant que les nouveaux projets sont à des prix au kWh bien plus compétitifs qu’il y a 10 ans (division par 10 pour le PV par ex.).
Mais ces messieurs nn’y croient pas, et non tout ça sont des arguments du « lobby SER et FEE » qui serait bien plus puissant que celui du nucléaire, le pauvre, le seul à être sérieux et qui regroupe des éminents spécialistes mais qui n’est pas écouté... ridicule!
Ces messieurs ne voient pas non plus que le nucléaire ancien va faire l’objet de lourds investissements qui eux aussi vont contribuer à faire gonfler la facture des français. Et ils ne voient pas que les installations actuelles sont systématiquement remises en cause pour des soucis de sécurité (voir les actions de Greenpeace sur les piscines par exemple et voir le sabotage non resolu sur la centrale belge!!). Du coup ils imaginent que toutes les centrales pourront être renouvelées 50, 60, 70 ans sans souci! Mais messieurs aux États Unis par exemple, des centrales ont fermé aussi par raison de rentabilité car les investissements d’exploitation devenaient trop élevés..!
Ces messieurs ne voient pas non plus que les centrales près des fleuves vont être fortement contraintes par les périodes de sécheresse et réduiront de plus en plus leur production.
Ces messieurs ne voient pas non plus que personne ne peut dire qu’un accident n’arrivera pas et que pour cette simple raison, il est important de réduire la part du nucléaire pour maintenir moins de centrales à des niveaux de sécurité et surete plus forts.
Ces messieurs ne voient pas non plus la situation toujours catastrophique du Japon qui près de 10 après ne semble pas du tout maîtrisée preuve que les exploitants n’ont rien anticipé. Regardez comment sont traités les habitants. Imaginez vous à leur place où on vous dit de quitter votre maison sans savoir combien de temps? Certes officiellement par de morts, mais les dégâts humains sont considérables. En France, EDF provisionne 90M€ par accident, Fukushima c’est plus de 180milliards actuellement. Sachant que les centrales françaises sont dans des secteurs plus habités, le chiffre serait largement plus élevé et flinguerait les finances de l’Etat et donc des français. Mais non ça n’arrivera pas, nous sommes trop forts en France.
Enfin, même sans accident type Fukushima mais un accident qui nécessiterait de fermer plusieurs centrales pour défaut majeur (dixit ASN), par quoi produirons nous notre énergie decarbonee?? Au Japon, faute de renouvelables ils ont remplacé le nucléaire par du fossile et leurs émissions de CO2 ont explosé !! Preuve que faire du tout nucléaire n’a pas de sens.
Je ne parlerai même pas du nouveau nucléaire qui peine à faire ses preuves et qui sortira bien plus cher que les ENR (coûts de réseau compris) sauf en Chine où on peut largement douter de l’indépendance de leur ASN qui doit avoir un simple rôle de figuration face au gouvernement.
Pour terminer, si ces éminents scientifiques et défenseurs et adorateurs du nucléaire étaient si brillants, ils auraient pu prévoir un modèle basé sur la sobriété et la limitation des consommations au lieu de foncer tête baissée en développant un système nucléaire surcapacitaire. Mais au lieu de ça, les salariés d’EDF ont leur retraite financée à hauteur de 1milliard par an par une petite taxe bien discrète sur la facture d’elec (CTA), ne payent pas la totalité de leur consommation elec. » et ont un régime de retraite très spécial... Et vous osez parler de gilets jaunes pour l’eolien..?! On croit rêver.

Michel DESPLANCHES

Vous ne m' apprenez rien, mais il y a des réponses à tous vos arguments. Faute de temps, car je dois me rendre à une réunion anti-éolienne (eh oui !) je vous dirais seulement deux choses :
- 1. Dans toute son histoire, le nucléaire civil a sauvé plus de 2 millions de vies humaines par la réduction des pollutions carbonées (particules et autres) qu' il a permise en se substituant au charbon.
- 2. Dans toute son histoire, le nucléaire civil porte la responsabilité d' environ 3000 morts à Tchernobyl, en comptant large ; il n' y a eu à Fukushima que des victimes du tsunami, et les dégâts sont certes importants, mais bien plus par le tsunami que l' accident sur la centrale. En regard de cela, le maintien du charbon comme source d' énergie principale dans le monde coûte 400 000 morts prématurées chaque année, dont à peu près 40 000 en Europe dont 20 à 25 000 dans l' UE (charbon allemand et polonais surtout).
Enfin et pour clore, je ne suis pas un "adorateur du nucléaire", je suis devenu pro nucléaire par raison et pragmatisme. Mais vous, vous êtes bien l' un de ces zélés adorateurs des EnR intermittentes qu' Eric ZEMMOUR a pourfendu comme étant "une chimère idéologique" !

Thomas

Oui bonne idée, allez vous réunir pour pleurer tous ensemble sur votre pauvre sort au lieu de vous réunir pour porter des solutions vertueuses...
si vous étiez pragmatiques, vous verriez que l’éolien et le solaire sont plus efficaces a l’echelle mondiale pour réduire les productions au charbon et donc pour réduire les émissions de CO2 que le nucléaire car elles produisent plus que le nucléaire et produiront encore plus dans les années à venir.
Le nucléaire, aussi belle soit la techno ne se développe pas assez vite et peu de pays ont les capacités financières, la stabilité politique ou les caractéristiques géographiques pour le développer rapidement et massivement en remplacement du charbon. Donc vous pouvez continuer à rester dans votre idéologie à la Zemmour et faire vos petits comités de soi-disant experts en énergie, mais vous êtes complètement à l´inverse de la tendance mondiale.
Je ne suis pas zélé contrairement à vous, je dis juste que aucune techno miracle n’existe et qu’il faut réduire notre dépendance au nucléaire qui va coûter de plus en plus cher et pose de sérieuses questions sur tout un tas de sujets, bien plus que les EnR.
PS: prendre une phrase de Zemmour pour parler énergie est à mourir de rire et décrédibilise tout votre discours.

Thomas

D’ailleurs si on suit votre logique, l’eolien a fait largement moins de morts que le nucléaire et a causé moins de déplacements de personnes; et l’eolien a lui aussi permis d’eviter des morts en évitant des émissions de CO2 tout comme le nucléaire. Alors pourquoi en vouloir qu’a l’eolien?
Et du coup, vu que le charbon est effectivement le mal à combattre, j’espere que vous êtes aussi actifs avec tous vos petits amis dans une association anti centrale à charbon et anti centrale au fioul ?! Si ce n’est pas le cas ce ne serait pas logique?! Et ça traduirait votre vision étriquée du sujet...

bernard Mandron

Inexact les lignes haute tension existent déjà et peuvent transporter plus de KW. Par ailleurs et c'est un cout important au niveau des éoliennes il faut beaucoup plus de lignes pour transporter le courant de milliers d'éoliennes des quatre coins du pays pour alimenter les zones de consommation. par ailleurs ces lignes ne vont transporter du courant au mieux 21% du temps puisque c'est le taux de charge moyen en France pour la production éolienne. Ces investissements sont financé par EDF (obligé par l'état) donc le contribuable pour des installations qui ne seront utilisées que 21% du temps n moyenne annuelle.
Qui peut soutenir de tels investissements dont le taux d fonctionnement est si faible? Le contribuable taxé sur des décisions étatiques érronnées et qui un jour se révoltera. Tous ces investissements sont inamortissables économiquement parlant, mais grace au prix de vente garanti du KW aux sociétés financières qui montent les éoliennes et les exploitent c'est le jakpot garanti sur 20 ans! Merci qui!

Rochain

Certes elles existent déjà mais vous auriez du protester quand on a construit une centrale nucléaire très loin des lieux d'utilisations, 19 points de production seulement pour toute la France imposent un kilométrage bien supérieur à ce qu'une multitude de points de production proches des lieux d'utilisation peuvent faire. Les lignes issues des éoliennes sont de la MT pas de la THT et sont toutes enterres ce qui n'est pas possible avec les 400 000 volts issues des GW de si peu de réacteurs. ,
J'adore le au mieux 21% de production alors que l'éolien en France c'est entre 25 et 40% selon le lei de production, et les lignes THT avec des pylônes de 90m de haut qui sortent des centrales dont certaines arrêtées depuis 6 mois comme celle de Flamanville ont les paye aussi même si elles ne servent à rien. En revanche, ne vous traumatisez pas avec le 25 à 40% de l'éolien;, contrairement à vos salades habituelles on sait stocker et les lignes serviront toute l'année 24 heures sur 24.
Vous prendrez la gifle méchamment …. de la part des réalités si vous persistez dans le dénie que cette électricité soit la moins cher à produire et à acheminer, les erreurs finissent par se payer, mais heureusement la décision ne vous appartient pas, soyez seulement patient et un jour vous prétendrez n'avoir jamais dit ce que vous avez écrit.

Ballivet

Pour ou contre, on peut se demander pourquoi les éoliennes industrielles ne sont pas systématiquement implantées au plus près de la consommation d'électricité...i.e. dans les zones commerciales des agglomérations des métropoles et sur les sites industriels.

Rochain

Les éoliennes doivent d'abord être implantées dans les couloirs à vent, là où elles sont le plus efficaces. Ensuite les contraintes légales limitent les différentes options.

sirius

Paysage . La peste des pylônes n'est pas une excuse au choléra des éoliennes .
Surtout quand le lobby nous en annonce 15000 ! Sur les sites naturels encore préservés ,et sans parler des agressions des secteurs historiques ou culturels , voir les projets sur les plages du Débarquement ou aux abords de plusieurs abbayes .
Le lobby n'a aucun scrupule à placer ses machines où bon lui semble -surtout bon pour ses bénéfices .
PS : les CDNPS (ex Commissions des sites ) n'ont aucune autorité sur les décisions préfectorales .

Michel DESPLANCHES

Allez, un bon mot pour clore le débat ce soir, Laurent GERRA a trouvé la solution pour les éoliennes : "on n' a qu' à les enterrer" !

sirius

On semble oublier ici que l"électricité ne représente que 20 à 25 % de la totalité de l'énergie que nous consommons . Faut-il refuser de voir que les économies de CO2 et autres GES doivent être cherchées d'abord dans le transport, l'agriculture productiviste et le logement .
Sacrifier les sites naturels ou culturels pour le lobby éolien ne paraît ni raisonnable ni utile .

Thomas

Arrêtez avec votre lobby éolien et allez combattre le lobby pétrolier si vous estimez que c’est justement là que le problème est.
Discours anti éolien typique mais aucun anti éolien ne manifeste devant la Tour de Total à La Défense ou devant une station essence pour dire stop!! Les routes sillonnant les beaux paysages et tous les parkings autour des monuments historiques remplis de voitures qui polluent et abîment les murs des monuments historiques de leur gaz d’echappement ne vous dérangent donc pas??? Pourquoi pas d’asso Anti voitures autour des monuments historiques?? Ou anti parkings?
Encore une preuve de la vision étriquée des anti éoliens...

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet