USA: baisse plus importante que prévu des stocks américains de pétrole brut

  • AFP
  • parue le

Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse plus importante que prévu durant la semaine close le 23 juillet, a indiqué mercredi l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), après un rebond la semaine précédente.

Selon ce rapport hebdomadaire, les stocks de brut ont diminué de 4,1 millions de barils (MB), à 435,6 MB, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur un repli moindre, de 2,5 millions de barils.

Les réserves commerciales américaines de brut se situent actuellement 7% en-deçà de leur niveau moyen de ces dernières années à la même époque.

Les réserves d'essence ont également décru plus qu'anticipé, de 2,3 millions de barils contre 1,2 attendu.

Après l'annonce, le prix du baril américain de WTI pour livraison en septembre a pris plus de 30 cents, avant d'en perdre autant. Il évoluait autour de 72,02 dollars vers 15H00 GMT, en hausse de 0,66% par rapport à la clôture de la veille.

La production d'or noir aux Etats-Unis a légèrement ralenti, à 11,2 millions de barils par jour (mbj), contre 11,4 la semaine précédente.

Les importations se sont elles aussi affichées en baisse, à 6,5 mbj contre 7,1 sur les sept jours précédents, tandis que les exportations progressaient légèrement à 2,48 mbj contre 2,46.

La conjonction d'une moindre production et d'importations en recul explique la baisse marquée des stocks de brut, malgré un ralentissement du raffinage, a expliqué Matt Smith, directeur du département recherche sur les matières premières de ClipperData.

Les raffineries américaines ont ainsi fonctionné à 91,1% de leurs capacités, observant un nouveau recul après celui de la semaine précédente (de 91,8% à 91,4%).

Déjà élevée, la demande d'essence a légèrement augmenté, à 9,3 millions de barils par jour, contre 9,2 précédemment, en pleine saison estivale marquée par la plus importante circulation automobile de l'année.

Pour Matt Smith, le "rebond" de la demande d'essence, associé au léger ralentissement du raffinage, a entraîné une baisse plus importante que prévu des stocks d'essence.

La demande de kérosène a elle accéléré plus nettement, à 1,6 mbj contre 1,4, confirmant la reprise de l'aviation commerciale aux Etats-Unis en sortie de pandémie.

Plusieurs compagnies aériennes et aéroports régionaux ont également signalé récemment des risques de pénurie, davantage liés cependant à des contraintes logistiques qu'à une insuffisance de kérosène disponible.

Les réserves stratégiques de pétrole brut sont demeurées inchangées sur la période, à 621,3 MB.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture