Entrée en service de la nouvelle interconnexion électrique « IFA2 » entre la France et l'Angleterre

  • AFP
  • parue le

Une nouvelle interconnexion électrique sous-marine doit entrer en service commercial vendredi entre la France et l'Angleterre, a annoncé le gestionnaire de réseaux français RTE. À partir de 12h00 vendredi, les acteurs du marché de l'électricité devaient ainsi pouvoir échanger de l'énergie via cette ligne sous-marine de 200 km reliant la France à Bellengreville, au sud de Caen, et l'Angleterre à Fareham, près de Portsmouth.

Ouverte au terme de 33 mois de travaux et trois mois de test, cette ligne baptisée "IFA2" d'une capacité de 1 000 mégawatts (MW) -- l'équivalent de l'appel de puissance d'une ville comme Lyon -- vient en complément de la ligne IFA (2 000 MW) en fonctionnement depuis 1986. Elle pourra accroître les capacités d'échange, et notamment faciliter l'utilisation des énergies renouvelables, note RTE.

Contribuant à sécuriser l'approvisionnement des deux pays, cette nouvelle infrastructure leur permettra "d'être solidaires en cas d'imprévu (intempéries, incidents techniques), et de réaliser des économies grâce à la complémentarité des parcs de production existants et futurs", souligne le gestionnaire français du réseau à haute tension. Quelque 800 millions d'euros ont été investis dans ce "projet d'intérêt commun européen" (PIC).

La France dispose de 51 interconnexions avec ses sept pays voisins, contribuant à l'interconnexion de toute l'Europe et à l'optimisation de leur usage de l'électricité. Une nouvelle infrastructure reliant cette fois la France à l'Italie (Savoie-Piémont) devrait être mise en service à l'automne. D'autres inaugurations sont prévues à horizon 2027 avec l'Espagne (golfe de Gascogne) et 2026 avec l'Irlande.

"Pour réussir la transition énergétique, nous avons besoin de développer les interconnexions pour profiter de la complémentarité des réseaux électriques européens et offrir à tous une électricité plus sûre, abordable et durable", a commenté Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE. La dernière mise en service avant celle d'IFA2, remonte à 2015, pour une ligne souterraine de 2 000 MW traversant les Pyrénées, qui avait permis de doubler les capacités d'échanges entre la France et l'Espagne.

Commentaires

Patrick

Bravo RTE ! bravo pour l'Europe.

jpsa

Comment le sabordage de notre indépendance électrique qui dure depuis 20 ans sous la pression des bobos verts facilite l'importation de l'électricité au charbon allemande et l'exportation de notre électricité nucléaire à prix bradé chez nos voisins. Et tout ça coûtant "un pognon de dingue". Pas grave, c'est le contribuable français qui paye.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet