Newsletters des énergies

La Thaïlande refuse qu'Engie cède pour 3 milliards d'actifs dans le royaume

  • AFP
  • parue le

Les autorités thaïlandaises ont annoncé jeudi mettre leur veto à la cession par Engie de trois milliards de dollars d'actifs dans le royaume, mais le groupe français a assuré disposer "d'autres options".

Le géant français de l'énergie avait signé en juin un accord pour vendre au thaïlandais Global Power Synergy Public Company Ltd (GPSC) ses 69,1% dans Glow, un producteur indépendant coté à la Bourse de Thaïlande qui fabrique de l'électricité notamment à partir de charbon. Mais la commission thaïlandaise de régulation de l'énergie a refusé la vente.

L'acquisition par GPSC "aurait conduit à un monopole dans certaines zones industrielles et, par conséquent, aurait entravé la concurrence", a-t-elle indiqué dans un communiqué. GPSC, qui aurait vu sa capacité de production portée à 4,835 gigawatts (GW) à la suite de cette opération, a indiqué "prendre acte de la décision" et "continuer à explorer de nouvelles opportunités en Thaïlande et à l'étranger, en plus de plusieurs projets en cours".

"Nous sommes en train d'analyser cette décision, qui dépend du régulateur thaïlandais et non d'Engie", a de son côté indiqué une porte-parole du groupe français. "Nous avons d'autres options pour la cession de nos parts dans Glow" et "la dynamique de désendettement du groupe reste très avancée", a-t-elle assuré.

La volonté de céder Glow s'inscrit dans la stratégie affichée par Engie de réduire son empreinte carbone. Au moment de l'accord de cession avec GPSC, Engie avait indiqué vouloir vendre 15 milliards d'euros d'actifs sur trois ans dans le pétrole et le charbon.

Confronté au bouleversement du secteur européen de l'énergie, le groupe veut se concentrer sur les énergies renouvelables, le gaz ou encore les services énergétiques.

Présent en Thaïlande et au Laos, Glow compte 800 employés, 3,2 GW de capacités installées (1 GW à partir de charbon, 2 GW à partir de gaz et 0,2 GW à partir d'énergies renouvelables).

À la Bourse de Paris, l'action Engie reculait de 1,89% à 11,945 euros jeudi après-midi, faisant un peu moins bien qu'un marché en baisse marquée de 1,49% sur fond d'inquiétudes liées à l'économie et à la remontée des taux d'intérêt américains.

"Cette décision devrait au moins retarder la finalisation de cette opération, qui était attendue pour la fin de l'année", soulignent les analystes de Bryan Garnier. L'annonce de la vente des parts dans Glow représentait un "jalon clair dans le programme de cession d'Engie", rappellent-ils dans une note.


Ajouter un commentaire