L'Arabie saoudite annonce son premier excédent budgétaire depuis près de dix ans, grâce au pétrole

  • AFP
  • parue le

L'Arabie saoudite a annoncé mercredi son premier excédent budgétaire depuis près de dix ans, dépassant ses propres prévisions, ont rapporté les médias locaux, dans une année marquée par la flambée des prix du pétrole liée à la guerre en Ukraine.

La puissante monarchie pétrolière du Golfe n'avait pas engrangé d'excédent budgétaire annuel depuis 2013, son économie ayant été considérablement affectée par la chute des prix de l'or noir à partir de l'année suivante.

En 2022, l'excédent s'est élevé à 102 milliards de riyals saoudiens (environ 26 milliards d'euros), soit 2,6 % du PIB, a indiqué la chaîne d'information saoudienne Al-Arabiya. L'année dernière, les autorités avaient dit escompter pour 2022 un excédent de 90 milliards de riyals saoudiens.

Le premier exportateur mondial de pétrole brut a également enregistré une croissance annuelle du PIB de 8,5%, supérieure aux 7,6% prévus par le Fonds monétaire international (FMI), a précisé Al-Arabiya. Le budget approuvé pour 2023 prévoit un excédent retombant à 16 milliards de riyals saoudiens (environ 4 milliards de dollars) et une croissance du PIB de 3,1%, selon Al-Arabiya.

Les chiffres ont été annoncés au moment où le reste du monde fait face à de nombreux défis avec des poussées inflationnistes généralisées et des craintes de récession.

L'Arabie saoudite a grandement bénéficié de la flambée des cours du pétrole dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février dernier. Au deuxième trimestre de 2022, les revenus de l'or noir avaient bondi de 90% par rapport à la même période de 2021.

Les prix du pétrole ont depuis considérablement baissé malgré la décision prise en octobre par les pays exportateurs de l'Opep+, menés par Ryad et Moscou, de réduire la production de deux millions de barils par jour.

Mardi, le baril de référence américain West Texas Intermediate a terminé à 74,25 dollars, en baisse de 3,5%, soit son plus bas niveau à la clôture cette année. Selon les économistes, l'Arabie saoudite a besoin d'un cours du brut d'environ 80 dollars le baril pour équilibrer son budget.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.