Le conglomérat japonais Toshiba en contact préliminaire avec dix repreneurs potentiels

  • AFP
  • parue le

Le conglomérat japonais Toshiba a déclaré vendredi avoir reçu à ce jour des marques d'intérêt de dix "partenaires potentiels" concernant son éventuel rachat, une option qu'il étudie désormais sérieusement après s'y être longtemps opposé.

Ces dix sociétés, dont les noms n'ont pas été divulgués, ont obtenu des informations détaillées sur ses comptes en échange d'accords de confidentialité, a ajouté le groupe dans un communiqué. Elles ont jusqu'au 30 mai pour déposer des offres non contraignantes, a précisé Toshiba.

Le groupe prévoit de publier le nombre de ces offres et un résumé de leurs propositions avant sa prochaine assemblée générale ordinaire. Celle-ci aura lieu fin juin, a-t-il indiqué vendredi.

Le fonds de capital-investissement américain Bain Capital a déjà manifesté son intérêt et a l'appui du premier actionnaire de Toshiba, le fonds singapourien Effissimo, qui possède environ 10% du capital. Deux autres fonds américains, KKR et Blackstone, envisageraient une offre commune, et des fonds japonais suivent aussi le dossier de près, selon divers médias.

Un rachat de Toshiba par un ou plusieurs fonds de capital-investissement serait une opération d'une ampleur inédite au Japon. Et lourde de symbole aussi, tant ce groupe a longtemps été un porte-drapeau du savoir-faire industriel et technologique nippon. L'étoile de Toshiba a cependant sévèrement pâli à partir de 2015, sur fond de scandales de maquillage de ses comptes suivis de graves difficultés financières et de problèmes de gouvernance.

Même si Toshiba a dû depuis céder de nombreux actifs et qu'il ne pèse plus que 18 milliards de dollars à la Bourse de Tokyo, son rachat par des capitaux étrangers pourrait s'avérer délicat du fait de ses activités dans des domaines sensibles pour le Japon - du nucléaire civil à la défense en passant par la cryptographie quantique.

Tensions internes persistantes ?

Le groupe a également publié vendredi les résultats de son exercice 2021/22, achevé fin mars. Grâce à une nette amélioration des performances de la plupart de ses divisions, son bénéfice net annuel a bondi de plus de 70% à 194,6 milliards de yens (1,45 milliard d'euros), pour un bénéfice opérationnel de 158,9 milliards de yens (+52,2%). Son chiffre d'affaires annuel a rebondi de 9,3% à 3.337 milliards de yens (24,9 milliards d'euros).

Pour 2022/23, Toshiba table sur une nouvelle croissance de son bénéfice opérationnel, à 170 milliards de yens, malgré la pénurie persistante de semi-conducteurs et la flambée des coûts des matières premières. Ses ventes devraient toutefois légèrement reculer, à 3 300 milliards de yens.

Le conglomérat comptait initialement aussi annoncer vendredi les candidatures de plusieurs nouveaux administrateurs externes, avant de reporter cette communication à la dernière minute. Interrogé vendredi en conférence de presse sur cet imbroglio, le directeur financier Masayoshi Hirata n'a pas fourni d'explications précises, se contentant d'assurer que des noms seraient proposés à temps pour l'AG de juin.

Selon la chaîne locale TV Tokyo, certains responsables de Toshiba auraient considéré que des personnes proposées pour le conseil d'administration étaient trop proches d'actionnaires activistes. Ce qui serait un signe que les tensions internes sont loin d'être dissipées.

 

Ajouter un commentaire