La France « se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires » selon le PDG d'EDF

  • AFP
  • parue le

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy estime que "la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires" et que la construction de six réacteurs EPR serait un choix "efficace", dans un entretien au Monde publié jeudi.

Le gouvernement a adressé en septembre à l'électricien une lettre lui demandant d'évaluer l'état de la filière nucléaire et évoquant six éventuels réacteurs EPR à construire. Le gouvernement a toutefois assuré qu'il s'agissait d'une simple "hypothèse de travail" et qu'aucune décision n'avait été prise. "Il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires. C'est dans la mission que j'ai reçue lorsque j'ai été nommé, il y a cinq ans", a commenté Jean-Bernard Lévy, cité sur le site internet du Monde.

Évoquant l'objectif français de neutralité carbone en 2050, le PDG d'EDF insiste : "il faudra de nouvelles centrales nucléaires" pour y arriver et "nous nous y préparons". "Pour être efficace, il faut construire les centrales nucléaires plutôt par tranche de deux (réacteurs) sur chaque site et sur trois sites consécutifs, de façon à faire baisser les coûts. C'est simplement la réalité industrielle", argumente-t-il.

Dans son projet de Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), sa feuille de route pour les dix prochaines années, le gouvernement avait indiqué vouloir disposer d'ici la mi-2021 de tous les éléments pour prendre la décision de construire ou non de nouveaux réacteurs nucléaires.

Mais son calendrier est compliqué par les déboires du chantier de l'EPR de Flamanville (Manche): le gouvernement ne veut pas se lancer dans une nouvelle construction avant que cet EPR ne fonctionne, or cette échéance a été repoussée à 2023. "Le réacteur de Flamanville ne sera pas mis en service à cette date (mi-2021) mais, dans le même temps, on peut souligner que les deux réacteurs de Taishan, en Chine, utilisent la même technologie et fonctionnent très bien", avance Jean-Bernard Lévy: "il n'y a donc pas de problème sur l'EPR en soi".

EDF ne compare pas le coût de l'électricité produit par d'éventuels EPR aux renouvelables mais aux centrales à gaz. "Notre objectif, c'est de faire en sorte que le nouveau nucléaire permette de justifier qu'on construise de nouvelles centrales nucléaires plutôt que des centrales qui importeront du gaz", indique M. Lévy.

Commentaires

Bruno Lalouette

L'énergie nucléaire ne sert qu'à faire tourner radiateurs électrique et clims avec 70% de 24% d'électricité consommée au niveau national, soit 16,8% du total, pour une consommation électrique du tertiaire de 15,4%, ajoutons-y, 15% de perte sur le réseau, soit, 2,31% de la consommation nucléaire, le transport représentant par ailleurs 1/3 de la facture électrique des particuliers, nous avons 15,4 + 2,31 = 17,71%, soit pratiquement un point de plus que la production nucléaire!

Le solaire est gratuit hors coûts d'installation!

Pour les industries, nous avons les grands barrages et... L'énergie fatale de l'industrie à récupérer, représentant 36% de l'énergie fossiles consommée par ce secteur et qui conviendrait très bien aux besoins de froid et de chaleur inférieur à 100°, plus, sa transformation en électricité par le biais de moteurs Stirling!

C'est donc dans la pose de panneaux solaires thermiques sur les toits des entreprises, la construction de centrales bois trigénération, le développement de réseaux de chaleur et froid, dans la création d'unités de petite hydraulique ( roues à aubes et barrages au fil de l'eau: https://www.sortirdunucleaire.org/Petite-hydroelectricite-p-19 ) et la production géothermique, que doivent s'injecter les milliards initialement destinés aux vieilles centrales d'EDF!

Ceci est une feuille de route pour la présidentielle 2022, nous devons absolument pouvoir choisir nos énergies par référendum!

Pour finir, le CO2 neutre des centrales à bois et géothermiques peut être transformer en méthane et éthanol carburants, rajoutant de l'emploi et de l'indépendance énergétique à notre pays!

Tous les bâtiments d'ici 25 ans, ne devraient plus être chauffés et refroidis, que par du solaire thermique complété par de l'énergie bois!

Enormes créations d'emplois et énormes économies pour les contribuables sur les factures énergétiques de tous les bâtiments publics, à mettre en face de la ruine du nucléaire!

Toutes les bonnes âmes, associatives et professionnelles devraient adopter ce texte pour faire émerger un candidat, hors partis politiques, à la présidentielle 2022, ayant un vrai programme pour notre pays!

Vincent

"Le solaire est gratuit hors coûts d'installation!". C'est le principe de chaque ressource, l'uranium, le pétrole, le charbon, le silicium, le lithium, sont également gratuits. Il suffit juste de payer "les couts d'installation" pour les récupérer. D'ailleurs, le fait que toutes ces ressources soient gratuites est une cause du problème actuel.
Et en l'occurrence, les couts d'installation des moyens de production intermittents et décentralisés sont énormes, du fait des couts de raccordement au réseau et du stockage associé (avant même de parler de stockage, la masse de métaux pour produire une quantité d'énergie donnée avec des panneaux solaires est plusieurs dizaines de fois supérieures à celle qu'il faut pour produire la même quantité avec du nucléaire). Un pays comme l'Allemagne, même quand 90% de son électricité vient de "renouvelable", il a bilan carbone pour la production d'électricité qui est 4 fois plus mauvais que celui de la France (vu il y a 10 jours sur le site https://www.electricitymap.org/?page=map&solar=false&remote=true&wind=t… , pendant un épisode très venteux en Allemagne. Elle était alors à 200gCO2/kWh, contre 50 au même moment pour la France). Le problème du renouvelable intermittent, c'est qu'aujourd'hui on n'a pas de moyen massif de stockage. Pour que l'Allemagne passe à du 100% ENR, il faudrait des dizaines de TWh de stockage électrique (je ne retrouve plus la source, mais c'était entre 30 et 80TWh de souvenir), alors que le meilleur moyen de stockage actuel, les STEP, ne permet que de stocker de l'ordre de 1 à 2% de cette valeur (ce qui ne veut pas dire que les STEPs ne sont pas intéressantes, juste qu'elles ne sont pas adaptées à ce besoin là en particulier). Quant aux batteries, il n'y a juste pas assez de métaux dans le sol rien que pour subvenir à l'Allemagne si on voulait faire du stockage massif à partir de batteries et même si c'était le cas, ça correspondrait à plus que le PIB de l'allemagne juste en investissement batterie, donc de là à trouver une solution mondiale... Du coup, l'Allemagne est empêtrée dans sa filière charbon et le sera tant qu'il n'y aura pas de stockage massif. Et le schéma sera le même pour la France, avec du gaz au lieu du charbon, si on décide de sortir du nucléaire. Il est trop tôt pour vouloir sortir du nucléaire. On sera raisonnable de sortir du nucléaire quand les moyens de stockage du renouvelable intermittents seront là, pas avant.

D'accord avec vous par contre pour le chauffage avec panneau solaire thermodynamique, qui devrait clairement être plus étendu, en parallèle d'investissements pour isoler les habitations (plutôt que d'injecter des milliards dans des éoliennes qui n'amélioreront pas le bilan carbone de la production électrique française, voire l'empireront du fait de l'ouverture de centrales à gaz pour pallier leur intermittence, on ferait mieux d'investir dans le remplacement des chaudières au fioul ou à gaz !).

Quant à choisir les énergies par référendum... vu la complexité du domaine de l'énergie, je ne suis clairement pas sûrs que ce soit le meilleur moyen de trouver la meilleure solution au problème ;)

Bruno Lalouette

Non!

Extraction, transport, stockage, transformation, transport de l'électricité, déchets!

Le soleil sur le toit est gratuit hors coût d'installation de la plaque en fer et des conduites avec liquide caloporteur!

Quant au référendum, cela s'appelle aussi démocratie!

Il n'y a rien de complexe dans l'énergie, il y a juste des gens ignorants et à informer, que non, le nucléaire, c'est pas propre, l'éolien et le photovoltaïque non plus...

Et non, le nucléaire n'est pas rentable, pas plus que l'éolien, le photovoltaïque et les énergies marines...

Les moins chères dans l'ordre: hydraulique, solaire thermique, bois!

L'état dépense des milliards dans le nucléaire, l'éolien et le photovoltaïque avec l'argent de nos impôts, sans notre avis, ni consentement!

Avant de construire tout site nucléaire, il devrait y avoir un referendum local/régional, dans toute la zone impactée en cas d'accident!

Nous sommes en dictature soft et des escrocs gouvernent au prétexte qu'ils ont réussi le concours, toujours avec notre argent, de la république des escrocs!

STOP!

Les choses vont finir par mal finir!

