Le secrétaire d'État américain au Guyana et au Surinam, où le pétrole attire les convoitises

  • AFP
  • parue le

Mike Pompeo devient jeudi le premier secrétaire d'État américain à se rendre au Guyana et au Surinam, deux petits pays d'Amérique du Sud dont les récentes découvertes pétrolières attirent les convoitises.

Ces deux étapes marqueront le début d'une tournée de trois jours qui le mènera également en Colombie et au Brésil, près de la frontière vénézuélienne, dans le cadre d'une campagne pour dénoncer le régime de Nicolas Maduro au Venezuela.

Mike Pompeo doit rencontrer les présidents récemment élus du Guyana et du Surinam, également courtisés par la Chine, dont les États-Unis tentent de contrer l'influence grandissante sur leur propre continent. "Qu'il se rende dans ces deux pays est extraordinaire et démontre qu'il s'y passe quelque chose d'important", dit Éric Farnsworth, un ancien du département d'État, aujourd'hui vice-président du Conseil des Amériques.

Le groupe pétrolier ExxonMobil a annoncé en 2015 avoir trouvé l'une des plus grosses réserves mondiales de brut depuis des années dans les eaux au large du Guyana. Le géant américain est aussi très présent au Surinam.

« Contraste saisissant » avec Pékin

Avant la pandémie de Covid-19, le Guyana affichait des prévisions de croissance économique de 85% pour cette année, inégalées dans le monde. La venue de Mike Pompeo intervient au moment où le petit pays frontalier du Venezuela renégocie son accord avec Exxon, qui prévoit que l'État conserverait environ la moitié de ses revenus pétroliers - des termes jugés défavorables par certains défenseurs des pays en voie de développement.

Un responsable américain a assuré que le secrétaire d'État n'était pas en mission de lobbying pour Exxon, mais qu'il encouragerait les deux pays à faire preuve de responsabilité dans la gestion de cette aubaine financière. "Il va souligner dans ces rencontres comment les sociétés américaines investissent de manière responsable et transparente sur le continent", a-t-il expliqué à des journalistes. "C'est un contraste saisissant avec la Chine, dont les prêts usuraires et les projets futiles plombent les pays du continent américain avec des dettes insoutenables", a-t-il ajouté.

Pékin, également attiré par le bois et les minerais de cette région, a invité les deux pays à participer à son initiative des "nouvelles routes de la soie", projet pharaonique d'infrastructures lancé en 2013 pour s'assurer l'amitié des capitales aux quatre coins de la planète.

Mike Pompeo doit d'abord faire étape à Paramaribo, la capitale du Surinam, pays frontalier de la Guyane française. Il y "célébrera le triomphe de la démocratie", selon le département d'État, en rencontrant le président Chandrikapersad Santokhi, issu de l'opposition et élu en juillet par le Parlement. Il se rendra ensuite, toujours jeudi, à Georgetown, la capitale du Guyana, pour "féliciter" le nouveau président Irfaan Ali, qui a battu le sortant David Granger. Ce dernier, après avoir contesté sa défaite, a fini par s'y résoudre, notamment à la suite de sanctions imposées par le chef de la diplomatie américaine à des membres de son gouvernement, accusés de saper la démocratie.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet