Les éoliennes, « indispensables » dans le cadre de la transition énergétique pour Élisabeth Borne

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement va charger les préfets d'identifier avec les élus les secteurs adaptés à l'accueil de nouvelles éoliennes, "indispensables" à la transition énergétique, a déclaré mardi la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne.

"Ma position sur les éoliennes est très claire : elles sont indispensables à la transition énergétique de notre pays", a dit Mme Borne, relevant que l'an dernier ces turbines ont vu leur production électrique croître de 21%, réduisant de 6% les émissions de gaz à effet de serre de la France.

La programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), feuille de route énergétique du pays, prévoit un doublement de la production éolienne d'ici dix ans.

"Pour autant nous ne réussirons pas le déploiement de l'éolien si nous n'écoutons pas les craintes de certains élus et de certains citoyens" sur leur déploiement et leur répartition, a déclaré Mme Borne : "c'est une question de bon sens puisque sept projets sur 10 font l'objet d'un recours". "Un travail est en cours pour trouver un bon équilibre entre le déploiement et l'adhésion et l'acceptabilité, avec notamment une circulaire qui sera adressée aux préfets leur demandant, avec les élus, d'identifier les zones dans lesquelles les éoliennes peuvent se développer sans porter atteinte à notre patrimoine naturel et culturel", a-t-elle ajouté. "Et il appartiendra aux élus d'introduire les protections paysagères correspondantes dans leurs documents d'urbanisme", a-t-elle dit.

La ministre répondait à une question d'une députée UDI Laure de la Raudière, remontée contre les éoliennes et accusant "certains promoteurs d'éolien (de) se comporter tels des chasseurs de primes sur nos territoires".

Un groupe de travail sur "le développement harmonieux de l'éolien" a été installé en décembre au ministère, réunissant développeurs, élus, spécialistes du paysage... notamment pour mieux répartir les parcs, aujourd'hui concentrés dans le nord et l'est. Mais depuis janvier, la situation s'est tendue avec, outre les contestations traditionnelles exacerbées en période de campagne électorale, une déclaration d'Emmanuel Macron assurant à Pau que "de plus en plus de gens ne veulent plus voir d'éolien près de chez eux".

Mi-février au Sénat, Mme Borne déplorait "des implantations de parcs en covisibilité avec des monuments historiques (...) des dispersions de petits parcs qui donnent une saturation visuelle". "Certains se sont empressés de dire que j'étais contre l'éolien", a repris la ministre mardi. "C'est une caricature, et le symptôme d'une écologie qui ne se préoccupe pas de mise en oeuvre concrète. Moi je porte une écologie qui suscite l'adhésion, et non pas le rejet".

Le pays compte faire passer la part de l'éolien dans la production d'électricité de 7% aujourd'hui à 20% en 2028, l'éolien en mer représentant un quart de cet objectif. Dans un appel paru mardi dans la Tribune, des acteurs comme France Nature Environnement, la Fondation Hulot, Enercoop ou France Energie éolienne, ont demandé au gouvernement "de la cohérence et de la clarté", pour permettre un essor de l'éolien "à la hauteur des enjeux de la transition énergétique".

Commentaires

LEVIER

Avant Macron, le nucléaire et l'électro-hydraulique produisaient plus de 90% de notre électricité qui était décarbonnée à un prix bien inférieur à celui des Allemands et des Danois, sans enrichir les promoteurs étrangers avec l'argent des usagers et des contribuables français. Qu'Elisabeth Borne accepte un débat public à la télé et qu'elle prouve que l'éolien terrestre est indispensable : une aberration économique et environnementale !!! Elle défigure notre si belle France.

Rblase

L'éolien en aucun cas ne permet de diminuer la production de CO2.
Restons factuel, l'objectif de Mme Borne diminuer le nucléaire à 50% et augmenter l'éolien en conséquence.
Fessenheim 1800MW production de CO² 6g par kWh; éolien 7 gr de CO² par kWh . il y a donc 1gr de plus de CO² par kWh pour l'éolien. Production de Fessenheim 11,9Twh (2018) soit éolien 11900 tonne de CO² en plus pour l'éolien par an

bernard Mandron

Votre affirmation péremptoire sur l'éolien et les chiffres que vous avancez mériteraient pour être crédible d'être étayés par une citation de vos sources bibliographiques. Peux-t-on les connaitre ?

bjd

Faites comme moi, il vous faudra beaucoup de temps, je n'ai plus confiance aux études ADEME, RTE et aux annonces fallacieuses gouvernementales, par contre les chiffres et données publiées par RTE, ADEME et CRE ( il y en a des millions par année)faut s'y coller: on peut voir les évolutions de production et des échanges, même la fréquence toute les 15 s, c'es édifiant : RTE et Mme BORNE mentent dans leurs conclusions après 140Md€ (près de deux fois le cout du parc nucléaire ) de subventions accordées qu'il faut encore payer à raison de 5 Md€/an (voir les projections données par la CRE pour 2023 et 2028) il y a eu aucun impact sur les émissions de GES entre 2013 et 2019 par ex, voire une augmentation en ce qui concernent l'électricité malgré les 25 centrales nucléaires équivalent installés en vent et soleil. Par contre destabilisation du réseau, la réserve pilotable ne suffit plus à compenser les intermittences d'où les effacement d'industriel et bientôt des particuliers...a terme c'est la destruction d'EDF qui est visée, continuez à pas nous croire et faite silence sur le prix de l'électricité qui explosent pour payer la gabegie et les conséquences des 12Twh perdu de Fessenheim à 42€/Mwh, un scandale sans nom un sabordage en temps de paix c'est de la trahison.

JEAN

Comment Mme Borne peut-elle affirmer que la production par l'éolien a diminué de 6 % les émissions de gaz à effet de serre quand la production électrique française ne produit que 6 % du total français des GES (industrie-agriculture-transport-bâtiments-énergie), ce qui signifierait que la production électrique française est à ZERO émission ? donc nos centrales à gaz, fuel et charbon n'ont rien produit ou ont produit sans émission de GES grâce à quelques filtres miracles ? Mme Borne a constitué un comité "groupe de travail sur le développement harmonieux de l'éolien" (dans lequel siègent les représentants du lobby éolien : France Energie Eolienne -FEE- et Syndicat des Energies Renouvelables -SER- de MM Bal et Wolff) en excluant les fédérations anti-éoliennes Vent ce Colère et Fédération Environnement durable (FED) représentant 1.500 associations sur le territoire, nous démontrant ainsi que démocratie, consultation et concertation avec les citoyens ne font pas bon ménage avec les milliards d'€ de la transition énergétique très subventionnée de l'éolien dissimulée derrière le paravent de la lutte contre le réchauffement climatique.

Sirius

E. Borne a aussi écarté de son groupe de travail toutes les associations de défense des sites . Comme Sites & monuments , plus vieille association de France ! mais c'est dans sa logique gouvernementale .

Lecteur 27

Mais, Madame la Ministre Borne, qu'est ce qu'il y a à gagner, dans le système de génération électrique français, à augmenter les capacités de production (les théoriques et les réelles) des éoliennes ? De l'efficacité énergétique ? Moins d'émissions de CO2 (relisez attentivement l'étude) ? Des économies pour les consommateurs grâce à des coûts inférieurs à la moyenne des coûts français ? Diminution des préemptions de terres agricoles ? Un embellissement du paysage de nos campagnes ? La paix "politique" avec les associations d'écologistes ? C'est l'occasion pour vos services ministériels de se montrer compétents et utiles. Et la question, qui nous occupe beaucoup trop (Much ado about nothing) sera enfin tranchée.

Mandron

Il n’y a effectivement rien à gagner beaucoup à perdre:
Rien à gagner car 95 % de l’énergie primaire est décarbonée nous sommes parmi les meilleurs en Europe.
Beaucoup à perdre: En effet plus on installera d’éoliennes plus la taxe qui figure sur les factures EDF va augmenter pour payer le prix du KWh que l’état a garanti pendant 20 ans aux sociétés qui investissent sans risque dans ce business juteux ,sociétés qui par ailleurs financent les lobby anti nucléaires
En 2018 ce surcoût a représenté un peu plus de 5 milliards d’euros payés par le contribuable et ceci pour n’avoir aucun impact sur les rejets de CO2 (cf Allemagne) Les chiffres pour 2019 devraient grimper significativement

charles

Les chiffres lancés par la ministre ne correspondent à aucune réalité, c'est évident.
Ce qui est plus grave c'est, une fois de plus, le discrédit de la parole ministérielle prise en flagrant délit de mensonge. Et on s'étonne d'un rejet croissant des politiciens par une majorité croissante de la population.
On ose croire qu'un ministre informé de la place et de l'avenir réel de l'éolien dans la production d'électricité sait parfaitement que les chiffres présentés ne correspondent à rien.
Mais période électorale oblige...

Ajouter un commentaire