Les barrages hydroélectriques à un haut niveau de remplissage « quasi historique » cet hiver

  • AFP
  • parue le

Les barrages hydroélectriques atteignent cet hiver un niveau de remplissage "quasi historique", qui permettrait de faire face à d'éventuels pics de froid et donc de consommation électrique, a indiqué lundi un dirigeant d'EDF.

"On a commencé avec une année sèche au début [en 2019] et depuis trois mois on a des apports importants, sous forme de neige dans les barrages d'altitude, mais aussi il y a eu beaucoup d'eau sur les barrages de moyenne altitude," a indiqué à la presse Marc Ribière, à la tête de la direction "Optimisation amont-aval et trading" d'EDF, lors d'un point sur la situation hivernale, la saison des pics de consommation électrique en Europe. Selon lui, "on a quasiment pour la saison un niveau de stock historique, environ 20% au-dessus de la moyenne pour un mois de janvier", soit "une forte opportunité (...) pour faire face à des vagues de froid pouvant arriver tardivement".

En hiver, 1°C en moins au thermomètre représente 2 400 MW de consommation en plus.

Le parc hydraulique français, dont les barrages, représente quelque 14 000 MW "mobilisables en quelques minutes", a souligné M. Ribière, qui évoque aussi la montée des énergies renouvelables, notamment de l'éolien, à côté du nucléaire, voire du thermique.

"Le passage à l'hiver, on s'y prépare des mois avant", dit-il, mentionnant la programmation des maintenances hors périodes hivernales. "La semaine prochaine, les températures devraient descendre en dessous de la normale de saison et on est confiant", a ajouté M. Ribière.

Commentaires

HERRENSCHMIDT

Il pourrait être utile de répéter souvent et avec persévérance qu’il faut distinguer la puissance installée et la puissance consommée ou énergie. L’une se mesure en Watt, multiples et sous multiples, l’autre en watt.heure avec également ses multiples et sous multiples. Il est vrai que le mot watt, utilisé dans les deux cas induit cette confusion.

Ajouter un commentaire