Emmanuel Macron en visite au site Framatome du Creusot mardi sur le thème du nucléaire

  • AFP
  • parue le

Le président Emmanuel Macron effectuera mardi une visite au site industriel Framatome du Creusot (Saône-et-Loire) afin d'aborder les thèmes du nucléaire civil et militaire, a annoncé l'Élysée samedi.

Le chef de l'État, qui devait initialement faire cette visite fin octobre, est attendu en présence de trois ministres, Barbara Pompili (Transition écologique), Bruno Le Maire (Économie) et Florence Parly (Armées).

Il doit, avant un discours dans l'après-midi, échanger avec les représentants des acteurs de la filière tels qu'EDF, Orano, CEA, TechnicAtome et Naval Group, ainsi qu'avec des salariés de l'entreprise.

Commentaires

Denis Gourgouillon

J'espère qu'il osera dire la vérité: le nucléaire est la meilleure façon de produire une électricité décarbonée et pilotable. Qu'il montrera les exemples de l'Allemagne qui a du construire des centrales à charbon pour fournir l'électricité suite à la fermeture de ses centrales nucléaires (ou la Belgique qui va construire des centrales à gaz pour le même motif).
Ces pays sont beaucoup plus pollueurs que la France et leurs dirigeants seraient hélas coupables d'écocide s'ils étaient en France

Michel DESPLANCHES

Dire est une chose, mais surtout décider au plus vite de la relance effective de construction de nouvelles centrales, qu' elles soient des EPR ou des SMR, que la France soit maître d' oeuvre ou pas... Et simultanément on met en oeuvre la fin programmée des EnR absconses, les aléatoires...

Jean Blin

Que fait Pompili dans le cortège officiel d'une visite présidentielle à Framatome ? Apprendre enfin que la transition écologique la plus adaptée en matière de production électrique est un mix énergie nucléaire (réacteurs à eau pressurisée, EPR, SMR, et relancer la recherche-développement des types Astrid à neutrons rapides, et à thorium à sel fondu par exemple) avec une conservation de nos grands barrages dans le giron d'EDF mix à rétablir avec la plus grande sobriété énergétique obtenue par l'isolation des bâtis, un fret ferroviaire optimum pour alléger au maximum le transport routier ...

Jean-Pierre MANIN

Hélas il ne faut pas rêver. Notre président est intelligent mais il sait qu 'il lui faut plaire aux écolos, qui par ignorance et dogmatisme ne veulent plus de cette énergie décarbonée, bien qu'elle ne soit pas renouvelable. On va donc remplacer notre fleuron nucléaire par des EnR, qui malheureusement ont le défaut d'être intermittentes . C'est une énergie fatale. Il faut donc prévoir des centrales, alimentées au fuel, au gaz, ou au charbon et au lignite à l'instar de ce qui se passe en Allemagne, pour assurer le back-up nécessaire pour pallier les creux de production. Par ailleurs ces nouvelles EnR nécessitent l'extraction de métaux en grande quantité: cobalt et lithium bien sûr mais aussi graphite, aluminium, cuivre,
( outre quelques terres rares mais là n'est pas vraiment le problème.) Ces métaux sont une source de pollution délocalisée dans des pays lointains comme la Chine, l'Afrique, la Bolivie et aussi le Chili par exemple avec sa mine de Chuquicamata qui nécessite beaucoup d'énergie fournie dans une autre région par des centrales au charbon provenant des mines de Colombie et de Nelle Zélande, polluant par là d'autres villes comme Antofagasta et Tocopilla. Les effets sanitaires sont donc subis par des populations qui ne sont pas les bénéficiaires directs de l'utilisation des énergies dites vertes dont se gobergent nos dirigeants à la fibre écolo. Bien sûr me reprendrez-vous, les éoliennes et cellules PV nous fourniront alors de l'Hydrogène en cas de surproduction, mais pas avant qq années avant que cela ne soit rentable. Donc pour l'instant la transition énergétique va émettre plus de CO2 qu'elle n'en a supprimé. Bien sûr qu’il faut du mix énergétique , mais ce sera sale ou sinon très cher. Car si on voulait épargner ces dégâts écologiques et sanitaires, et on pourrait le faire avec nos moyens technologiques, cela rendrait le coût de ces matériaux de base bien trop chers et ils ne seraient plus compétitifs. Les pays comme la Chine, le Chili, l’Afrique, la Bolivie veulent s’enrichir au détriment de leur population.Il est paradoxal de constater que les deux pays européens ayant fait le plus d'efforts en matière d'énergies renouvelables et d'éoliennes comme le Danemark et l'Allemagne sont les deux pays où le kWh domestique est le plus cher : respectivement 0,2833 et 0,3043 €/kWh alors qu'en France c'est 0,1899 €/kWh et l'Allemagne où les émissions de CO2 sont les plus importantes : 827,9Mt de CO2, 2,3 fois plus que la France avec 357,5 Mt qui est en 4ème position. Quand on fait le ratio par habitant ; 10Mt /pers/an en Allemagne et 5,4 pour la France. Et l'Allemagne a investi depuis 2009 ans plus de 500 mds. Alors oui, on réussira la transition énergétique mais on le payera très cher. Il faut juste le savoir.

Serge Rochain

Monsieur Manin, je crains que ce ne soit vous qui rêviez, car finalement dès le début de votre message vous vous affichez comme nucléocrate convaincu répétant des litanies complétement éculées et distillées il y a déjà plus de 10 ans par le lobby nucléaire sentant le danger arriver.
Un tel délai vous donnait pourtant le temps d’apprendre que l’intermittence ne s’applique pas aux renouvelables qui sont des productions variables. L’intermittence est réservée au nucléaire, qui fonctionne ou ne fonctionne pas lorsqu’il est en panne, ce qui est de plus en plus fréquent et pour des durées de plus en plus longues et jusqu’à 2 ans. Ce peu de fiabilité du nucléaire conduit à des situations dont vous croyez qu’elle ne concernent que les renouvelables variables, comme c’était le cas pour 50% des réacteurs en août et septembre et encore aujourd’hui pour 14 des réacteurs du parc, tous en panne pour diverses raisons, et conduisant à rallumer le charbon, le mazout, le gaz, à vider nos lacs de barrage ce qui risque de poser problème d’ici 1 ou 2 mois, et en fin de compte, tout cela ne suffisant pas, nous conduit à importer massivement depuis l’étranger depuis 5 mois des puissances dépassant par moment la production de 10 de nos réacteurs nucléaires, notamment depuis l’Allemagne dont manifestement vous ne savez rien d’autre que ce que racontait le lobby nucléaire il y a 10 ans lorsqu’ils ont décidé d’arrêter leur nucléaire.
Non Monsieur la baisse du nucléaire ne s’est pas accompagné d’une augmentation du charbon, non monsieur les faiblesses des renouvelable dans les conditions météorologiques défavorables ne s’accompagnent pas d’un recours obligatoire à des énergies fossiles, et si vous savez compter vous remarquerez que l’Allemagne intègre dans son mix électrique déjà plus de 8,4% de biogaz soit la possibilité de produire leur électricité durant un mois complet par an avec cette seule ressource en supposant que le Soleil oublie de se lever durant tout ce mois et que le dieu Éole retienne son souffle durant le même temps partout sur le territoire.
Alors évitez, non pas de poser les bonnes questions, mais de ne leur donnez que les réponses qui satisfont votre dogmatisme. Par ailleurs, puisque vous évoquez les terres rares, sachez, car cela semble vous avoir échappé, que la seule terre rare et qui le soit vraiment c’est celle que l’industrie électronucléaire met dans sa chaudière pour n’en faire que de l’énergie qui finira en rayonnement IR dans l’espace interplanétaire, après avoir copieusement pollué les pays dont on importe 100% de cette ressource au nom de notre indépendance énergétique…. sans doute. Savez-vous au moins en quoi consiste l'extraction et le traitement in situ de 1 à 2 tonnes de minerai pour n'en faire que 500gr de Yellow Cakes qui seront envoyés en France chez Orano à Narbonne-Malvezy pour enrichissement , à raison de 9000 tonnes par an ? Il semble bien qu’un bon nombre des tares du nucléaire vous ait échappée durant votre recherche sur celles que vous croyez pouvoir attribuer aux renouvelables et que vous étalez naïvement sous les applaudissements des fans du nucléaire dont ce forum est envahi.
Au lieu de baver sur le désastre allemand en faisant le perroquet des vieilles ritournelles nucléocrates, je vous suggère non pas de lire ce qui n’est qu’opinion sur le site ci-dessous, mais de vous intéresser au graphique auquel il réfère et ainsi vous saurez réellement de ce qu’il en est de la catastrophe que vous vous complaisez à annoncer, car finalement votre message ne démontre rien, ne prouve rien que…… votre opinion que certains ici prennent pour l’évangile.
Cordialement,
Serge Rochain

Jean-Pierre MANIN

@Mr.Rochain; Il est difficile de discuter calmement avec vous : vous êtes en permanence dans le déni ,dans l'anathème et presque dans l'injure. Je ne suis pas un nucléocrate loin de là mais un scientifique, ce qui vraisemblablement n'est pas votre cas, mais vous savez vous parer de ce vernis superficiel par quelques lectures que vous maîtrisez mal. Votre haine du nucléaire frise l'hystérie et vous emporte. Mais j'aime bien vous lire, on y apprend que les éoliennes ne délivrent pas une énergie intermittente, mais que ce sont les centrales nucléaires qui le sont. Mr.Larousse définit ainsi l'intermittence: " Caractère de ce qui est coupé d'interruptions" Alors oui le nucléaire est parfois à l'arrêt pour des maintenances ou pour des pannes aussi, tout comme votre automobile, et pour des améliorations. Mais la fréquence de ces arrêts est bien moins grande que pour les EnR. En particulier ces périodes de maintenance ont dû être repoussées du fait du covid pour deux raisons: 1) du fait d'une moindre demande en énergie les réacteurs ont baissé leur production (eh oui ils sont pilotables Mr Rochain!) ce qui a économisé le combustible et repoussé la date initialement fixée pour son remplacement 2) les mesures de sécurité covid ont allongé les délais et compliqué la réalisation des travaux de maintenance par diminution du nombres d'intervenants. Sur le reste je ne polémiquerais pas avec vous: dire que l'Allemagne peut s'alimenter avec seulement 8,4% de biogaz durant un mois se suffit à lui même. Quant à me donner des leçons sur le cycle de l'uranium, je ne me souviens pas d'avoir vu votre nom dans les expertises que j'ai conduites pour l'Etat sur les mines d'uranium françaises de la COGEMA, ni à l'OPECST, ni dans les ministères de l'industrie ou de l'environnement. Enfin je vois que vous avez besoin de compléments scientifiques: l'uranium n'est pas une "terre rare". Ce déterminant est donné à une série de 17 métaux appelés les lanthanides du numéro atomique 57 à 61 plus le Scandium et l'Ytrium. L'Uranium n'en fait pas partie. Ils ne sont d'ailleurs pas vraiment rares pour certains, mais appelés ainsi du fait de leur dispersion et de leur difficulté d'extraction. Quant à l'uranium il est présent dans toute la croute terrestre à 3g/tonne en moyenne, la concentration dans le minerais variant de 1 à 15% (au Saskatchewan au Canada). Dans votre jardinet de 500m2sur 1 seul m de profondeur il y a donc 3 kg d'uranium naturel dont 21g d'U 235. Mais je conviens volontiers avec vous que cette ressource n'est pas inépuisable et que comme pour les métaux stratégiques nécessaires aux EnR, nous dépendons de pays extérieurs pour leur approvisionnement, à moins de rouvrir les mines d'Uranium françaises, ce qui n'est pas rentable actuellement.
J'espère qu'à l'avenir vous serez moins agressif et plus courtois si vous voulez que nous échangions pour éclairer objectivement les lecteurs de ce forum.
Cordialement tout de même
JP MANIN ,Ingénieur CNRS, à la retraite il est vrai.

Serge Rochain

Vous commencez si mal votre message que je ne discuterai pas avec vous car les œillères dont vous faites état dès le début de votre message me démontre que ce sera peine perdue.
Votre manque de curiosité pour un supposé scientifique qui se flatte de l'être ne laisse aucun doute sur votre incapacité à la recherche margé votre vantardise :
"e ne suis pas un nucléocrate loin de là mais un scientifique, ce qui vraisemblablement n'est pas votre cas, mais vous savez vous parer de ce vernis superficiel par quelques lectures que vous maîtrisez mal."
Moi je sais très bien qui vous êtes, mais je ne vous savais pas encore vaniteux, maintenant je sais, mais vous n'avez pas fait la moindre recherche sur moi ce qui ne vous empêche pas de porter un jugement sur la personne.
Adieu petit monsieur

Jean-Pierre MANIN

Détrompez-vous je vous connais Mr Rochain, vous êtes bon dans l'astronomie et l'astrophysique, et vous avez même écrit des livres, mais je m'étonne de cet aveuglement concernant les énergies et principalement le nucléaire dont vous êtes l'ayatollah. L' objectivité est pourtant la caractéristique de tout scientifique. D'où vient cette absence chez vous? En tout cas vous l'avez remplacée par l'invective, et donc je tombe d'accord avec vous : Adieu Monsieur, je ne répondrai plus à vos outrances.

Serge Rochain

Entre temps vous avez un peu cherché et après recherche je deviens presque présentable , sauf que je suis dans un aveuglement total concernant le nucléaire avec pour preuve de mon aveuglement que je ne suis pas d'accord avec vous.
Bien entendu il est exclu que vous soyez vous même l'aveuglé par votre passé professionnel. La seul chose que je peux comprendre sur ce sujet c'est que vous ne crachez pas dans la soupe.

Schricke

Mr Rochain qui fustige le "dogmatisme" des partisans du nucléaire !... C'est à hurler de rire !... ou de pleurer ?

Serge Rochain

J'espère qu'il les aura convaincu de fabriquer des turbines pour les éoliennes et des PPV plutôt que du matériel pour le nucléaire en perte de vitesse, c'est une question de survie pour ces entreprises

Schricke

Je crains que Mr Rochain n'ait pas lu avec une attention assez soutenue le message précédent, qui était, lui, très bien argumenté !... Mais il est vrai que Mr Rochain n'a que faire des arguments, fussent-ils solides, de ceux qui pensent encore que le nucléaire soit, pour longtemps encore, incontournable...

Max Maes

Il est certain que le passage transitoire par une énergie nucléaire est un mal nécessaire avant d'avoir la fusion.
Il y aurait à faire à construire rapidement en série des SMR sécurisés pour remplacer les centrales à charbon, et développer le chauffage urbain.
Le développement de l'hydrogène propre est à ce prix.
N'oublions pas que le nucléaire est en grande partie local, il occupe peu de surface, il n'est pas soumis à la dépendance très dangereuse vis à vis de la Chine.

dédé 29

Je crains que l'on fasse encore du "en même temps " et que les choses avancent uniquement après quelques épisodes de coupures volontaires d'electricite pour eviter un black out .

Philippe Charles

C'est au Creusot que s'est déroulé ce raout ?

Ben tiens justement je viens de lire sur ce même site le paragraphe ci-dessous à propos de ce haut lieu de l'atome qui accueillera sans doute bientôt un musée consacré à la fabrication des cuves de réacteur ;-) Mais afin de ne pas s'étouffer avec leurs petits fours, gageons que le président et ses sbires n'ont pas évoqué l'affaire du Creusot :

En avril 2016, l’ASN révélait l’existence de 430 dossiers de fabrication irréguliers — des dossiers « barrés », dont certains remontaient aux années 1960 — dans les archives de l’usine Areva du Creusot où sont forgés les gros composants en acier des réacteurs nucléaires, notamment la cuve de l’EPR de Flamanville. Elle avait alors demandé à l’exploitant d’éplucher l’intégralité de ses 6.000 dossiers, et d’autres anomalies avaient été découvertes. Une sérieuse entaille dans le système de contrôle de la sûreté nucléaire, qui repose sur la confiance entre le gendarme du nucléaire et les exploitants — le travail de la première consistant en grande partie à examiner des dossiers techniques fournis par les seconds. C’était du déclaratif. Ce système a longtemps laissé passer les falsifications du Creusot. De la même manière, l’ASN ne s’est rendu compte que très tardivement des problèmes de la cuve et des soudures de l’EPR de Flamanville, parce qu’EDF a tardé à lui en parler et a attendu qu’il soit trop tard pour imposer ses solutions. Entre les réacteurs, les usines du cycle du combustible, la médecine, les sources radioactives, le champ des missions de l’ASN est considérable et le nombre de contrôleurs est insuffisant. Pour faire face à des exploitants qui falsifient ou ne communiquent que trop tardivement, il faut plus de contrôles et donc plus de moyens.

Serge Rochain

Dans votre liste de raisons de se méfier du monde nucléaire vous oubliez de parler de l'incompétence des soi-disant spécialistes qui, pour crédibiliser leurs propos souvent incohérents, se vantent sur les forum comme celui-ci de leur qualité d'ingénieur ayant conduit des expertises sur les mines d'uranium de la COGEMA par exemple et qui, horreur, ne savent pas que l'uranium fait partie des terres dites rares de la série des actiniums, et prétendent ensuite vous apprendre un tas d'inepties à propos d'une supposée surabondance de l'uranium dans ma croute terrestre alors qu'il en est le corp le plus rare. Le seul point sur lequel il exprime une vérité c'est de dire qu'en général les terres dites rares ne sont pas rares car dans un classement par abondance relative dans la croute terrestre elles se répartissent à peu prés uniformément au milieu des autres corps, SAUF UN qui se distingue de tous les autres, l'URANIUM, tous isotopes confondus, qui est bon dernier de cette liste, alors voilà qui en dit long sur, soit l'incompétence de cet ingénieur spécialiste du nucléaire, soit sur l'honnêteté de ses arguments en faveur du nucléaire. Cette incompétence, si elle était généralisées serait certainement une des raisons majeurs de la triste situation du nucléaire en France.

Jean-Pierre MANIN

Non vous vous trompez lourdement: vous confondez "terres rares" qui je confirme et signe, sont composées des 15 lanthanides du numéro atomique 57 à 61 plus le Scandium et l'Ytrium, ce qui fait 17 au total. L'Uranium n'est pas une "terre rare", mais fait partie des actinides. Vous confondez "Terres rares" avec rareté des métaux ! Vraiment pour un scientifique vous devez réviser vos cours. Votre méprise vient du fait que dans les minerais des terres rares sont souvent associés des actinides, comme l'uranium et le thorium, ce qui n'en fait pas d'eux pour autant des "terres rares" aux propriétés chimiques différentes. Vraiment une telle confusion m'abasourdit. Renseignez-vous auprès de vos collègues avant de proférer des énormités qui entament votre crédibilité.

Serge Rochain

Votre crédibilité se joue sur des définitions arbitraires qui ne correspondent à aucune réalité ? Pa la mienne.
La principale différence entre les lanthanides et les actinides est que les lanthanides sont les éléments chimiques du bloc f du tableau périodique qui ne forment pas facilement les complexes, alors que les Actinides sont les éléments chimiques du bloc f du tableau périodique qui peuvent facilement former les complexes. Autres différences, les lanthanides sont considérés comme des éléments non radioactifs, à l'exception du Prométhium. Tous les actinides, en revanche, sont considérés comme des éléments radioactifs en raison de leur nature instable. En dehors de cela, puisque nous sommes au moins d’accord sur le fait que « Terre rare » est un terme inapproprié qui ne veut rien dire si ce n’est d’être une appellation arbitraire semant le trouble dans les esprits « normaux », donc pas les nôtres, soyons clair avec ces esprits normaux et revenons à la seule chose qui soit importante pour le sujet qui nous intéresse :
L’uranium est le corps naturellement présent dans la croute terrestre et qui en est le corps le plus rare !
Et c’est ça que vous transformez en énergie avec l’électronucléaire !

Jean-Pierre MANIN

Mes définition des actinides ne sont pas arbitraires elles sont issues de grands chimistes et enseignées par mes professeurs.Pour cette fin d'année je ne résiste pas à vous envoyer ce diagramme sur l'abondance des corps dans la, croute terrestre, puisque vous m'avez interpellé sur ce sujet: vous y constaterez vous même, contrairement à ce que vous affirmez, que l'Uranium n'est pas le corps le moins abondant, 10 fois moins il est vrai que le cobalt ou 30 fois moins que le cuivre, ce qui n'en fait pas une rareté. Quant au thorium qui peut être un futur combustible, il est 10 fois plus abondant que l'uranium.
En souhaitant pour 2021 que vous adoptiez avec vos interlocuteurs un ton plus conciliant et moins dédaigneux. C'est de l'échange des idées que naît la vérité souvent.

