EPR finlandais: TVO annonce un nouvel arbitrage partiel favorable

  • AFP
  • parue le

L'électricien finlandais TVO a annoncé mercredi un nouvel arbitrage partiel en sa faveur de la Chambre de commerce internationale (CCI) dans le litige l'opposant à Areva sur le chantier du réacteur EPR en Finlande.

La construction du réacteur de troisième génération par le groupe français et son partenaire allemand Siemens à Olkiluoto (sud-ouest de la Finlande) connaît d'importants retards et surcoûts, qu'Areva et TVO s'imputent mutuellement. Les deux groupes ont porté leur différend devant un tribunal d'arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris. Areva réclame 3,4 milliards d'euros de dédommagements et TVO 2,6 milliards.

TVO avait déjà revendiqué à deux reprises (novembre 2016 et juillet 2017) un arbitrage partiel en sa faveur venant de la CCI. Aucun montant n'a été dévoilé. La procédure d'arbitrage étant confidentielle, la CCI ne communique pas à son sujet. Ce nouvel arbitrage concerne principalement l'exécution des travaux et les coûts relatifs au retard de calendrier. Les trois décisions successives de la CCI tendent à prouver que la balance penche "en faveur de TVO", affirme l'électricien dans un communiqué.

Areva NP a de son côté indiqué à l'AFP ne pas souhaiter faire de commentaire sur les détails de cette décision. Mais cette dernière "ne statue cependant pas sur les montants des réclamations réciproques d'Areva/Siemens d'une part et de TVO d'autre part ni sur les éléments clés du dossier", a souligné un porte-parole de la branche réacteurs d'Areva.

La mise en service du réacteur EPR en Finlande, prévue initialement pour 2009, est désormais programmée pour mai 2019, alors que le chantier a débuté en 2005. Ce contentieux a un temps freiné un accord pour le rachat par EDF de la branche réacteur d'Areva NP, l'électricien français ne voulant pas assumer les risques associés à l'EPR d'Olkiluoto. Finalement, le projet restera dans une entité distincte d'Areva NP, toujours sous la responsabilité d'Areva. La décision finale de la CCI est attendue en 2018.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet