Voeux site

Espagne : le gouvernement s'écharpe sur l'éventualité de nationaliser les compagnies électriques

  • AFP
  • parue le

En pleine vague de froid en Espagne, la hausse du prix de l'électricité est la nouvelle pomme de discorde au sein du gouvernement de gauche, divisé sur l'éventualité de nationaliser les compagnies électriques pour faire baisser les prix.

Les chutes de neige et le froid glacial qui ont frappé une grande partie du pays ces derniers jours, paralysant Madrid, ont fait grimper en flèche la demande d'énergie et le prix de l'électricité sur le marché de gros, sur lequel les compagnies énergétiques vendent et achètent l'électricité avant de la revendre à leurs clients finaux.

Ce phénomène fait craindre in fine une hausse de la facture d'électricité pour les particuliers. Le parti de gauche radicale Podemos, qui gouverne en coalition avec les socialistes de Pedro Sanchez depuis un an, en a profité pour renouveler sa proposition de nationaliser les compagnies d'électricité.

"Une entreprise publique (est) un instrument utile qui aiderait à faire baisser les prix", a défendu mardi dans un tweet Alberto Garzon, ministre de la Consommation et l'un des représentants de Podemos au sein du gouvernement.

La ministre socialiste de la Transition écologique, Teresa Ribera, a rejeté cette idée, donnant sa préférence à une réforme structurelle du marché de l'énergie afin de faire baisser les prix pour les consommateurs. Le ministère réfléchit à un "mécanisme tampon" permettant d'éviter de trop fortes fluctuations des prix, a-t-elle indiqué jeudi à la radio.

Hausse du salaire minimum, réforme du droit du travail ou réduction du temps de travail : les sujets de discorde se sont accumulés ces derniers mois entre les deux partis de gouvernement.

Les socialistes sont en effet plutôt favorables au statu quo en attendant que l'économie reparte tandis que Podemos tente d'aller le plus loin possible dans ses revendications sociales.

Ajouter un commentaire