Serge Rochain

Et pour le cas où vous ne l'auriez pas remarquer il ne s'agit que de l'analyse de la croute terrestre supérieure, celle que les mouvement de plaques font remonter dans les zones de subduction

Serge Rochain

Je regrette Monsieur Manin, cette classification apparait aujourd’hui totalement arbitraire puisque défini sur des critères apparus par la suite totalement illusoires de leurs propriétés chimiques que l’on pensait très voisines ce qui n’est vrai que pour les premiers de la liste suivant le lanthane, puis finalement ils étaient aussi apparentés au scandium et à l’yttrium dont le nombre atomique est très éloigné de ceux de la liste et qui ne se trouvent donc pas dans le bloc f mais qui ont d’autres atomes crochus qui les placent sur d’autres zones de la table de Mendeleïev. Finalement ils avaient surtout la particularité d’être le plus souvent associés entre eux et difficiles à isoler les uns des autres et pour cette raison découverts tardivement ce qui a suffi à faire croire qu’ils étaient rares et justifier cette appellation. Quant à la rareté d’un atome il ne résulte que de la complexité des conditions qui lui ont permis d’apparaitre et plus ils sont lourds plus leur probabilité d’apparition est faible ce qui explique que l’uranium est bien l’atome le plus rare, les quelques-uns plus lourds sont tous artificiels.
Je vous dispense d’envoyer la référence, dont vous parlez dans votre message (et que vous avez oublié de mentionner), de la table de classement des corps simple par abondance. J’en ai déjà toute une collection faites selon des études différentes et cela ne changera probablement rien à ma collection, laquelle est agrémentée dans ma thèse des conditions de pressions et températures nécessaires à leur fusion dans différents types de supernovæ susceptibles de conduire à leur apparition.
Pour votre information, l’astrophysique regorge de mauvaises appellations pour les mêmes raisons, celles que l’on croyait justes au moment de leur donner un nom, comme novæ et supernovæ par exemple.
Meilleurs vœux.

Jean-Pierre MANIN

Oui je conviens que certains lanthanides ont des propriétés différentes, la plus caractéristique demeurant leur capacité à servir de catalyseurs entre autres. mais l'uranium reste un actinide. Il faut bien, même si ces classifications ont toutes le défaut de prétendre mettre dans un même panier des objets divers, accepter ces dénominations , même si ces disciplines scientifiques regorgent, comme vous dites, d'appellations erronées.
Votre thèse des conditions de pression et de température est par contre plus convaincante pour l'apparition de ces corps de numéro atomique élevé. Mais dans mon jardin et peut-être le votre aussi, le calcul d'uranium présent reste vrai, raison pour laquelle j'ai environ 350 Bq/m3 de radon (222) dans ma cave. Je ne vous ferai pas l'injure de vous informer de sa provenance!
Meilleurs voeux .

Serge Rochain

Monsieur Manin, je préfère de tres loin votre ton à celui d'autres intervenants dont les prétentions en regard de leur connaissances sont de véritables insultes auxquels je n'hésite pas à répondre sur le même ton mais de manière plus directe.
Je comprends ce que vous dites à propos du radon, je suis moi-même dans une situation bien pire que la votre, pas chez moi mais je fais régulièrement des missions d'observations dans un observatoire de haute montagne (le Pic du Midi) qui est une masse granitique importante. Nous surveillons les compteurs et nous aérons régulièrement même par temps très froid, c'est une nécessité ... pour nous là-haut 350Bq/m3 c'est peu j'ai couramment le double dans la chambre (elles sont situées dans une partie enterrée du Pic.)
Encore tous mes voeux

Patrice LUCCHINI

Et en même temps, la PPE se donne pour objectif de quintupler la production d'électricité d'origine nucléaire. Ce président nous mène en bateau sur une mer déchainée, il navigue à vue en fonction de ce qu'il croit être ses intérêts électoraux et quel que soit le sujet. Le nucléaire reste pour la France le plus sûr moyen de réduire les émissions de GES liées à la production d'électricité. Investissons dans la recherche sur la fusion nucléaire, maintenons nos centrales jusqu'à ce que la science ait progressé, notamment dans le recyclage des déchets et leur utilisation comme carburant des futures centrales, réduisons la consommation d'énergie au lieu de courir après son augmentation en développant des technologies déjà obsolètes, ruineuses et inefficaces comme l'éolien, en particulier terrestre.

Patrice LUCCHINI

quintupler la production d'électricité d'origine nucléaire. Il faut lire quintupler la production d'électricité d'origine éolienne.

Schricke

Ah bon !... Je préfère !... J'allais justement vous poser la question ! Merci !

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet