TotalEnergies craint le coup de chaud à son assemblée générale

  • AFP
  • parue le

Après ses concurrents européens Repsol, BP, Equinor ou encore Shell, le groupe pétrolier français TotalEnergies réunit à son tour mercredi ses actionnaires, amenés notamment à se prononcer sur le plan climat du groupe lors d'un vote consultatif qui pourrait être houleux.

Cette assemblée générale (AG) se tiendra dans un contexte potentiellement tendu, alors que plusieurs petits actionnaires sont bien décidés à influencer l'orientation climatique du groupe.

Un collectif d'actionnaires, représentant 0,78% du capital du géant pétrolier, avait déposé une résolution demandant au groupe de se conformer à l'accord de Paris sur le climat, résolution qui ne sera finalement pas inscrite à l'ordre du jour, le conseil d'administration s'y étant refusé.

Pour justifier sa décision, le groupe avait expliqué qu'il appartient légalement au conseil d'administration de définir "la stratégie notamment en matière de transition énergétique", selon une déclaration transmise à l'AFP.

Le collectif avait alors saisi l'Autorité des marchés financiers (AMF), qui s'est déclaré mercredi dernier non compétente, estimant ne pas avoir de "pouvoir d'injonction dans un domaine qui relève du droit des sociétés".

Parmi ces actionnaires, Edmond de Rothschild ou La Financière de l'Echiquier, pas spécialement connus pour leur activisme actionnarial, ainsi que le néerlandais MN. Après la réponse de l'AMF, tous ont annoncé qu'ils voteront contre le plan climatique soumis aux actionnaires.

Un combat dans lequel ils ont été rejoints mardi par les Assurances du Crédit Mutuel.

En cause, l'anticipation par TotalEnergies d'une "forte augmentation de la production des hydrocarbures sur 2019-2030" mais également le regret que "les excédents découlant des prix actuels élevés des hydrocarbures ne soient pas affectés prioritairement à des investissements additionnels dans le renouvelable", selon les Assurances du Crédit Mutuel.

- Eviter de voir l'AG perturbée -

Reste que ces prises de position ne seront sans doute pas suffisantes pour repousser la résolution, d'autant que les principaux actionnaires de TotalEnergies, les fonds d'investissement BlackRock ou Vanguard ainsi que les assurances Axa ou la BNPParibas, n'ont pas communiqué leur vote en amont de l'AG.

Or il y a un an, la même résolution avait été très largement adoptée par les actionnaires du groupe pétrolier, avec 92% de votes favorables.

Un autre groupe d'actionnaires avait bien déposé une résolution, réclamant une meilleure information concernant la stratégie climatique de TotalEnergies, mais l'avait finalement retirée, estimant avoir reçu les réponses espérées, avec l'annonce de la publication d'un certain nombre d'indicateurs.

Le groupe craint également de voir son AG perturbée par des ONG en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique et a renforcé les conditions d'accès afin d'éviter toute mauvaise surprise.

Et pour cause, celle de son concurrent anglo-néerlandais Shell a été perturbée mardi, obligeant le président du conseil d'administration, Andrew Mackenzie, à suspendre l'AG pendant environ deux heures.

En cause, l'irruption d'environ 80 militants dans la salle, chantant "We will, we will stop you!" sur l'air du tire de Queen "We will rock you". A l'extérieur, d'autres militants chantaient et scandaient des slogans comme "Shame on Shell" (honte à Shell).

Plusieurs ONG environnementales ont manifesté dès lundi soir, accusant TotalEnergies de "violations" du "droit de l'environnement" et "des droits humains" ainsi que d'"atteinte à la biodiversité lors d'un tribunal fictif présentant une série de témoignages.

Ils devraient se retrouver mercredi devant la salle Pleyel à Paris, où se déroulera l'AG, afin de convaincre les actionnaires de "voter contre le faux plan climat de TotalEnergies" selon Eva Sadoun, co-présidente du mouvement Impact France, tandis que Lucie Pinson, de l'ONG Reclaim Finance, a estimé que le groupe "n'est pas en transition", contrairement à ce qu'il affirme.

els/laf/eb

Ajouter un commentaire