Madrid donne son feu vert sous conditions à une OPA partielle sur Naturgy

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement espagnol a donné mardi son feu vert à l'OPA partielle que veut lancer le fonds australien IFM sur le groupe énergétique Naturgy, à condition notamment qu'il s'engage à maintenir l'activité en Espagne.

"Les conditions fixées ont pour objectif principal de protéger l'intérêt public à travers le maintien du siège et de l'activité en Espagne, la garantie d'une gestion financière prudente, l'appui aux investissements fondamentaux pour la transition énergétique et le maintien de la cotation en Bourse", a indiqué le ministère de l'Economie dans un communiqué.

IFM devra s'assurer qu'une "partie significative des effectifs du groupe en Espagne" soient "maintenus" et que le groupe ne perde pas le contrôle de ses filiales, a ajouté le ministère.

Le fonds australien nécessitait l'aval du gouvernement de gauche de Pedro Sanchez car ce dernier a renforcé en mars 2020 les règles sur les investissements étrangers.

En vertu de cette réforme, les entreprises étrangères voulant acquérir plus de 10% d'une entreprise espagnole jugée stratégique doivent obtenir le feu vert du conseil des ministres.

IFM devra désormais obtenir le feu vert de l'autorité boursière espagnole.

Le fonds avait annoncé en janvier sa volonté de lancer une offre publique d'achat (OPA) sur 22,69% du capital du géant énergétique espagnol Naturgy, pour un montant maximum de 5 milliards d'euros.

Naturgy possède notamment 49% du gazoduc Medgaz, qui relie l'Espagne à l'Algérie, son principal fournisseur de gaz.

L'ex-Gas Natural Fenosa s'est rebaptisé Naturgy en 2018, marquant sa volonté de devenir un opérateur énergétique mondial hors du seul secteur gazier, et de se diversifier notamment dans les énergies renouvelables.

Naturgy a notamment investi dans l'éolien et le solaire en Espagne, en Australie et au Chili.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture