Newsletters des énergies

General Electric s'effondre encore à Wall Street

  • AFP
  • parue le

General Electric (GE) s'effondrait à nouveau à Wall Street vendredi, après un bulletin de santé négatif de la banque JPMorgan Chase sur l'état de son activité quelques jours après une perte trimestrielle historique de 22,8 milliards de dollars.

L'action du conglomérat industriel américain plongeait de 10,12% à 8,17 dollars vers 16H30 GMT.

Dans une note, Steve Tulsa, un des grands connaisseurs de l'entreprise et analyste chez JPMorgan Chase, estime que le niveau actuel de l'action ne reflète pas le bilan de santé des activités et, notamment, les difficultés des divisions Energie (Alstom) et Financière (GE Capital).

Il juge que le titre devrait par conséquent évoluer aux alentours de 6 dollars, un plancher touché en mars 2009 au plus fort de la crise financière, d'autant que de nombreuses inquiétudes entourent également les liquidités et, notamment, les flux de trésorerie.

"Il y a une détérioration des fondamentaux (de l'entreprise) et d'ici 2020, six des huit segments d'activités seront en difficulté", avance M. Tulsa.

L'action GE a débuté l'année à 18 dollars avant d'entamer une descente aux enfers au fur et à mesure que s'accumulaient les mauvaises nouvelles.

Elle est très loin du plus haut historique de 60 dollars atteint en 2000. En deux ans, la capitalisation boursière de la société, un des baromètres de la santé de l'économie américaine de par la diversité de ses activités, a fondu de plus de deux tiers.

A l'origine de nombreuses inventions - l'ampoule électrique à filament, la lampe à fluorescence, la transmission radio, le réfrigérateur, le silicone, le réacteur d'avion, le pilotage automatique des avions ou le réacteur nucléaire civil - GE est devenu l'ombre du mastodonte ayant dominé l'industrie mondiale pendant des années à cause de mauvais paris dans les énergies fossiles et d'erreurs de management.

Il a enregistré au troisième trimestre une perte historique de 22,8 milliards de dollars et a réduit son dividende pour la troisième fois de son histoire, ce qui a profondément déplu aux marchés financiers.

Ses déboires dans l'énergie et l'assurance font l'objet d'enquêtes du ministère de la Justice américain (DoJ) et du gendarme de la Bourse, la SEC, qui soupçonnent des irrégularités comptables.

GE a un nouveau PDG, Larry Culp, depuis le 1er octobre, son deuxième en un peu plus d'un an seulement.


Ajouter un commentaire