Les prix du pétrole entament la semaine en légère baisse

  • AFP
  • parue le

Les prix du pétrole commençaient la semaine en légère baisse lundi en cours d'échanges européens, malgré des propos rassurants autour de la guerre commerciale sino-américaine et avant le prochain sommet des pays exportateurs de pétrole (OPEP) début décembre.

Vers 11h30 GMT (12h30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 63,13 dollars à Londres, en baisse de 0,28% par rapport à la clôture de vendredi. À New York, le baril américain de WTI pour décembre abandonnait 0,31% à 57,54 dollars.

Le Brent et le WTI ont en revanche progressé la semaine passée, respectivement de 1,2% et 0,9%. Le Brent a même touché vendredi un plus haut depuis le 24 septembre en atteignant 63,65 dollars le baril vers 17h00 GMT. Le WTI l'a imité lundi matin peu après 7h00 GMT avec un pic à 58,09 dollars, avant de basculer dans le rouge.

La "forte probabilité" d'un accord commercial entre les deux premières puissances économiques mondiales, évoquée vendredi par le ministre du Commerce américain Wilbur Ross, était pourtant de nature à conforter les gains de la semaine dernière, a estimé Al Stanton de RBC. Mais le regain de l'offre d'or noir, provenant de pays comme les États-Unis ou le Brésil selon les estimations de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publiées vendredi, pèse dans le même temps sur les cours.

"Les investisseurs se tournent maintenant vers les prochaines réunions OPEP et OPEP+," a estimé Carlo Alberto de Casa, analyste pour ActivTrades. "Les marchés chercheront à savoir si l'OPEP+ sera en mesure de contenir l'offre alors que la demande est en baisse lente mais constante," a-t-il ajouté.

Les 14 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs 10 partenaires, dont la Russie, se retrouvent à Vienne les 5 et 6 décembre.

Par ailleurs, le géant pétrolier saoudien Aramco a annoncé dimanche l'introduction prochaine en Bourse à Riyad de 1,5% de son capital, une opération qui devrait lui rapporter entre 24 et 25,5 milliards de dollars et valorise l'entreprise à environ 1 700 milliards de dollars.

Aramco, qui produit environ 10% du pétrole mondial, est considéré comme le pilier de la stabilité économique et sociale du royaume, premier exportateur mondial de brut. En 2018, Aramco a réalisé un bénéfice net de 111,1 milliards de dollars.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet