Face à Olaf Scholz, Vladimir Poutine défend le gaz russe et l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder

  • AFP
  • parue le

Vladimir Poutine a défendu mardi le gaz russe et l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, critiqué en Allemagne pour son ambition d'entrer au conseil d'administration du géant gazier russe Gazprom, face au chancelier actuel Olaf Scholz en visite à Moscou.

"La Russie fournit actuellement plus d'un tiers des produits énergétiques de l'Allemagne, à la fois le pétrole (34%) et le gaz naturel (35%)", a déclaré M. Poutine, rappelant l'importante dépendance de Berlin aux hydrocarbures russes.

"Même pendant la période de prix élevés du gaz et de pénurie de l'offre en Europe, nous avons continué à fournir les consommateurs allemands sur la base des prix fixés par des contrats à long terme", bien inférieurs aux prix du marché au comptant, a-t-il souligné.

Ces derniers ont atteint des niveaux historiques ces derniers mois, certains reprochant à la Russie d'entretenir la situation pour obtenir le démarrage du controversé gazoduc Nord Stream 2.

Face au chancelier allemand, Vladimir Poutine a ainsi défendu Nord Stream 2, achevé en 2021 mais en attente d'un feu vert du régulateur allemand.

"Il s'agit d'un des plus grands projets d'infrastructure en Europe, destiné à renforcer significativement la sécurité énergétique sur le continent et à contribuer à la résolution (...) des problèmes environnementaux", a énuméré le président russe, répétant qu'il s'agit d'un projet "purement commercial, pas politique".

"Aujourd'hui, beaucoup en Europe s'inquiètent de savoir si le gaz russe sera livré à l'Europe en général et à l'Allemagne en particulier", a encore ajouté M. Poutine répondant à une question sur les critiques faites en Allemagne après la candidature de M. Schröder, 77 ans, au CA de Gazprom.

S'il est élu, "alors il y aura une personne honnête que nous respectons, et l'Allemagne, les Européens auront une personne qui pourra à la fois exercer une influence et recevoir des informations directement de Gazprom. Nous ne pouvons que nous en réjouir", a défendu M. Poutine.

Sa nomination serait "une chose naturelle", a-t-il ajouté, rappelant que le chancelier est également membre du conseil d'administration du gazoduc Nord Stream (de Gazprom), démarré en 2011 et dans la genèse duquel il a joué un rôle déterminant.

Cette candidature a pourtant été vivement critiquée en Allemagne, où les prises de position pro-Kremlin de M. Schröder embarrassent le chancelier actuel.

M. Schröder, ami de longue date de Vladimir Poutine, est déjà président du conseil d'administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe.

Commentaires

APO

Est-ce ce Monsieur qui a lancé (avec les Verts Allemands) EnergieWende pour l'Allemagne en tant que chancelier ??? " M. Schröder, ami de longue date de Vladimir Poutine, est déjà président du conseil d'administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe. "

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.