Situation énergétique du Royaume-Uni en 2014

  • Source : U.S. Energy Information Administration

Près de 86% de la consommation d’énergie du Royaume-Uni a été satisfaite par les énergies fossiles en 2012. Le pétrole et le gaz naturel occupent en particulier une place prépondérante dans l’économie de ce pays qui est encore le premier producteur pétrolier de l’Union européenne (sa production étant toutefois 2 fois inférieure à celle de la Norvège).

En 2013, le Royaume-Uni est devenu importateur net de produits pétroliers pour la première fois. Le pays a également importé environ un million de barils de brut par jour cette année-là. La majeure partie de ce pétrole provient d’une part de Norvège (42% des importations) et d’autre part de pays africains (41%) aux premiers rangs desquels l’Algérie et le Nigéria.  

Cette analyse de l’US Energy Information Administration (EIA) actualise les chiffres clés de l’énergie au Royaume-Uni et l’organisation de ses secteurs pétrolier et gazier. Elle rappelle le poids des énergies fossiles dans ce pays qui souhaite aujourd’hui décarboner son économie, ce qui nécessite d’énormes investissements dans ses infrastructures énergétiques. Concrètement, le Royaume-Uni prévoit entre autres de construire 4 EPR et de doubler d’ici à 2020 la part des renouvelables dans le mix électrique national (objectif de 30% à cet horizon contre 15% en 2013).

Rappelons que le Royaume-Uni se distingue par ailleurs par la faible intensité énergétique de son économie, ce qui signifie que celle-ci est peu « gourmande » en énergie par rapport au niveau de PIB du pays.

Lire l'étude  :
Analysis report on the United Kingdom 2014