Newsletters des énergies

Sécheresse: l'Allemagne mobilise des réserves stratégiques de carburants

  • AFP
  • parue le

L'Allemagne a autorisé le recours à certaines de ses réserves stratégiques de carburant en raison de la sécheresse qui limite depuis plusieurs semaines le transport fluvial sur le Rhin, a expliqué vendredi le ministère de l'Economie.

Dans un décret entré en vigueur vendredi, le gouvernement a débloqué les réserves d'essence, de diesel et de carburant d'avion dans plusieurs régions le long du fleuve, dont le niveau est à un plus bas historique.

Le dépôt de carburant d'avion de l'aéroport de Francfort, le plus grand du pays, est notamment concerné par cette mesure, ainsi que plusieurs réserves d'essence et de diesel à Cologne, en Hesse, Rhénanie-Palatinat, et en Bade-Wurtemberg.

Il s'agit d'une mesure "préventive", a précisé une porte-parole du ministère à l'AFP, notant qu'il n'y a "pas de crise durable" de l'approvisionnement. Selon la loi allemande sur les réserves de carburant, le gouvernement peut y avoir recours pendant 6 mois au maximum pour "remédier à une situation locale de crise". Il s'agit de la quatrième fois en 40 ans que des réserves stratégiques ont été débloquées, note l'hebdomadaire Wirtschaftswoche.

À Cologne, le niveau du Rhin était de 73 cm vendredi matin, proche du plus bas historique mesuré en début de semaine. Presque partout sur le plus long fleuve d'Allemagne, la situation est la même. Depuis plusieurs semaines, les navires ont dû drastiquement réduire leur cargaison afin d'éviter qu'elles ne s'échouent, et certaines barges ne peuvent plus du tout naviguer sur des secteurs du Rhin.

Le géant industriel Thyssenkrupp et le chimiste BASF ont dû ralentir leur production, tandis que le groupe énergétique RWE peine à approvisionner sa centrale de Hamm en charbon. En Allemagne, outre le Rhin, le transport fluvial est aussi très perturbé sur l'Elbe, le fleuve qui dessert Hambourg, le plus grand port maritime du pays.

Cet été, les températures, au-dessus de 30°C, et les précipitations très limitées ont constitué, selon le ministère allemand de l'Agriculture, "la phase d'anomalie de température la plus marquée" depuis le début des mesures climatiques en Allemagne en 1881. Un événement compatible, selon les autorités, avec certains des effets attendus du changement climatique, même si le lien n'est pas prouvé.


Ajouter un commentaire