Vincent

Ah oui, si effectivement vous défendez le fait d'abandonner l'énergie électrique, votre discours est cohérent :)
Mais retourner aux énergies d'avant le XIXème siècle va nécessiter une énorme décroissance. Et je doute qu'à un référendum, l'idée de retourner aux énergies du XVIIIième siècle soit validée par l'ensemble de nos concitoyens puisque ça reviendrait à augmenter de plusieurs ordres de grandeur le prix de l'énergie. Donc quand on voit ce que donne déjà une augmentation de 10%, on peut affirmer, comme vous le dites, que les choses vont finir par mal finir.

Quant au référendum, s'il s'agit de faire prendre à la population des décisions sur des sujets qu'ils ne comprennent absolument pas, ce n'est pas de la démocratie, mais du populisme. Une démocratie consiste avant tout à voter pour des élus qui ont un certain programme et qui l'appliqueront a posteriori, ou pas, suite aux discussions avec les experts et un arbitrage dans chaque domaine (et oui, certains promesses électorales démagogiques sont juste irréalistes et ne sont donc tout simplement pas tenues). Le problème aujourd'hui, c'est justement que les élus ont arrêté d'écouter les experts de chaque domaine, qui s'évertuent pourtant à conseiller et sensibiliser, et préfèrent tomber dans le populisme, solution de facilité qui a le vent en poupe puisque ça donne l'illusion aux électeurs de maitriser leur avenir, alors que c'est tout l'inverse puisque les décisions sont prises contre toute rationalité. Et c'est malheureusement un cercle vicieux qui s'auto-entretient

Bruno Lalouette

D'abord, le nucléaire, énergie très centralisée crée très peu d'emploi comparée aux énergies issues de la biomasse et le fait de produire des carburants à partir des déchets verts et du co2, c'est relocaliser en France les emplois du pétrole et du gaz, Total emploie les 2/3 de son personnel à l'étranger!
Ensuite les prix, 112 euros le Mwh pour l'EPR, entre 15 et 20 pour l'hydraulique, entre 20 et 30 pour le bois et le solaire thermique, tout le reste et à plus de 50 euros du Mwh hors transport!
Or, le transport, c'est 1/3 de la facture d'électricité, d'où l'intérêt d'énergies locales!
Alors dire que la population ne comprend pas, c'est juste du suprémacisme à la Jules Ferry!
A ce compte là, autant supprimer toute élection, puisque les débiles ne captent rien à rien!
Et à l'heure actuelle, ce sont les lobbys mondialisés qui donnent les ordres en achetant les politiques!
Ce modèle est en train de craquer partout!
Partout, les bourricots que nous sommes en ont marre des fausses élites qui nous pillent et nous dépouillent en nous disant d'aller bosser et en plus y faut fermer sa bouche au motif que l'on serait trop con pour comprendre!
Des gens malhonnêtes planifient des centrales sur 60 ans, avec 40 ans de démantèlement et des déchets qui durent 20000 ans en nous assurant que c'est rentable avec un risque nucléaire qu'aucune compagnie au Monde ne veut assurer et nous sommes vraiment très bête en disant non...
C'est sûr, c'est vachement rationnel d'être pronucléaire...

Vincent

Je n'ai jamais dit que la population ne comprend pas, je dis juste qu'elle ne peut pas tout comprendre. Il ne faut pas retourner la logique hein. Tout le monde ne peut pas être expert en tout. Et même les experts d'un domaine en particulier ne sont pas d'accord, ce qui montre bien à quel point les sujets à traiter sont complexes. Le problème ce n'est pas le fait d'avoir une élite, comme vous dites, mais que cette soit-disant élite prend de mauvaises décisions pour tout un tas de raisons, une des premières étant que la politique étant court-termiste, elle n'a aucun intérêt à prendre des décisions courageuses ou non populaires dont les effets potentiellement bénéfiques ne peuvent se ressentir qu'à long terme.
Je suis d'accord avec vous pour produire de l'énergie localement là où tout est encore à faire. En France et en UE de manière générale, le réseau est connecté, avec des besoins de dizaines de GW en permanence, rien que pour l'électricité. Donc à moins de réduire drastiquement notre consommation d'énergie (ce qui semble hautement improbable, puisque ce sera forcément impopulaire), on ne pourra remplacer des dizaines de GW fossiles par de l'hydraulique (déjà plus ou moins saturé. Et aujourd'hui, personne n'ira engloutir une vallée). Pour le bois, s'il fallait produire des dizaines de GW, j'ai du mal à imaginer ce que ça impliquerait en terme de déforestation. Pouvez-vous m'éclairer là dessus si vous avez l'info ? Quelle quantité d'énergie peut être produite sans trop affecter les écosystèmes ? Sachant qu'aujourd'hui, il faudrait plutôt reforester. Pour le solaire thermodynamique, il y a un réel potentiel, c'est clairement une des solutions au problème. Mais ça reste non pilotable, donc ce n'est pas la solution miracle non plus. De toute manière, il faudra un panel de solutions complémentaires.
D'accord avec vous également sur le besoin de sensibilisation : il va falloir que les gens comprennent qu'on ne peut pas continuer à consommer autant et que le temps de l'énergie quasi gratuite (en tout cas clairement pas assez chère pour que notre consommation soit compatible avec une société durable) est fini.

Bruno Lalouette

Canada, un quartier de 52 maisons, situé à 1000m d'altitude, avec des moyennes de -15° l'hiver, se chauffe à 70% avec des solaires thermiques sur les toits des garages et une dalle qui stocke la chaleur l'été!
Leur record est de 90% des besoins assurés en chaleur!
Donc vous pouvez compléter avec une cuisinière avec bouilleur ( https://www.chaleurbois.com/15-cuisiniere-bois-bouilleur-chauffage-cent… ) et finir avec une chaudière Stirling ( https://www.picbleu.fr/page/chaudieres-a-moteur-stirling-hybrides-pompe… ), toujours au bois.
Bien évident , le bois complément doit aussi être local (max 50km) et durable, provenant des haies des parcelles agricoles (1 million de km de haies supprimé par la PAC en France), le haut des talus d'autoroutes, le long des voies ferrées et surtout sur les parcelles agricoles elles mêmes, avec des espèces fourragères nourrissant le bétail!
C'est un plan retraite bois à mettre en place sur 25/30 ans pour construire des retraites individuelles sur 25/30 ans, avec en parallèle sur la même durée le remplacement des installations de chauffage et de froid de 100% des bâtiments!
J'aimerais connaitre la facture énergétique de tous les bâtiments publics de France?
Grosses, grosses, économies d'impôts en perspective!
Le chômage c'est 100 milliards d'un point de vue comptable, mais entre non production et non consommation, divorces, échecs scolaires, santé, délinquance, c'est beaucoup plus!
Une subvention pour les particuliers et leur résidence principale en fonction de leurs revenus, sous forme d'un crédit à taux zéro, remboursé à 99% à 1000 euros de revenus mensuel jusqu'à 0% pour 10000 euros de revenus mensuel, à la condition sine qua non, que le matériel soit 100% produit en France à base de matières premières recyclées en France...
Si seulement 50% produit en France, alors seulement 50% est pris en charge par la subvention, toujours sous condition de revenus!
La règle s'applique aux copropriétés!
Défiscalisation totale des bénéfices des entreprises réinjectés en France dans le solaire thermique, l'énergie bois, les réseaux de froid et de chaleur, le biogaz et l'éthanol carburants, le traitement des déchets, les moteurs Stirling et l'énergie fatale (qui représente pour l'industrie, 36% des énergies fossiles consommées par cette dernière).
Petite hydraulique sous la forme de roues à aubes... Une roue produit l'électricité pour 25 foyers, 100000 (en double, triple, quadruple, là où c'est possible) roues = 2,5 millions de foyers, soit un minimum moyen de 5 millions d'habitants!
En comptant large à 50000 euros par roue, nous sommes à 5 milliards d'euros!
Soit un investissement de 1000 euros par habitant pour une durée d'au moins 30 ans!
Avec peut être un maximum de six mois de travaux par roue...
Combien pour l'EPR qui ne fonctionne toujours pas?
Ex: https://www.bioenergie-promotion.fr/44451/une-chaudiere-bois-renewa-de-…
Chaudière commandée en septembre 2014, tout est livré en avril 2015... Déjà cinq ans...
Reste les centrales au fil de l'eau à construire, les pipes d'eau potable avec turbines intégrées (en Autriche, ils l'ont fait avec du pétrole), 100% d'éclairage public aux LED, un label énergétique A+++ obligatoire pour tous les appareils électriques, sauf les radiateurs à interdire!
Non! Nous n'avons absolument pas besoin de nous priver, au contraire, un monde immatériel s'ouvre à nous, blockchain et Crypto-Franc à créer tirant les salaires vers le haut et démocratisant le télétravail...
C'est bon pour le bien être et les campagnes...

https://www.frenchweb.fr/made-in-switzerland-la-blockchain-secteur-en-p…

https://journalducoin.com/blockchain/infographie-emploi-blockchain-fran…

Et pour réaliser ceci, contrairement à l'aberration le Maire, membre du comité pronucléaire, il ne faut pas taxer les cryptomonnaies, mais par contre, les data center doivent eux, devenir totalement autosuffisant grâce aux solutions énumérées dans ce texte!
Et seule la croissance peut financer le changement énergétique et une société durable!
Capitalisme vert et rhénan et non pas collectivisme de misère pour devenir un Venezuela bis avec des réacteurs nucléaires à la place de puits de pétrole, c'est beaucoup plus dangereux...

Vincent

Pour la production de chaleur, il y a effectivement clairement moyen de faire mieux que ce qu'on fait aujourd'hui, en combinant meilleure isolation, sobriété et meilleure efficacité.
En revanche pour la production d'électricité, même en déforestant toute la France, vous n'irez pas produire des centaines de TWh par an. Quant aux petites roues à aubes, c'est bien sur le papier oui. En pratique de plus en plus de rivières sont à secs en été et ça va pas aller en s'arrangeant. Bref, ces solutions ne sont pas compatibles avec la production toujours croissante d'électricité. Et cette croissance n'est pas prête de s'arrêter, puisque la décarbonation des transports passera par l'électrique (batterie et hydrogène) et que le secteur numérique est également en pleine croissance et deviendra rapidement la principale source de consommation d'énergie si rien n'est fait pour le réguler (paradoxal pour un outil de soit-disant dématérialisation, un des exemples les plus frappants de greenwashing).
Et comme le retour sur investissement énergétique de toutes les énergies dont vous parlez est bien plus faible que les énergies classiques ou nucléaires, vous pouvez oublier votre rêve de croissance éternelle... La transition énergétique ne sera pas une partie de plaisir pour la plupart d'entre nous.

Bruno Lalouette

Où est la limite du solaire thermique, solution propre, locale et gratuite, hors coûts d'installations?
L'énergie bois n'est qu'un complément!
Supprimer tous les radiateurs électriques, chauffez et refroidissez les bâtiments au solaire thermique, mettez de l'éclairage public aux LED partout en France et récupérez toute la chaleur fatale disponible et vous allez voir tout l'arnaque du nucléaire!
Un data center immergé, c'est 95% d'électricité en moins!
Hors photovoltaïque et éolien trop chers et objets de leur lobby respectifs, les autre solutions n'ont pas le droit à la parole!
La croissance éternelle est incarnée par les terres rares des abysses, les nodules polymétalliques et l'Hélium-3 auquels s'ajouteront des minerais en provenance des astéroïdes, le Luxembourg est en train de définir un cadre légal (seul?) pour les droits d'exploitation du système solaire...
Tout est à notre porté, sauf que les décideurs politiques formaté par l'école du passé ne voient rien arriver!
Pour eux c'est de la science-fiction, mais dès demain matin, ce sera une réalité, votre EPR est mort avant même que d'être né!

Point

Enfin une visibilité pour la filière nucléaire française qui en avait bien besoin !
Le nucléaire a plusieurs atouts indéniables reconnus par l'AIE, le GIEC et la Banque Mondiale. Il est très peu émetteur de CO2, il assure notre indépendance énergétique, il apporte une électricité abondante et pilotable et il est compétitif avec son parc actuel de 58 réacteurs.

sail49

Outre l 'immense problème qu'engendre les centaines de milliers de tonnes de matériaux et matériels radioactifs (faiblement ou fortement), l'EPR, qu'il soit de 1ere ou de 2eme génération demandera un refroidissement par turbinage et de très gros volumes d'eau.
Hors si on fait une projection climatique avec les modèles aujourd'hui à notre disposition, nous savons que, dans l'ordre, le 1er problème que va engendrer le réchauffement climatique en France est une diminution sévère de l'eau douce en période d'étiage et comme EDF a déjà acquis discrètement du foncier autour de centrales existantes, ces EPR2 ne seront pas situés sur le littoral !
Ce n'est d'ailleurs pas une simple hypothèse, la centrale de Golfesh a été stoppée à plusieurs reprises en été parce qu'il n'y avait plus assez d'eau à turbiner et par mesure de sécurité, les gestionnaires ont même été contraints à des lâcher de barrage, situés en amont, (barrage hydroélectrique ... un comble !)

Cela m'amène à la conclusion suivante :
- soit les pro-nucléaires sont des climato-sceptiques cyniques qui argumentent le faible bilan CO2 (vaste imposture si on fait sérieusement l'ACV de la filière) mais en réalité qui nient l’existence même des changements climatiques qui s'opèrent d'ores et déjà.
- soit les pro-nucléaires prévoient que le nucléaire soit inutilisable en été, et donc concède en filigrane qu'il devienne une énergie intermittente, au même titre que le solaire ou à l'éolien mais alors au coût exorbitant du nucléaire et avec la gestion des centaines de milliers de tonnes de déchets en plus !!

Bruno Lalouette

Moi et mes potes ont va faire sauter dans la nuit, 100 transformateurs!

Demain matin, y' a plus ni trains, ni métros, ni téléphones, ni ordinateurs!

Décidément, quelle merveilleuse idée que cette énergie centralisée, qui nous irradie de ses bienfaits...

Les incidents sont en train de se multiplier sur des vieilles centrales à 52 euros du MWh...

Les EPR sont donnés pour le moment... A 112 euros du Mwh!

Cocorico, cocorico...

Maume

Les déboires de EPR de Flamanville, (soudures des lignes vapeur VVP) est un faux-problème dont je me suis expliqué par courriers auprès des organismes (ASN, EDF, FRAMATOME, le Ministère, le Sénat, L'assemblée Nationale, la Présidence de la République) sans réponse ce jour.
Ces tuyauteries sont intrinsèquement sûres, les réparations engagées n'apporteront rien. Des dépenses d'énergie qui, on l'espère, ne feront pas défaut ailleurs.
Au départ une ânerie de EDF, suivie par la volonté de se mettre en valeur de l'ASN, l'orgueil de tous pour ne pas reconnaître ce qui est une évidence pour celui qui a un peu de connaissance du sujet et un peu de bon sens.

Pierre-Ernest

C'est une erreur de raisonnement que de considérer que le soleil ou le vent sont "gratuits", en opposition avec les autres sources d'énergie. En réalité, les rivières dans leur lit ou encore le pétrole, le gaz ou l'uranium 235 dans leur gisement sont eux aussi gratuits. Par contre, pour passer de ces éléments gratuits à de l'énergie utilisable, il faut extraire cette énergie, par des procédés qui, eux, ne sont pas gratuits.
L'énergie du soleil et du vent est beaucoup plus diluée que celle du pétrole, du gaz ou de l'uranium 235. Sa captation occupe donc beaucoup plus d'espace. Elle est donc intrinsèquement beaucoup moins écologique.

sail49

Aberration d'une vue de l'esprit complètement hors sol !
Contrairement aux énergies renouvelables certes, moins concentrées, la mise à disposition et l'usage des énergies fossiles demandent des surfaces bien plus importantes encore.
Entre l'extraction, le raffinage, les moyens d'acheminements, les moyens de stockages, l'occupation au sol des millions de générateurs, les moyens de retraitement et de stockage des déchets et tous les outils, matériels et matériaux nécessaires à l'usage des énergies fossiles, l'occupation des sols mobilisent des surfaces bien supérieures encore ... sauf qu'elles sont diluées et éparpillées !

Par ailleurs, la notion de l'écologie ne s'arrête pas à la seule occupation des sols mais à toutes les pollutions qu'engendrent les énergies fossiles et si on prend en compte les surfaces perdues par les changements climatiques qu’opèrent l'utilisation des énergies fossiles on prend alors toute la portée de l'énorme erreur de votre raisonnement !

Rochain

On peut tourner ce genre d'âneries de 1000 façons

Rochain

Il semble que l'on ai pas bien compris la leçon des 6 premiers :
Chine 4 ans de retard au démarrage pour les deux qui s'en sortent le MIEUX.
Flamenville les 2 anglais et le finlandais catastrophe... On en redemande

Guillaume

Et pendant ce temps-là, l'Allemagne met en place une stratégie pour sortir du charbon ET du nucléaire vers 2035.

Et comment, en France, refroidir les réacteurs actuels et futurs alors que les périodes de sécheresse se multiplient et s'aggravent?

L'explication de la future scission d'EDF en un EDF "bleu" (nucléaire) et un EDF "vert" (notamment: ENR) semble être celle-ci: mettre hors champ concurrentiel, et faire payer par le contribuable, et donc archi-subventionner, une activité nucléaire au coût exorbitant quand on met tout bout à bout (réacteurs actuels et futurs, démantèlement, déchets, risque). Un coût tellement important non viable dans le champ concurrentiel.

Ajouter un commentaire