Crit'Air: François de Rugy défend un étiquetage strict des véhicules diesel

  • AFP
  • parue le

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a défendu mardi le bien fondé de l'étiquetage "Crit'Air" appliqué actuellement, alors que plusieurs ministres ont récemment exprimé des points de vue contradictoires sur l'étiquetage des nouveaux véhicules diesel.

"C'est un vieux débat en France. Certains constructeurs de moteurs diesel disent, les derniers diesel sont aussi propres que l'essence, le problème c'est qu'ils émettent des particules très fines donc moi je crois qu'il ne faut pas envoyer des signaux contradictoires sur la question de la pollution de l'air", a affirmé François de Rugy sur Europe 1. "Plus les particules sont fines, plus elles passent dans les poumons, puis dans notre sang, donc elles sont fixées par le corps humain", a-t-il argumenté.

Le ministre était interrogé sur le sujet alors que plusieurs membres du gouvernement ont exprimé des points de vue contradictoires sur le sujet du diesel. En question notamment, l'impossibilité pour les véhicules roulant au gazole de prétendre à la vignette Crit'Air 1 qui caractérise les véhicules les moins polluants (hors électriques).

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est par exemple montré ouvert à "discuter" du sujet, en fonction des évaluations environnementales des véhicules, alors que le quotidien Le Monde avait avancé que Bercy réfléchissait à ouvrir la vignette Crit'Air 1 aux diesels récents.

À l'inverse, la secrétaire d'État à la transition écologique Emmanuelle Wargon s'est elle fermement opposée à une révision de cette classification des véhicules.

Toutefois, François de Rugy a défendu la nécessité d'un "travail d'accompagnement de la filière diesel" française. "Il y a des entreprises, notamment des sous-traitants de l'automobile qui ne faisaient que ça et il faut les accompagner pour qu'ils puissent se reconvertir notamment vers les moteurs essences, les moteurs électriques, les moteurs hybrides", a indiqué le ministre.

Commentaires

Cmoi31000

Bonjour
Si le diesel pollue tant que çà qu'attend t on pour mener la chasse aux camions et développer fortement le transport ferroviaire. Ceux qui sont seniors ont connu l'époque glorieuse des gares de triage et des trains de marchandises beaucoup plus nombreux (toute proportion gardée compte tenu de la croissance économique). Idem pour la délocalisation de la production manufacturière associé à un transport maritime très polluant....

Cmoi31000

Et pour financier cette transition , mettre en place une vignette pour les camions et bateaux en provenance de l'étranger et doubler ou tripler la taxe "recyclage" des produits manufacturés

et moi et moi

Cmo 31000, vou proposez des taxes et encore des taxes,
donc des nbonnets rouges et des gilets jaunes !
Les français ne sont pas prèts ou n'ont pas les moyens, pour payer l'écologie. On n'en sort pas. C'est tout les mentalités qu'il faudrait commencer par changer.

Cmoi31000

Certes mais il vaut mieux réduire la pollution due aux transports de marchandises en les taxant et en changeant de politique que de matraquer de taxes les propriétaires de voitures diesel car tous ces transports polluent plus que toutes les automobiles et génèrent de gros dégats sur nos routes
Il y a des pays comme la Suisse qui pratiquent le ferroutage depuis longtemps. En france on supporte tous ces poids lourds qui ne font même pas le plein de gazole chez nous c'est tout dire...
ce ne se fera pas tout seul mais question emploi ca n'aura aucune conséquence négative tous les routiers sont étrangers ...et il faudra des emplois pour la distribution locale et la relocalisation de production manufacturiere

Ajouter un commentaire