Les prix du pétrole faiblissent avec le regain épidémique en Chine

  • AFP
  • parue le

Les prix du pétrole perdaient du terrain mercredi, lestés par les craintes quant à l'augmentation de cas positifs au Covid-19 en Chine et l'économie mondiale, malgré l'entrée en vigueur de l'embargo européen et du plafonnement voulu par le G7 du prix du brut russe.

Vers 11h00 GMT (12h00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier, reculait de 2,08% à 86,52 dollars. Son équivalent américain, le West Texas Intermediate (WTI) pour livraison le même mois, baissait de 1,93% à 79,40 dollars.

Les cours évoluaient mercredi à la baisse car les "craintes de récession et la hausse des taux d'intérêt pèsent plus lourdement" sur le marché, commentent les analystes d'Energi Danmark, qui soulignent que les prix évoluent proche de leurs plus bas niveau depuis janvier.

Les questions qui se posent actuellement sont celles "de l'économie, de la Chine, et de l'impact que la décision du G7 aura sur la production russe", résume Craig Erlam, analyste chez Oanda.

La situation économique et épidémique en Chine est en effet particulièrement scrutée par le marché pétrolier, le pays étant le deuxième consommateur mondial de brut. Et la Chine poursuit encore sa politique sanitaire zéro Covid, qui implique de stricts confinements, des quarantaines pour les personnes testées positives et des tests PCR quasi-quotidiens.

Pékin, la capitale chinoise connaît ces derniers jours une flambée épidémique jamais vue depuis le début de l'épidémie de Covid-19. La ville a annoncé mercredi près de 1 500 nouveaux cas positifs, un niveau jamais atteint dans la capitale depuis le début de la pandémie mais qui reste faible selon les critères internationaux.

En parallèle, le marché a les yeux tournés vers l'entrée en vigueur imminente de l'embargo européen sur le brut russe et le plafonnement des prix envisagé.

La coalition des États souhaitant imposer un plafonnement du prix du pétrole russe, qui regroupe le G7, l'Union européenne et l'Australie, devrait annoncer la limite envisagée "dans les prochains jours", a affirmé mardi un responsable du Trésor, le ministère américain des Finances.

Le Kremlin a prévenu que la Russie ne livrerait plus de pétrole aux pays qui mettraient en place un tel plafonnement. Une telle réponse de la Russie pourrait alors permettre une nouvelle hausse du prix du baril, s'accordent les analystes.

Commentaires

Olivier DE BOISSEZON

Ah, l'AFP et le monde de l'énergie et du capitalisme !
un tel titre et une telle phrase en entrée font du bien aux neurones humains, en ces période de changement climatiques liés à l'excès d'usage de combustible fossile.

"Les prix du pétrole perdaient du terrain mercredi, lestés par les craintes quant à l'augmentation de cas positifs au Covid-19 en Chine et l'économie mondiale, malgré l'entrée en vigueur de l'embargo européen et du plafonnement voulu par le G7 du prix du brut russe."
Et celle de fin, superbe sur l'effet -intéressant vu du capitalisme- de la guerre.
"Le Kremlin a prévenu que la Russie ne livrerait plus de pétrole aux pays qui mettraient en place un tel plafonnement. Une telle réponse de la Russie pourrait alors permettre une nouvelle hausse du prix du baril, s'accordent les analystes."

Pour moi, la guerre représente surtout un droit à polluer et un droit à détruire tout ce qui est utile à une population (usines, ponts, infrastructures, écoles, hôpitaux, théatres, cultures,...) et un droit à violenter les populations civiles ,notamment les enfants, les vieillards et à violer les femmes qui résistent.
Triste AFP.

Christian Méda…

Je suis bien d'accord, mais pourquoi plus contre l'AFP que les autres agences ?
Aucune ni aucun média n'a encore été capable de traiter dans un même article la hausse des prix des énergies fossiles et les conséquences climatiques de leur sur-consommation.
Normal ! personne (pas même un journaliste) n'a envie de devenir schizophrène ou de voir son "papier" s'autodétruire devant tant de contradictions, si c'était seulement possible.
Idem pour ces grandioses COP qui traitent du sujet que leurs tenues même participent à amplifier. Tout le monde a bien compris que leur finalité est dilatoire, au diable les contradictions.
Vous citez la guerre à juste titre. J'y ajouterais que les missiles et contre-missiles sont une illustration parfaite de leur imbécilité, allant même jusqu'à regretter évidemment que les missiles ne soient pas tous détruits par les contre-missiles.
Devrais-je louer Poutine (pour des raison écologiques) de limiter ses exportations de pétrole ? Même pas, il les redirige vers la Chine et l'inde qui en achèteront moins sur le marché international. Les circuits s'allongeront et les émissions augmenteront. Contradictions, quand tu nous tiens !

Les seuls à détenir un pouvoir sur la qualité de notre avenir, c'est chacun d'entre nous et nos descendants auront que ce que nous aurions mérité (mais nous serons à mort avant). Je trouve que les jeunes sont très calmes !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.