Pétrole : le Kurdistan d'Irak dénonce les « pressions injustes » exercées par le gouvernement central de Bagdad

  • AFP
  • parue le

Le Kurdistan d'Irak a dénoncé mercredi les "pressions injustes" exercées par le gouvernement central de Bagdad, quelques jours après une décision de justice invalidant des contrats pétroliers passés par la région autonome avec des compagnies étrangères.

Saisi par le ministère du Pétrole de Bagdad, un tribunal de commerce a invalidé lundi ces contrats conclus entre la région autonome du Kurdistan (nord) et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne. Cette décision illustre le bras de fer opposant le Kurdistan d'Irak à Bagdad sur la gestion des hydrocarbures.

En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central, donnant à ce dernier le droit de revoir tous les contrats pétroliers, voire de les annuler.

Depuis, Bagdad bataille pour faire appliquer cet arrêt, au grand dam du Kurdistan qui veut préserver l'autonomie de son secteur énergétique. Selon un communiqué publié mercredi, le gouvernement kurde "a passé en revue toutes les procédures constitutionnelles et juridiques (dont dispose) le Kurdistan face aux pressions injustes et inconstitutionnelles exercées par le ministère du Pétrole" à Bagdad.

"Le tribunal du commerce a invalidé les contrats qui n'étaient pas conformes à la décision de la Cour suprême fédérale", a indiqué à l'AFP un haut responsable du secteur des hydrocarbures dans la capitale irakienne sous le couvert de l'anonymat. Selon lui, le gouvernement a intenté des actions en justice contre sept entreprises opérant au Kurdistan, mais aussi contre l'actuel ministre des Ressources naturelles de la région autonome et de son prédécesseur.

Dans ce contexte tendu, les géants Schlumberger, Baker Hughes et Halliburton se sont engagés à ne pas s'impliquer dans de nouveaux projets au Kurdistan, a annoncé le ministère du Pétrole à Bagdad. D'après le ministère, ces entreprises œuvrent aussi à "liquider et clôturer" les appels d'offres et contrats en cours.

De son côté, tout en réclamant une solution négociée, le Kurdistan a intenté deux actions en justice, dont une visant le ministre du Pétrole.

L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. Les relations entre Bagdad et le Kurdistan sont en dents de scie, l'épineux dossier des hydrocarbures refaisant épisodiquement surface. En juin, l'Irak a exporté plus de 101 millions de barils, soit plus de 11,5 milliards de dollars de revenus, selon des chiffres préliminaires du gouvernement.

Le Kurdistan irakien produit plus de 400 000 barils par jour.

Modération des commentaires

Les commentaires sont désactivés sur notre site durant la période estivale (jusqu’au lundi 29 août) afin d’éviter les spams en l’absence d’un modérateur.

Nous vous remercions de votre compréhension et vous souhaitons un bel été.

La rédaction

Suggestion de lecture