La Grèce surfe sur l'éventualité d'élections anticipées, face à la flambée des prix

  • AFP
  • parue le

"Le gouvernement poursuit son travail normalement", "il n'y aura pas d'élections anticipées", a récemment insisté le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Mais la détérioration des finances de l'Etat et des ménages créent un climat préélectoral selon analystes et médias, qui n'excluent pas des législatives prochainement.

Élu en juillet 2019 pour un mandat de quatre ans, le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis fait face à l'évidente usure du pouvoir, à des critiques sur la gestion de la pandémie de coronavirus et plus récemment à la grogne sociale contre la flambée des prix de l'énergie.

L'inflation a atteint en mai son plus haut taux depuis 29 ans, à 11,3%.

"Avec la hausse des carburants et des factures de l'électricité et de gaz, je n'arrive plus à m'en sortir", s'indigne Natassa Tsoumbou, 56 ans, jardinier-paysagiste qui travaille à son compte et vit dans un appartement de 70m2 dans la banlieue nord d'Athènes. "Ces deux derniers mois je n'ai pu payer qu'une partie de mes factures. Et puis, quand je vais au supermarché, je deviens folle, avec 20 euros on n'achète quasiment rien", déplore-t-elle à l'AFP.

Pour apaiser le climat, le gouvernement a récemment fait voter au Parlement une série d'aides aux ménages d'un budget total de 6,5 milliards d'euros. Une pratique similaire avait été suivie pendant les plus de deux ans de pandémie, l'Etat ayant dépensé plus de 10 milliards d'euros pour soutenir surtout les entreprises.

« L'hiver sera difficile »

Mais ces prestations semblent s'épuiser dans un pays frappé la dernière décennie par une crise financière inédite accompagnée d'une stricte austérité pour renflouer son économie. Si le pays a renoué avec la croissance ces dernières années, ses finances restent toujours sous la surveillance de ses créanciers, l'UE et le FMI, jusqu'au mois d'août.

Le gouvernement parie sur le tourisme estival qui remplit habituellement les caisses de l'État : jusqu'à présent, l'augmentation du nombre de visiteurs en provenance des pays européens et des États-Unis a atteint un record, dépassant même celui de l'été 2019 avant la pandémie, selon des données officielles.

Mais pour le ministre des Finances, Christos Staïkouras, le budget de l'État a atteint ses limites : "il ne reste plus un seul euro à dépenser", a-t-il prévenu à la chaîne Mega TV dimanche dernier. Pour Antonis Papargiris, directeur des recherches à l'institut de sondage GPO "ce qui fait surtout peur et nous rapproche au scrutin, c'est la hausse des prix de l'énergie pour l'hiver prochain".

"L'hiver sera difficile" prévient de son côté Nikos Konstandaras, éditorialiste du quotidien libéral Kathimerini soulignant que selon une théorie, les élections anticipées devaient prévenir l'effritement de la popularité du gouvernement mais "constituent aussi un risque pour la droite au pouvoir".

Premier parti dans les récents sondages d'intention de vote, la Nouvelle-Démocratie de Kyriakos Mitsotakis est créditée de 32,5% face à 22,5% pour la gauche Syriza d'Alexis Tsipras. Troisième parti, les socialistes Pasok, avec 12,8% selon un récent sondage de l'institut Marc.

Campagne « toxique »

Interpellé par les journalistes pour la énième fois au sujet des élections anticipées il y a une semaine, Kyriakos Mitsotakis a tenté de mettre fin à cette discussion tout en laissant la porte entrouverte, renvoyant la responsabilité à l'opposition de gauche qui mène, selon lui, une campagne "toxique".

"Je sais qu'il est extrêmement difficile de vous persuader que des élections ou un remaniement n'auront pas lieu", a indiqué M. Mitsotakis à Bruxelles. "Le gouvernement poursuit son travail sans participer à la rhétorique (électorale ndrl)", a-t-il ajouté à l'issue du dernier sommet européen.

Son principal adversaire, l'ancien Premier ministre Alexis Tsipras (2015-2019), a à nouveau réclamé des élections jeudi lors d'un entretien à la télévision Open. "Il est évident que Kyriakos Mitsotakis prévoit des élections en septembre", a-t-il prévenu.

Alexis Tsipras accuse le gouvernement d'avoir mal gérer la pandémie de Covid-19 qui a causé plus de 30 000 décès (dans un pays de 10,7 millions d'habitants) et de soutenir les grandes entreprises et non pas les citoyens. "Les ressources du pays sont actuellement exploitées par dix grands groupes d'entreprises et un nombre équivalent de familles", a-t-il lancé récemment.

Vu la polarisation du climat politique, Antonis Papargiris prévoit qu'"un scrutin anticipé est probable après les annonces gouvernementales de la rentrée en septembre". "Tous les partis sont actuellement sur le pied de guerre pour des élections", affirme-t-il.

Modération des commentaires

Les commentaires sont désactivés sur notre site durant la période estivale (jusqu’au lundi 29 août) afin d’éviter les spams en l’absence d’un modérateur.

Nous vous remercions de votre compréhension et vous souhaitons un bel été.

La rédaction