Newsletters des énergies

Pour 78% des Français, les annonces du gouvernement ne répondent pas à l'attente des "gilets jaunes"

  • AFP
  • parue le

Pour près de huit Français sur dix (78%), les annonces du gouvernement ne répondent pas aux attentes exprimées par les "gilets jaunes", selon un sondage Elabe diffusé mercredi.

L'approbation de la mobilisation reste par ailleurs élevée après les annonces d'Édouard Philippe, avec 72% (-3) des Français qui ont de la sympathie pour le mouvement ou le soutiennent.

Dans le détail, 46% (=) disent soutenir et 26% (-3) avoir de la sympathie pour le mouvement. 21% (+4) des Français interrogés y sont opposés et 6% (-2) indifférents, selon cette enquête pour BFMTV.

L'approbation du mouvement est la plus forte chez les proches de la gauche non socialiste (LFI, PCF...)(91%) et du Rassemblement national (ex-FN, 81%), mais aussi chez ceux qui n'ont aucune préférence partisane (77%).

38% des sympathisants de La République en Marche soutiennent ou ont de la sympathie pour le mouvement. Ces proportions sont toutefois à prendre avec prudence, compte tenu de la faiblesse des échantillons.

Aucune des mesures annoncées mardi par Édouard Philippe n'est réellement perçue comme efficace pour améliorer le pouvoir d'achat. Avec toutefois en tête la suspension de l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité, jugée "efficace" par 45% des personnes interrogées, loin devant la suspension de six mois de la hausse des taxes sur les carburants (32%).

Pour près de deux Français sur trois (63%), la mobilisation doit se poursuivre, un pourcentage en nette baisse (-6) par rapport à une précédente enquête fin novembre. Pour 37% (+6), elle doit s'arrêter.

La proportion de ceux qui se définissent comme "gilets jaunes" est stable à 20%.

Les Français condamnent en revanche massivement (82%) les violences qui se sont produites samedi durant la mobilisation, même si 37% disent les comprendre.

Avec plus de 70% d'approbation, le mouvement est dans la moyenne haute des mobilisations approuvées par les Français, derrière celle des policiers pour dénoncer le manque de moyens en 2016 (88%) et celles des personnels des Ehpad (86%) et des retraités (81%) en mars dernier.

Enquête réalisée en ligne les 4 et 5 décembre auprès de 1.002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.


Ajouter un commentaire