TotalEnergies profite à plein de la flambée des cours des hydrocarbures

  • AFP
  • parue le

TotalEnergies a profité à plein de la remontée des cours des hydrocarbures, en particulier de la flambée historique du gaz qui alimente une crise énergétique en Europe, multipliant son bénéfice net par 23 au troisième trimestre.

"La reprise économique mondiale, notamment en Asie, a entraîné une forte hausse des prix de toutes les énergies au troisième trimestre", a souligné jeudi dans un communiqué Patrick Pouyanné, le PDG du géant français. Le groupe a réalisé un bénéfice net de 4,6 milliards de dollars, qui se compare aux 202 millions de dollars du troisième trimestre 2020, un niveau alors bas en raison de la déprime des cours.

Mais, en comparant au troisième trimestre de 2019, avant la crise du Covid-19, ce résultat apparaît tout de même en forte progression de 66%. Le résultat net ajusté - qui exclut certains éléments exceptionnels et sert de référence dans le secteur - a pour sa part été multiplié par 5,6 sur un an, à 4,8 milliards.

La principale explication à cette hausse est donc la remontée des cours des hydrocarbures : pétrole mais surtout gaz, notamment sous sa forme liquéfiée (GNL), une activité dans laquelle le groupe est très actif. Cette flambée des cours pose des problèmes de pouvoir d'achat dans de nombreux pays, car elle se traduit dans les prix à la pompe ou dans ceux du chauffage, avec aussi des répercussions sur le marché de l'électricité, obligeant des gouvernements à intervenir. Face à cette crise de l'énergie, les dirigeants européens sont pour leur part récemment apparus divisés.

Après avoir atteint des niveaux historiques, les cours du gaz devraient rester élevés, pense le groupe, à l'unisson de la plupart des experts. "Le faible niveau des stocks de gaz et la demande qui devrait rester soutenue, sauf hiver exceptionnellement clément, sont susceptibles de maintenir les prix du gaz en Europe et en Asie à des niveaux élevés jusqu'au deuxième trimestre 2022", juge-t-il. C'est l'ensemble du secteur qui devrait profiter de cette envolée des cours. Le norvégien Equinor a publié mercredi des résultats solides, repassant dans le vert, tandis que Shell quadruplait jeudi son bénéfice ajusté.

Production en hausse

TotalEnergies a aussi profité d'une remontée de sa production d'hydrocarbures, en hausse de 4% sur un an au troisième trimestre, notamment grâce à la forte demande pour le gaz et au choix des pays producteurs de pétrole de remettre des barils sur le marché. Elle a ainsi atteint 2,8 millions de barils équivalent pétrole par jour et devrait continuer de grimper au quatrième trimestre, à un niveau compris entre 2,85 et 2,9 millions.

Malgré la manne de la flambée des cours, le groupe veut maintenir sa "discipline sur les coûts", avec des investissements prévus proches de 13 milliards de dollars en 2021, dont 3 milliards consacrés aux renouvelables et l'électricité.

L'ancien Total, qui s'est renommé pour afficher sa diversification, cherche en effet à se développer dans ces secteurs. Comme toutes les entreprises issues à l'origine de l'activité pétrolière, il est sous pression pour se diversifier dans des domaines compatibles avec les objectifs de limitation du réchauffement climatique.

Le groupe a ainsi également annoncé jeudi qu'il prévoyait jusqu'à 200 millions d'euros en France pour équiper plus de 150 de ses stations sur autoroutes et voies express en bornes de recharge haute puissance pour véhicules électriques. "Grâce aux revenus générés par nos activités d'hydrocarbures, nous pouvons investir massivement dans les infrastructures de recharge pour véhicules électriques et ainsi accélérer notre transformation", a fait valoir Alexis Vovk, directeur général marketing et services.

Commentaires

Larderet

Et naturellement TotalEnergie va continuer à piller EDF en profitant d’une électricité bradée à 42 €/MWh. Bravo à l’Europe de l’énergie et à l’incompétence des gouvernements français !

Marc Diedisheim

Dans votre colère, n'oubliez pas que cette obligation de vente (loi dite "Lome") de EDF à prix fixe est limitée en quantité à 100 TWh par an, soit 25% de sa production et que les allocations à ce prix se font au prorata des demandes qualifiées. Environ 60 bénéficiaires par an, c'est-à-dire en moyenne 1,7 TWh par demandeur, soit environ 71 millions d'Euros. A comparer à 141 Milliards d'Euros de chiffre d'affaires pour TotalEnérgies, et aux 3 milliards que cette entreprise investit dans les nouvelles énergies. ...
N'oubliez pas non plus dans votre colère tous les Français qui "pillent" EDF à travers l'obligation d'achat de l'électricité renouvelable. Bien cordialement.

Larderet

Bien d’accord que la part de TotalEnergies dans l’arenh n’est pas ce qui compte le plus dans son bénéfice de 4,6 milliards de dollars et qu’il n’est pas le seul à en bénéficier, mais avouez que la concurrence que subit EDF est pour le moins déloyale. Petit détail : le nom de la loi est Nome (nouvelle organisation du marché de l’électricité). Cordialement.

Lecteur 101

"N'oubliez pas non plus dans votre colère tous les Français qui "pillent" EDF à travers l'obligation d'achat de l'électricité renouvelable" .

On ne peut pas vous laisser dire ça.
Ces Français qui se sont équipés depuis 10-15 ans, et s'équipent aujourd'hui en PV participent activement au développement de cette technologie, à la baisse des coûts de fabrication, à la création de la filière de recyclage des cellules PV, etc. Sur 15 ans le coût moyen d'un panneaux PV a diminué en moyenne par un facteur 3 et leur efficacité énergétique s'est améliorée de + de 50%. EDF et l'état peuvent faire valoir leur engagement sur ce front et le succès qui en découle, pour le bien de toute la collectivité, de bonne augure aujourd'hui pour accélérer le mouvement, à des coûts très accessibles et en pleine adéquation avec les impératifs climat.

Marc Diedisheim

Les Français qui s'équipent en PV == pour revente == contribuent au développement de la production de panneaux chinois, dont les conditions écologiques et d'impact climatique de fabrication ne sont donc ni connues ni maîtrisées. Le recyclage de ces panneaux ne permet pas de récupérer les matériaux nobles qu'ils contiennent, mais seulement le modeste verre, l'aluminium, et le silicium, qui est le second élément le plus abondant sur Terre. L'existence de ces "revendeurs à prix fixé et à revente garantie" contribue, par le biais des taxes ainsi engendrées, à alourdir le coût de l'électricité en France au lieu de la faire baisser. L'autoconsommation pure et simple, sans revente, en se contentant de réduire la consommation électrique à partir du réseau, est à la fois beaucoup plus simple en termes d'équipement et d'exploitation du réseau de distribution électrique, et socialement beaucoup plus juste en ce qu'elle n'oblige pas autrui à financer sans contrepartie des équipements individuels et privés. Alors oui, je pense que vous pouvez me laisser parler de pillage. Bien cordialement.

Lecteur 101

Vous avez un argument de poids sur l'origine des panneaux PV. Et oui s'ils sont achetés à des fabricants chinois dont l'énergie de production est très probablement le charbon, alors le bilan carbone de tels PV en fin de vie n'est peut-être pas vertueux. Savez vous dire s'il serait négatif, ce qui serait un comble ?
Acheter Français est cependant possible aujourd'hui et à tarif compétitif il semble.
Concernant les taxes engendrées par les revendeurs à prix fixe, j'aimerai en savoir un peu plus SVP. Je pense que c'est négligeable sur la facture du particulier. Les taxes sur la facture des particuliers (TCFE, CSPE, CTA...) sont à mon sens principalement motivées par le coûts du nucléaire (investissement, maintemance et démantèlement) à un facteur d'échelle ou deux au-dessus. Par ailleurs les particuliers revendeurs payent annuellement l'accès au réseau si je ne me trompe pas (ils n'encaissent pas qu'un chèque de revente). De plus les contrats de revente actuels sont autour de 0.1 à 0.25€ du Kwh il semble, bien en dessous de ce qu'ils étaient il y a 10 ou 15 ans lors du lancement incitatif de ce programme.
Mon propos est qu'il y a des gens de bonne foi qui ont investi ou investissent dans ces programmes et je m'étonne qu'il faille les qualifier de pilleurs de l'état ou d'EDF, vraiment. Si tel est le cas pourquoi l'état lance de tels programmes? Pourquoi EDF applique ces tarifs de rachat à leur dépend ?

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture