Le gouvernement met en consultation un « plan d'action » pour réduire la pollution due au chauffage au bois

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement veut réduire de moitié en 10 ans les émissions de particules fines dues au chauffage au bois par les particuliers, principale source de ces polluants particulièrement nocifs qui font 40.000 morts par an selon les derniers chiffres de Santé publique France.

Un "plan d'action" a été mis en consultation jusqu'au 30 avril sur le site du ministère de la Transition écologique (pour y accéder, cliquer ici). Et plusieurs amendements sur ce sujet ont par ailleurs été déposés sur le projet "Climat et résilience" actuellement examiné à l'Assemblée.

Le chauffage au bois domestique, s'il n'émet pas de CO2 contribuant au changement climatique, est à l'origine de 43% des émissions de particules fines PM2,5 (inférieures à 2,5 microns), souligne le projet de plan d'action (donnée de 2018).

Son ambition principale est d'accélérer le remplacement des vieux appareils de chauffage, avec l'objectif de remplacer 600 000 équipements d'ici 2025 par des poêles performants ou par l'installation d'inserts dans des foyers ouverts, avec notamment un renforcement des dispositifs d'aide (financière ou information). Ce rythme de remplacement doit selon le plan d'action permettre une baisse de 12% des émissions annuelles.

Dans certaines zones particulièrement polluées et disposant d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA), des mesures pourront être prises pour encadrer ou restreindre l'utilisation de ce type de chauffage. Des dispositions semblables par exemple à un arrêté pris en 2019 et prévoyant l'interdiction de "toute utilisation de chauffage à bois à foyer ouvert, y compris en appoint ou en agrément", dans la vallée de l'Arve (Haute-Savoie) à partir de 2022.

D'autres mesures du plan d'action visent à améliorer la performance des appareils, promouvoir l'utilisation de combustible de meilleure qualité, notamment du bois plus sec, alors que 20% seulement de ce combustible est actuellement issu du marché formel. Ou encore sensibiliser le grand public, notamment par une information lors du ramonage annuel obligatoire.

Prises ensemble, toutes ces mesures doivent "permettre d'atteindre une baisse de 50%" des émissions de particules d'ici 2030, selon les estimations du plan d'action.

Commentaires

Ballivet

"Le chauffage au bois domestique, s'il n'émet pas de CO2 contribuant au changement climatique" n'est-ce pas un biais si on ne prend pas en compte abattage, mise en forme et transport ?

Joseph Letellier

Bonjour.
Concernant le bois de chauffage, j'avais trouvé une information sur le sujet qui mentionnait que le taux d'émission de CO2 est de 18 g par kWh produit. Et effectivement il s'agit de l'exploitation (abattage, transport...).
Bien à vous.

endergiepy

N'y a-t-il pas autrement pire que le chauffage au bois (d'usage anecdotique) pour les émissions de particules fines? (émissions des camions, vieux diesel, incinérateur, crématorium bientôt à proximité! autre cheminées d'industries...)
Je suppose que ce type de chauffage est plutôt utilisé en zone rurale qu'en ville.
Et aussi dans les lotissements où un beau feu est sexy...
Je me chauffe aux pellets de bois dans un foyer fermé qui a remplacé ma chaudière fioul depuis 7 saisons.
Je peux y brûler des buches, qui émettent bien plus que les pellets (celles-ci ont par contre stocké bien plus d'énergie fossile que celles-là issues des coupes de mes haies et autres arbres en fin de vie)
mais la qualité de l'air est autrement meilleure qu'avant avec la chaudière fioul. Mon épouse asthmatique ne tousse plus...
A l'époque subventionnée à 50% pose et achat, elle est juste rentabilisée alors que c'est mon chauffage central . Donc une cheminée d'agrément ne sera jamais rentabilisée . A moins de subventionner à 100% la valeur achat je crains que peu d'usagers en profitent.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet