Les cours du pétrole plombés par la crainte d'une deuxième vague de contamination

  • AFP
  • parue le

Les prix du pétrole ont plongé jeudi, trahissant l'inquiétude des investisseurs sur le risque d'une deuxième vague de Covid-19 et leurs doutes sur le dynamisme de la reprise économique mondiale.

Le baril de WTI new-yorkais pour le mois de juillet a cédé 8,2% ou 3,26 dollars par rapport à la clôture de mercredi, s'établissant à 36,34 dollars. À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé à 38,55 dollars, en baisse de 8,2% ou 3,18 dollars. Il s'agit, pour les deux barils de référence, de la plus lourde chute sur une séance depuis fin avril.

"Les prix sont de nouveau sous pression car les inquiétudes sur le rythme de la reprise de la demande se sont intensifiées", a expliqué Paola Rodriguez Masiu, analyste de Rystad. La Réserve fédérale américaine (Fed) a notamment publié mercredi ses premières prévisions depuis le début de la pandémie et signalé que le chemin serait long avant un rebond de l'économie aux États-Unis. La Fed prévoit une chute du PIB américain de 6,5% en 2020, avant un fort rebond de 5% en 2021 et une croissance plus modeste (3,5%) l'année suivante.

Les réserves de brut aux États-Unis ont illustré mercredi ce redémarrage poussif : elles ont atteint 538,1 millions de barils au 5 juin, un niveau record, selon le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publié mercredi. Les réserves d'essence et de produits distillés (fioul de chauffage et gazole) sont aussi montées, signalant le faible dynamisme de la demande outre-Atlantique.

Autre front susceptible de peser sur la demande, le coronavirus "a des conséquences" sur l'accord commercial préliminaire conclu en début d'année entre la Chine et les États-Unis, a admis jeudi un conseiller du gouvernement chinois, sur fond de vives tensions avec Washington.

De plus, les investisseurs redoutent une nouvelle poussée de cas de Covid-19 en Amérique du Nord, a estimé Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote Bank. Au Texas et en Caroline du Nord notamment, le nombre de malades hospitalisés a augmenté par rapport au mois dernier.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet