Un documentaire de Guillaume Pitron et Jean-Louis Pérez explore la face cachée des énergies « vertes »

  • AFP
  • parue le

"Le vert n'est pas vert !", résument les journalistes Guillaume Pitron et Jean-Louis Pérez. Les deux hommes sont les auteurs d'un documentaire, présenté à La Rochelle et qui sera diffusé sur Arte, qui explore la face cachée des énergies vertes.

Pendant un an, les deux hommes ont parcouru une dizaine de pays, en Afrique, Asie ou dans les Amériques, pour filmer "le côté obscur des énergies vertes", un documentaire de 90 minutes coproduit par la chaîne franco-allemande et la RTBF. Toujours en cours de montage, le film a été présenté au marché international du film documentaire Sunny Side of the Doc qui, depuis lundi jusqu'à jeudi et depuis 30 ans, rassemble documentaristes, producteurs et acheteurs de programmes.

Voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires... La promesse d'un monde meilleur, libéré des énergies fossiles, est un "mythe", disent les auteurs selon qui le monde subit désormais une nouvelle "dépendance" aux métaux rares, que les nouvelles énergies utilisent.

Les énergies vertes, "c'est surtout un business qui en remplace un autre", affirme à l'AFP Jean-Louis Pérez. "Le vert n'est pas vert", ajoute Guillaume Pitron, également auteur de La guerre des métaux rares, la face cachée de la transition énergétique et numérique (Les liens qui libèrent, 2018).

Pour évaluer la qualité d'un produit vis-à-vis de l'environnement, "il ne faut pas regarder que la consommation d'une voiture électrique, sinon on passe à côté des pollutions délocalisées", dit M. Pérez.

Les « villages des cancers »

"Il faut adopter une approche globale pour prendre en compte tout le cycle de vie, de la construction à la destruction. Par exemple l'électricité est produite à 38% par le charbon dans le monde. Or le charbon n'est pas la solution. Sans parler du problème du stockage de l'électricité", ajoute-t-il.

Les deux cinéastes ont filmé un lac artificiel de couleur complètement noire en Mongolie. "Il est pollué par les rejets des usines de raffinage de terres rares", disent-ils. Dans l'Heilongjiang (nord-est de la Chine), "nous avons visité les villages des cancers, liés à l'extraction du graphite. Des villages vides où il ne reste qu'une ou deux personnes qui témoignent", disent-ils. Car les batteries électriques et les objets numériques ont besoin de cobalt, de graphite, de tungstène, de lithium et des terres rares (lanthame, cérium, yttrium, etc).

Ce besoin de ressources entraîne également des conséquences économiques. "On va changer de dépendance", dit M. Pérez, "on était dépendant des pays du Golfe pour le pétrole, on le sera de la Chine qui détient près de 90% des terres rares".

Guillaume Pitron redoute pour sa part "l'électro-monarchie en train de naître, la Chine, qui est le premier pays producteur de voitures électriques et premier pays consommateur". Les "Chinois sont très intelligents. Les Saoudiens n'ont jamais vendu de voiture avec le plein mais les Chinois vendent des voitures électriques avec des batteries contenant des métaux rares", ajoute-t-il.

Les conséquences sont aussi sociales, les unités de production européennes n'étant pas compétitives face à la concurrence asiatique. "C'est un Français, Michel Armand, qui a inventé la batterie électrique au lithium, qui fait référence aujourd'hui. Mais l'industrie s'est développée en Chine".

Pour autant, le tandem se veut optimiste. "La matière première va manquer. Le côté positif, c'est que l'on va apprendre à davantage recycler", assurent les deux hommes.

Commentaires

LUCCHINI PATRICE

Il était temps d'ouvrir les yeux ! Pour regarder tourner les éoliennes avec d'autres yeux que les ravis de la crèche verte qui se moquent éperdûment des dégâts que cause partout sur la planète la fuite en avant vers les énergies "renouvelables" .

David Vieille

Quand ce documentaire sera-t-il diffusé? Pouvez-vous ajouter l'information dans votre article?

Mathieu SENEGAS

Attention à ne pas dire n'importe en ce qui concerne les voitures électriques... voir cet excellent article qui date déjà de 1an et demi et bien sourcé :
https://www.automobile-propre.com/vehicules-electriques-terres-rares-fl…
Pour ce qui est des la production éolienne et photovoltaïque, on est sur une bulle spéculative qui ne sert qu'à pomper du fric en se foutant des conséquences négatives pour les populations ou la planète... on a toujours ignoré (ou mal utilisé) les vraies solutions qui permettent à tout à chacun de valoriser son patrimoine et en particulier de réduire sa consommation en améliorant son habitat. Le nucléaire n'étant bien sûr pas la solution car depuis plus de 40ans on nous a vendu un nucléaire très polluant uniquement parce qu'il fallait produire des bombes atomiques... les lobbys de l'industrie sont à l'attaque partout et l'état qui devrait nous protéger et dicter la bonne marche à suivre est à leur botte.

Tib

Mouais, franchement je ne suis pas du tout convaincu... c'est très réducteur.
D'autant qu'un site qui s'appelle Automobile propre, désolé mais j'ai tendance à me méfier. Il y a déjà un biais quelque part. Les lobbyistes existent des deux côtés...

1. Toutes les voitures sont sales, l'automobile propre n'existe pas. L'électrique est très dépendante du mix énergétique de chaque pays, rouler avec une voiture électrique dans un pays qui utilise le charbon comme énergie primaire n'est pas vraiment des plus pertinents.
2. Les freins, produisent une quantité très importante de particules fines: https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/emissions-de-particules-par-l…
3. Les batteries nécessitent une quantité d'eau très importantes pour leur production et elles sont très peu recyclables/recyclées.
4. L'activité de transformation des terres rares est aussi très impactante au niveau sociale et environnementale. C'est pour cela que la Chine continue à exploiter ses gisements de terre rares (cf. https://www.lalibrairie.com/livres/la-guerre-des-metaux-rares--la-face-… , best seller dans les livres sur l'énergie)
5. L'assistance à la conduite, le mode autopilote, les capteurs en tout genre sont très énergivores et producteur de données, cela représente 4 To de données par jour, soit l'équivalent du flux généré par 3000 utilisateurs sur internet! https://newsroom.intel.com/editorials/self-driving-cars-big-meaning-beh…
Bref, il est important de partir d'une base commune, et de réaliser une analyse de cycle de vie sur laquelle les éléments sont comparer dans leur ensemble (avec les options comprises) et non uniquement sur des points bien précis comme la batterie.

C'est peut être moins polluant, mais ça reste polluant.

Bonne journée.

Mathieu SENEGAS

Oui bien sûr et le site vit de la publicité et je suppose qu'il est difficile de toujours rester neutre. Mais, comme pour le bio, c'est l'industrie et le pognon qui dénature et perverti tout !
1. oui toutes les voitures sont sales, mais certaines plus que d'autres et c'est aussi et surtout comment on les utilise et la durée de vie qu'on y donne qui fait l'impact. Sur la durée, même alimentés par de l'électricité au charbon les VE sont plus vertueux (mais pas parfaits). Et on a tendance à aller partout vers plus de mix renouvelable, alors ce sera mieux après... Puis le but (même s'il n'est pas parfait non plus) c'est de produire l'électricité en filtrant les fumées, loin des villes et que le véhicule ne pollue pas l'air des villes qui est déjà confiné.
2. On voit que vous n'avez pas pratiqué de VE, on ne freine quasiment jamais avec les plaquettes, une conduite cool avec le freinage régénératif permet en plus de recharger la batterie en décélération. Un jeu de plaquettes peut durer la vie de la voiture ! C'est comme pour les pneus, on fait largement plus de 100 000 km même si le véhicule est plus lourd.
3. La nature recycle l'eau (évaporation, nuages, pluie...) et concentre les polluants qu'il est possible de traiter. L'eau n'est pas perdue, comme quand j'entend qu'un kilo de viande consomme 10 000 l d'eau... c'est un cycle et l'eau n'est pas perdue. Il faut juste gérer la ressource à la vitesse à laquelle la planète peut la recycler... mais l'humain est capable de dessaler l'eau de mer en consommant beaucoup d'énergie... Il veut même séquestrer le CO²... quelle connerie, les arbres font cela très bien depuis des millions d'années. Pour en revenir aux batteries, 85% se recycle assez facilement (et la filière se met en place mais manque de matière car les batteries durent plus longtemps que prévu... et après la voiture elles ont une seconde vie en statique pour lisser...). Il faut que ce soit plus intéressant de recycler une batterie que d'extraire à nouveau des milliers de tonnes de minerais... mais actuellement il y a une telle demande qu'il faut creuser...
4. Tous les pays qui ont des mines de n'importe quoi et qui les ont fermés à un moment c'est parce que ce n'était pas rentable... on reouvre la mine quand la demande monte... maintenant il faut faire cela le plus "proprement" possible, si le prix permet de payer et que cela crée des emplois dans certains pays qui n'ont pas d'autres ressources. Pourquoi vouloir laisser tout l'argent aux pays du golfe quand on voit ce qu'ils font de l'ragent du pétrole...
5. Là je suis entièrement d'accord et je trouve anormal tout ce que l'on gaspille pour les aides à la conduite... OK ça peut permettre de sauver des vies dans certains cas, mais si c'est pour que le conducteur puisse envoyer des SMS ou regarder des vidéos en étant au volant... c'est pas un progrès ! Pour le moment je n'ai pas confiance et hélas l'industrie nous a bien montré par le passé qu'ils ne font pas ce que l'on a besoin mais bien ce qui peut leur rapporter plus... donc ça doit se vendre... il n'y a qu'à pas acheter... pour le moment c'est en option et il faut refuser la vente forcée de ce genre d'accessoires ! il serait bon de leur rappeler...
Regardez le site, personne ne dit que ce n'est pas polluant, mais c'est mieux sous certaines conditions... quand j'étais en thermique j'utilisais déjà l'éco conduite et je consommais moins, usait moins les freins et pneus et faisait durer mes voitures plus longtemps... c'est un mode de vie qui veut la sobriété mais sans se priver de tout... il faut partager.
Cordialement.

Bruno Lalouette

Folie technoploutocratique du tout électrique!
- 1: Soumission et dépendance au nucléaire sino-russe qui va dominer le marché mondial!
- 2: Effroyable gouffre de consommation électrique avec un parc automobile sans moteurs thermiques et des milliards de calculs en permanence pour permettre aux véhicules autonomes de se mouvoir dans le trafic!
- 3: la 5G non sécurisée devient alors indispensable et tout devient hackable!
- 4: Dépendance aux matières premières de plus en plus chers avec des exploitations fortement émettrices de CO2!
- 5: destruction de l'industrie européenne qui finira par ne plus assembler que des produits importés!
- 6: Jamais évoqué, des centaines de milliards de kilojoules relâchés dans notre environnement qui vont devenir la 1ère cause de réchauffement devant le CO2, l'électricité ça chauffe énormément!
- 7: Destruction du $ et du financement de l'Otan, avec l'émergence du tentaculaire Yuan pour financer à crédit un Belt and Road de bitume et béton jamais rentable, mais émetteur de dettes qui seront autant de laisses pour le débiteur chinois aliénant ainsi les pays traversés!
Il faut absolument que des gens s'élèvent contre ce suicide collectif qui va permettre à l'axe sino-russe d'avaler le Monde!
Pourquoi d'un seul coup de soi-disant écolos se mettent-ils à pester contre le biogaz?
Pourquoi ne parle t-on que de l'automobile et des avions sans évoquer les cargos au fioul lourd deuxième pollueurs mondiaux derrière le charbon?
Pourquoi dit-on que la France est une bonne élève grâce au nucléaire alors que 80% de ce que nous consommons est importé?
Pourquoi dit-on que le nucléaire, qui ne sert qu'aux radiateurs et aux clims, est la solution sans jamais parler de solaire thermique et de chaleur fatale?
Pourquoi rien n'est fait pour mettre le fret routier international sur des trains et des péniches?
Pourquoi la démographie mondiale, première causse de tous les maux réunis n'est-elle jamais dénoncée par les soi-disant spécialistes du climat?
Les banquiers keynésiens et les organismes supranationaux spartakistes qui se cachent derrière tout cela sont les bourreaux d'une humanité propulsé vers un enfer électro-collectiviste où l'oeil de Pékin pourra tout voir pour mieux réprimer!

Ajouter un commentaire