GRDF : une activité « fortement perturbée » par une grève à Paris, des clients sans chauffage ni eau chaude

  • AFP
  • parue le

L'activité du distributeur de gaz GRDF, touché par un mouvement social, est "fortement perturbée" depuis plusieurs jours, principalement à Paris et en Ile-de-France, ce qui prive certains foyers de chauffage et d'eau chaude, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Des agents du groupe sont toujours en grève à l'appel du premier syndicat de l'entreprise, la CGT, qui rejette un accord sur les salaires signé le 18 novembre par les trois autres organisations syndicales représentatives (CFDT, CFE-Energie, FO).

"Comme on a de nombreux agents en grève, il y a un certain nombre d'interventions chez des usagers qui ne peuvent pas être réalisées", a indiqué à l'AFP Eric Gautier, coordinateur syndical CGT chez GRDF.

Compte tenu de la densité de population, la situation est particulièrement problématique en région parisienne, "où il y a de gros filtrages qui sont réalisés par les agents en grève" et où les véhicules d'intervention "sortent au compte-gouttes", selon M. Gautier.

"En Ile-de-France, la majorité de notre activité est fortement perturbée", a confirmé la direction de GRDF, jointe par l'AFP.

"Tout ce qui peut être reporté est reporté et les demandes habituelles prennent plus de temps que d'habitude, ça, c'est certain", a-t-on ajouté de même source, sans pouvoir donner de chiffres, que ce soit sur l'ampleur de ces conséquences ou les délais d'attente.

"Je n'ai ni chauffage ni eau chaude depuis dix jours", a témoigné auprès de l'AFP Mathilde Adeyemi, 27 ans, qui travaille dans le secteur de la mode, et qui a emménagé récemment en colocation dans le nord de Paris.

Son rendez-vous avec un technicien GRDF, pour le raccordement au réseau de gaz, était programmé le 15 novembre. "Le 14, j'ai reçu un texto de GRDF m'expliquant que mon rendez-vous était annulé parce qu'il y a un mouvement social", a rapporté Madame Adeyemi, dépitée, précisant n'avoir pas eu de retour depuis, et avoir été confrontée, au téléphone, à des agents saturés d'appel.

Certains de ces employés des plateformes téléphoniques de GRDF "ont fait valoir leur droit de retrait", car ils en avaient "marre de se faire engueuler", a indiqué la CGT à l'AFP.

Le préavis de grève de la CGT court jusqu'au 2 décembre, selon M. Grégoire, dont le syndicat souhaite renégocier avec la direction. "Si d'ici là, il n'y a rien de neuf sous le soleil, il sera probablement prolongé", a-t-il assuré.

L'accord salarial prévoit notamment 2,3% d'augmentation pour tous, rétroactive au 1er juillet, en complément d'une hausse du salaire national de base obtenue au niveau de la branche.

Commentaires

Olivier DE BOISSEZON

l'AFP est un peu "parisienne" ...
A Lyon aussi, c'est perturbé par un mouvement de grève.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.