Flambée des prix des carburants : plusieurs opérations escargot en Bretagne

  • AFP
  • parue le

Des opérations escargot étaient toujours en cours vendredi après-midi en Bretagne pour protester contre la hausse des prix des carburants tandis que le dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan) a été débloqué, a-t-on appris de sources concordantes.

Les professionnels des travaux publics et agricoles dénoncent l'absence de réponse satisfaisante du gouvernement face à l'envolée des prix du gazole.

Dans le Morbihan, une opération de déblocage du dépôt pétrolier de Lorient a été menée vendredi après quatre jours de blocage par des véhicules et engins de chantier, a annoncé la préfecture. Plusieurs livraisons ont déjà été effectuées. "Le préfet du Morbihan condamne fermement les agissements des manifestants qui font clairement apparaître une volonté délibérée de nuire et fragilisent la sécurité de ce site classé Seveso seuil haut", a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Des ralentissements sont également en cours à Vannes, avait annoncé plus tôt Bison Futé, évoquant de "fortes gênes à la circulation". "On a trois convois filtrants venant d'Auray, Surzur et Ploërmel", avait précisé à l'AFP la préfecture du Morbihan dans la matinée.

Dans les Côtes-d'Armor, ces opérations se déroulent sur la route nationale 12 aux alentours de Saint-Brieuc et provoquent de forts ralentissements, selon la préfecture des Côtes-d'Armor. Le secteur de Guingamp et de Lamballe sont également concernés avec des bouchons de plusieurs kilomètres.

À Vern-sur-Seiche, près de Rennes, où un dépôt pétrolier avait été bloqué jeudi, une trentaine de représentants d'entreprises de travaux agricoles bloquent avec une quinzaine de tracteurs la quatre voies reliant Rennes à Angers. L'opération devait durer jusqu'à 16h00. "Notre action aujourd'hui c'est pour le prix du GNR (gazole non-routier, ndlr) qui a augmenté dans des proportions inacceptables. L'année dernière on le payait autour de 0,70 euro par litre, et là on est à 1,40, 1,50, ça fait une grosse augmentation", a déclaré à l'AFP Joseph Cornu, entrepreneur de travaux agricoles à Janzé (Ille-et-Vilaine) qui a pour clients des agriculteurs.

"Nos engins consomment beaucoup de gazole et de GNR. Sur des tracteurs, on est à 35 litres à l'heure, sur des ensileuses, on est à 1 000 litres par jour. Ça nous fait de grosses répercussions de prix chez nos agriculteurs, mais eux ne peuvent pas répercuter leurs prix parce que leurs prix de vente sont bloqués", a-t-il ajouté, dénonçant l'annonce d'un remboursement "de 15 centimes sur une augmentation de 80 centimes à un euro le litre".

Dans le Finistère, une trentaine d'engins agricoles, dont de nombreux tracteurs avec remorque, menaient un barrage filtrant à la périphérie de Brest, dont le dépôt pétrolier a été débloqué jeudi midi par les forces de l'ordre. Vendredi, l'entrée principale du dépôt était toujours bloquée mais les camions entraient et sortaient par une porte arrière sécurisée par les forces de l'ordre.

Dans un communiqué vendredi, la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) de Bretagne, qui compte 987 entreprises de travaux publics, a jugé "très insuffisant" le plan de résilience du gouvernement tout en précisant qu'elle "ne s'associait pas aux actions de blocage". La FRTP appelle à un blocage des prix des carburants et à un gel momentané de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

Commentaires

APO

Il serait probablement d'utilité publique de leur faire lire à tous le "monde sans fin" de Jancovici/Blain pour se détendre et aussi et surtout pour se préparer aux années/décennies à venir... Une BD avec une approche accessible à tout public, que par comparaison de gros rapports et des explications de synthèse ne feront pas comprendre grand chose à des protestataires qui ont "raison et tort" à la fois...
Les situations que nos sociétés vont rencontrer vont être de moins en moins raisonnables (avec "nos" critères d'analyse issus du passé) et de plus en plus tortueuses avec les aléas divers que nous allons rencontrer (l'état n'y pourra pas grand chose, ni les paroles des hommes politiques... sauf si ils changent de discours !). Le monde est "fini" et la croissance matérielle à l'infini, c'est fini ou sur le point de l'être pour le commun des mortels...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.