Le directeur général de Shell Ben van Beurden quittera ses fonctions fin 2022

  • AFP
  • parue le

Le directeur général de Shell, le Néerlandais Ben van Beurden, quittera ses fonctions fin 2022 et sera remplacé le Canadien Wael Sawan, a annoncé jeudi le géant énergétique britannique.

M. van Beurden, âgé de 64 ans, gardera un rôle de conseiller du conseil d'administration jusqu'en juin 2023 puis quittera le groupe, indique Shell dans un communiqué.

Diplômé des universités McGill (Canada) et Harvard (Etats-Unis), M. Sawan était jusqu'à présent basé à La Haye en tant que directeur des systèmes intégrés en gaz et renouvelables. Il a été auparavant directeur des activités d'exploration et production, et siégeait au comité exécutif du groupe depuis trois ans.

Le président du conseil d'administration, Andrew Mackenzie, a salué l'"extraordinaire carrière de 39 ans" de M. van Beurden chez Shell, "qui a culminé avec 9 années en tant qu'exceptionnel directeur général". "Pendant la dernière décennie, (M. van Beurden) a été à l'avant-garde de la transition vers la neutralité carbone", a-t-il ajouté. Il a souligné que le dirigeant démissionnaire "laisse derrière lui une entreprise rentable et solide avec un bilan robuste, des capacités de création de liquidité très fortes, et des options de croissance prometteuses".

M. van Beurden a piloté le groupe pendant la pandémie quand les cours des hydrocarbures s'étaient effondrés. Ils ont depuis spectaculairement rebondi avec la reprise économique post-confinements liés au Covid-19, et depuis l'invasion russe de l'Ukraine, qui perturbe l'approvisionnement mondial.

Critiques

Shell a publié fin juillet un bénéfice net de 18 milliards de dollars pour le deuxième trimestre, grâce à l'envolée des prix du pétrole et gaz, des profits tels qu'ils ont fait polémique au Royaume-Uni et en France notamment en pleine crise du coût de la vie et de flambée des factures énergétiques.

L'action de Shell réagissait peu jeudi, progressant de 0,21% à 2.346,00 pence à l'ouverture de la Bourse de Londres.

"Cela a été un privilège et un honneur de servir Shell pendant presque quatre décennies", depuis des débuts comme ingénieur spécialiste du gaz naturel liquéfié, jusqu'au sommet de l'entreprise, déclare pour sa part M. van Beurden dans le communiqué.

Shell est régulièrement critiqué pour son impact sur l'environnement, et son assemblée générale en mai a notamment été largement chahutée par des militants écologistes.

En mai, une consultante de Shell avait démissionné avec fracas, accusant le géant pétrolier britannique d'"échouer complètement dans (son) ambition de transition vers la neutralité carbone".

Un investisseur institutionnel, Royal London Asset Management, avait aussi critiqué le plan de transition climat de Shell, estimant qu'il ne diminuait pas assez la consommation de pétrole du groupe.

Le groupe a par ailleurs fait appel de la décision d'un tribunal néerlandais qui lui avait ordonné de réduire ses émissions de CO2 dans une affaire retentissante lancée par un collectif d'ONG.

En décembre, les actionnaires du géant des hydrocarbures avaient par ailleurs voté massivement en faveur du transfert, après un siècle, du siège social du groupe des Pays-Bas vers le Royaume-Uni et du retrait de "Royal Dutch" du nom du groupe, né au début du XXe siècle de la fusion entre la société britannique Shell et la compagnie néerlandaise Royal Dutch.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture