Le groupe brésilien Petrobras annonce un bénéfice net de plus de 5,9 milliards de dollars au 3e trimestre

  • AFP
  • parue le

Le groupe pétrolier brésilien Petrobras a annoncé jeudi un bénéfice net de 31,142 milliards de reais (5,938 milliards de dollars) au troisième trimestre 2021, un rebond significatif par rapport aux pertes de 236 millions de dollars enregistrés lors de la même période de 2020.

Il s'agit du quatrième trimestre consécutif dans le vert du groupe étatique, alors qu'il avait subi des pertes lors des trois premiers trimestres de l'année dernière en raison de la pandémie de coronavirus. Le résultat du troisième trimestre 2021 s'explique principalement par la hausse des prix internationaux du pétrole brut et des ventes de carburant dans le pays, notamment l'essence, le diesel et le kérosène d'aviation, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Petrobras a profité de la hausse du prix du baril de Brent, qui s'échangeait en moyenne à 73,47 dollars au troisième trimestre, soit 70,9% plus cher qu'à la même période l'an dernier. "Nous avons atteint notre objectif d'endettement beaucoup plus tôt que prévu et nous partageons une partie de la richesse générée avec la société et nos actionnaires par le biais des impôts, des dividendes, de la création d'emplois et des investissements", a déclaré le président de Petrobras, le général de réserve Joaquim Silva e Luna.

Au 2e trimstre 2021, le bénéfice net s'était établi à 8,1 milliards de dollars. L'Ebitda ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) du 3e trimestre s'est élevé à 11,623 milliards de dollars.

Ces résultats positifs interviennent alors que le président brésilien Jair Bolsonaro a réitéré ses critiques à l'encontre de la politique de prix de Petrobras, qui varie en fonction de la valeur du prix international du pétrole et du prix du dollar. "C'est une entreprise d'État qui, avec tout le respect que je vous dois, ne fait que me donner des maux de tête", a déclaré le dirigeant d'extrême droite mercredi, sous la pression de l'augmentation du prix du carburant, dans un contexte d'inflation et de chômage élevés.

Il a aussi une nouvelle fois évoqué la possibilité de placer le groupe, dont l'actionnaire majoritaire est l'État, "dans le radar des privatisations". La plus grande entreprise brésilienne a essuyé quatre années de pertes importantes entre 2014 et 2017, déclenchées par les révélations selon lesquelles des politiciens et des cadres supérieurs avaient volé des milliards dans la caisse dans le cadre d'un vaste plan de corruption.

Commentaires

Abadie

Ça rapporte le pétrole!!! Les copains de Bolsonaro vont s'en mettre plein les poches.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture