La Turquie paiera « un quart » du gaz russe en roubles, annonce Vladimir Poutine

  • AFP
  • parue le

Le président russe Vladimir Poutine a confirmé vendredi à Samarcande la livraison "prochaine" de gaz naturel à la Turquie, qualifiée de "partenaire fiable" et annoncé qu'un "quart" de ces livraisons sera payé en roubles.

Cette précision, lors de sa rencontre bilatérale avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, confirme l'accord passé entre les deux dirigeants lors de leur précédente rencontre début août à Sotchi, dans le sud de la Russie.

"Notre accord devrait prendre effet prochainement permettant de livrer du gaz naturel à la Turquie dont 25% sera payable en roubles" a déclaré M. Poutine, lors d'un entretien bilatéral de plus d'une heure en marge du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai en Ouzbékistan.

La part de ces livraisons de gaz payées en monnaie russe n'avait pas été stipulée lors de leurs précédents échanges.

M. Poutine, dont le pays fait l'objet de sanctions occidentales depuis qu'il a envahi l'Ukraine le 24 février, a également annoncé avoir reçu "le signal" autorisant l'exportation des produits russes depuis les ports turcs. "Nos entreprises ont reçu le signal qu'elles pourront exporter leurs produits depuis la Turquie", qu'il a qualifiée de "partenaire fiable", exprimant le souhait "d'augmenter de façon significative" les échanges commerciaux avec elle.

Ankara a été un acteur-clé dans la conclusion en juillet, sous l'égide des Nations unies, d'un accord avec Kiev et Moscou permettant l'exportation des céréales ukrainiennes via la Mer Noire et le Bosphore. Mais depuis, Moscou s'est plaint que la part de l'accord signé parallèlement sur les exportations de produits agricoles russes était restée sans effet.

M. Erdogan est parvenu à maintenir depuis le début de la guerre des relations avec Kiev et Moscou, dont il a réuni à deux reprises les représentants. Avant leur tête-à-tête, il avait appelé la Russie à mettre fin à la guerre en Ukraine "au plus vite". "Nous œuvrons pour mettre fin au conflit en Ukraine au plus vite par la voie diplomatique", avait-il lancé devant les participants au sommet, en présence notamment de M. Poutine.

Mais, tout en fournissant des drones de combat à Kiev, M. Erdogan a multiplié ces derniers mois les gestes conciliants envers Moscou, notamment en matière de commerce, alors que son pays est confronté à une grave crise économique et une inflation officielle de plus de 80%, à neuf mois de l'élection présidentielle turque.

Commentaires

Vlady

Si la Turquie , membre de l ' OTAN , ne respecte pas l ' embargo décidé pas ses partenaires , rien ne
nous empêche d ' étendre ce dernier à ce pays récalcitrant . Si son économie se porte si mal , la faute à qui ??

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.